Politique et « diableries » : le procès d’Urbain Grandier - 19 juin 2014

Cycle Histoire 2014 - Les procès politiques dans l’histoire


Cycle Les procès politiques dans l’histoire

Le procès politique est lié à l’affirmation de la puissance de l’Etat dans l’histoire européenne. Il apparaît à partir du moment où une personne est accusée par un pouvoir souverain, dès lors qu’elle menace ses intérêts ou le met en danger. Il échappe le plus souvent aux formes de la justice ordinaire et ses organes sont placés sous contrôle politique. Son but est d’utiliser le spectacle d’une scène de justice pour proclamer à la face de tous ce qu’il en coûte de défier le pouvoir souverain, et ainsi stigmatiser celui qui l’a offensé.


L’objet de ce cycle de conférences est d’explorer les racines historiques du procès politique. C’est la royauté qui, dans des moments de tension, est d’abord amenée à juger et exposer des hauts dignitaires pour haute trahison. Sa force se mesure à sa capacité à faire condamner les membres de l’aristocratie. Songeons à la condamnation du traître Ganelon par Charlemagne, au procès de Jacques Coeur sous Charles VII et, bien sûr, à celui du surintendant Fouquet au début du règne de Louis XIV. Le but est moins de punir que de mettre en scène une dégradation publique de l’offenseur accusé de crime de lèse-majesté. Ainsi configuré, le procès politique ne cesse depuis lors de renaître sous de nouvelles formes dans des contextes historiques et idéologiques différents.

sous la direction scientifique de
Monsieur Denis SALAS, secrétaire général de l’A.F.H.J
Madame Catherine DELPLANQUE, secrétaire scientifique de l’association

***

*

Politique et « diableries » : le procès d’Urbain Grandier

Jeudi 19 juin 2014 de 18h30 à 20h30

en Grand’chambre de la Cour de cassation

Intervenant :

  • Arlette LEBIGRE, historienne du droit, professeur émérite des Universités

***

*

Pour toute inscription via le formulaire merci d’indiquer votre qualité (magistrat, avocat, étudiant, ...), le nombre de places disponibles en Grand’Chambre est de 175.

Manifestation validée au titre de la formation continue des magistrats et des avocats

En savoir plus sur le cycle