La coopération judiciaire en matière commerciale - Deuxième session

 

 

Compte-rendu (anglais)

 

 

Rapport M. Rordorf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte-rendu (anglais)

October 14-15 2004

 

Moderator : Bo Svensson, President of the Supreme Court of Sweden

The keynote speech was delivered by Justice Renato Rordorf, Corte Suprema di Cassazione, Rome. Justice Rordorf began by identifying two divergent tendencies concerning the service of documents : (i) service requirements should be rigorously followed to ensure effective and complete service and (ii) there existed a tendency to simplify the service requirements to avoid lengthy delays. These divergent tensions also lied within the notion that the parties be afforded “an equitable case.” Thus, in cross-border situations, in order to ensure that service was recognised in the country where the service occurred and in the country where the lawsuit was taking place, countries had to foster strong international judicial cooperation (e.g. through bilateral and multilateral conventions).

The difficulties in achieving such a balance were numerous, as evidenced by the failure of the Convention of 29 May 1997 and other propositions. The need for a structured process controlling the service of documents abroad led to the adoption of Regulation 1348/2000 of 29 May 2000. However, this Regulation could not be applied in a uniform way throughout the European Union since Denmark opted out and several countries used the right of jus variandi.

Article 19 of the regulation concerning a default judgement issued against a defendant who does not enter an appearance deserved special attention. First, the judge was obliged to suspend the proceedings to verify that the service in the foreign country was performed in the requisite time and in the required manner. Second, the defendant might be relieved from the effects of the expiration of the time to appeal a default judgement if three conditions were met : (i) the defendant, without any fault of his own, had not had knowledge in sufficient time of the document or the decision ; (ii) the defendant had disclosed a prima facie defence to the action on the merits ; and (iii) the defendant’s request for relief was filed within a reasonable time after the defendant obtained knowledge of the judgement. Under the first condition, it did not appear necessary for the defendant to prove that the service was defective (this was different from the Italian procedure). The second condition was unusual in that it tilted the balance in favour of the substantive law and devalued the procedural formalities. The term “reasonable,” contained in the third condition, was vague. However, its meaning could be clarified if a Member State stated that the delay must not be greater than one year from the date the decision is rendered.

However, there remained several problems with regulation 1348/2000. While application of the regulation was limited to “civil and commercial matters,” this phrase had different meanings in different national legal systems. Thus, it was useful to look at the ECJ’s interpretation of the definition of “civil and commercial matters” : such matters should not be derived from the individual legal systems of the Member States but should be found in the general principles of the national systems and in the objectives of the convention or regulation. Regulations 1348/2000 and 44/2002 did not entirely overlap as the latter had limitations that were not contained in the former. However, many uncertainties could be removed if the provisions were applied without regard to the internal systems.

Certain grey areas persisted, notably in situations where the service of documents was not governed by Regulation 1348/2000 (e.g. institutions which regulate financial markets). There also existed the open issue of how to concretely establish when and how the service of process should occur for a person whose address was known but who could not be found. In conclusion, the difficulties of applying this Regulation would have to be brought to the attention of the ECJ.

Mr. Justice Colman, Commercial Court, London , was the first intervenor. He had decided a case the previous year concerning service of documents under Article 15 of the Hague Convention, which had similar wording to Article 19 of Regulation 1348/2000. The Court had found that the fact that Turkey had opted out of direct service of foreign proceedings superseded Article 15-1 (i.e. Article 19(1)(a) of the Regulation) and that, due to the principles of comity, English domestic service provisions were not applicable. Thus, there was no effective service even though the Turkish company had had full knowledge of the proceedings.

F.F. Langemeijer, Advocate General, Hoge Raad, The Hague, said that while there were no cases in the Netherlands concerning art. 1(2), in practice the receiving agency should make an effort to find the correct address if the address was unknown or incorrect (See Article 7(2)). He questioned whether a failure in translation could be repaired if domestic law so allowed and, if so, he queried what would constitute the effective date of service.

