Arrêt n° 872 du 6 octobre 2015 (14-19.499) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2015:CO00872

Concurrence

Cassation partielle


Demandeur(s) : la société Toyota Industrial Equipement, société anonyme, et autre

Défendeur(s) : la société Fonderie GM Bouhyer, société par actions simplifiée


Attendu, selon l’arrêt attaqué, que la société française Toyota Industrial Equipment SA (la société Tiesa) et la société italienne Cesab Carelli Elevatori (la société Cesab), qui appartiennent au groupe Toyota et produisent des équipements industriels, se sont approvisionnées en contrepoids en fonte auprès de la société Fonderie GM Bouhyer ( la société Bouhyer) à partir du mois de septembre 2004, pour la première, et juin 2004, pour la seconde ; que ces sociétés ayant mis fin, courant 2009, à leurs relations commerciales avec la société Bouhyer, cette dernière les a assignées en réparation de son préjudice sur le fondement de l’article L. 442-6 I 5° du code de commerce ;

 

 Sur les premier, deuxième, quatrième et cinquième moyens, réunis :

 

 Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur ce moyen, qui n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

 

 Mais sur le troisième moyen, pris en sa première branche :

 

 Vu l’article L. 442-6 I 5° du code de commerce ;

 

 Attendu que pour dire que la société Bouhyer aurait dû bénéficier d’un préavis d’un an de la part des sociétés Tiesa et Cesab, l’arrêt relève que ces deux sociétés ont, de façon concomitante, noué des relations commerciales avec la société Bouhyer, qu’elles y ont mis fin dans des conditions identiques, respectivement en octobre et juin 2009, sans aucun préavis et qu’elles justifient de leur rupture par des motifs similaires ; qu’il retient que les conséquences de ces ruptures pour la société Bouhyer ont nécessairement été amplifiées dans la mesure où elles se sont cumulées et qu’il convient, pour apprécier la durée du préavis, de prendre en compte le chiffre d’affaires global généré par les sociétés Tiesa et Cesab, dans la mesure où elles ont entretenu une relation commerciale avec la société Bouhyer, sur une même période et sur des produits identiques, avec des exigences similaires en termes quantitatifs ; qu’il ajoute que ce chiffre d’affaires ayant augmenté de manière importante au cours des années 2007 et 2008 pour atteindre 10,20 % en 2007 et 9,75 % en 2008, il en résulte qu’en termes de réorganisation, la société Bouhyer a dû, au cours d’une même période, pallier la perte de deux clients avec lesquels elle avait un chiffre d’affaires conséquent ;

 

 Qu’en se déterminant ainsi, alors qu’elle avait relevé que les sociétés Tiesa et Cesab, bien qu’appartenant à un même groupe et ayant la même activité, étaient deux sociétés autonomes qui avaient entretenu avec la société Bouhyer des relations commerciales distinctes, la cour d’appel, qui n’a pas constaté qu’elles avaient agi de concert, n’a pas donné de base légale à sa décision ;

 

 PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

 

 CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il dit que le préavis dont devait bénéficier la société Fonderie Bouhyer de la part des sociétés Tiesa et Cesab Carrel Elevatori est de un an et condamne ces dernières à payer à la société Fonderie Bouhyer les sommes respectives de 2 361 164,36 euros et 604 913,98 euros au titre de la marge brute perdue, l’arrêt rendu le 30 janvier 2014, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ; remet, en conséquence, sur ces points , la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Paris, autrement composée ;

 


Président : Mme Mouillard

Rapporteur : Mme Orsini, conseiller

Avocat général : M. Debacq

Avocat général : SCP Thouin-Palat et Boucard ; SCP Delvolvé