Mr. Ignacio Sanco Gargallo, Magistrate First Commercial Court, Barcelona , was the final intervenor who, due to technical difficulties, provided his comments the following day. He stated that useful information could be found on the website http://ec.europa.eu/justice_home/judicialatlascivil/html/index_en.htm. The website identified where documents should be served (e.g. geographic location and type of entity to be served) and provided copies of standard forms. He identified various translation requirements.

Justice Joseph Filletti, Courts of Justice, Malta , commented that in Malta the division responsible for service of documents was no longer the Ministry of Foreign Affairs but was now the office of the Attorney General. The moderator, Bo Svensson, President of the Supreme Court of Sweden, closed the session by noting that Regulation 1348/2000 involved complex issues.

 

 

 

 

 

Rapport M. Rordorf

14 et 15 octobre 2004

 

NOTIFICATION ET SIGNIFICATION DES ACTES EN MATIERE CIVILE ET COMMERCIALE DANS L’UNION EUROPEENNE

    1. Considérations préliminaires

Le sujet de la notification des actes, malgré son aridité apparente, entraîne des problèmes importants qui sous-entendent des manières différentes de concevoir l’équilibre entre les intérêts qui se font face dans le procès et des idées différentes sur la façon la meilleure de rendre justice à travers le procès.

Des exigences diverses, de certains points de vue opposées, se confrontent sur ce terrain. Il faut s’assurer que chaque partie soit mise complètement et en temps utile à la connaissance des actes produits par l’autre partie et, généralement, des actes du procès. En cas contraire serait lésée la substance même du principe du contradictoire, et cela justifie une attitude très rigoureuse du point de vue de la forme également pour tout accomplissement qui accompagne la notification et la signification des actes et qui, par conséquent, doit garantir au mieux que la remise soit effectuée à son destinataire et que les modalités et les temps soient respectés. Mais, d’autre part, il n’est pas possible de négliger que des accomplissements excessivement longs, coûteux et fatigants, risquent de pénaliser grièvement l’attente de justice de la partie qui est à l’origine de l’acte à notifier ; et il faut éviter des comportements malicieux de la part de personnes qui veulent se soustraire à un procès qui elles prévoient aboutira par leur condamnation. De là la tendance opposée à simplifier et à réduire le plus possible les modalités relatives à la notification des actes ou, dans les cas les plus extrêmes, à avoir recours à des formes de signification au parquet dans lesquelles le perfectionnement de la notification dépend seulement du respect de certaines modalités de la part de l’expéditeur sans qu’il soit nécessaire de prouver que l’acte a été porté effectivement à la connaissance du destinataire.

Du reste, ce contraste existe également à l’intérieur de la notion même de « procès équitable » qui, par la loi de 1999, a été introduite formellement dans la Constitution italienne (article 111, alinéa 1) mais qui a ses racines dans des principes communs du droit des nations européennes et qui trouve sa correspondance dans l’article 6 de la Convention européenne pour la Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales. En effets il n’existe pas de « procès équitable » si on ne garanti dans la mesure suffisante le droit au contradictoire, et donc la connaissance préventive et immédiate des actes qui en est son présupposé ; mais il n’est pas « équitable » le procès qui, éventuellement à cause de mécanismes de notification trop formels, minutieux et complexes, va se prolonger au-delà du terme raisonnable.

La façon dont ces exigences opposées sont adaptées les unes aux autres répond à un choix de politique législative qui est destiné à se modifier dans le temps et qui, dans le même moment historique, représente plusieurs points de vue relatifs à des systèmes juridiques différents l’un de l’autre. Cela complique beaucoup la situation quand il faut notifier des actes dans un Pays qui n’est pas celui où le procès se déroule ; par conséquent, la notification doit avoir lieu dans des formes acceptables pour le Pays sur le territoire duquel l’acte doit être notifié et dont les fonctionnaires sont appelés à déployer les activités nécessaires ; mais en même temps elle doit être reconnue comme valide également par le juge du Pays dans lequel le procès se déroule. C’est pourquoi il est nécessaire une coopération judiciaire internationale forte : la preuve sont les conventions bilatérales très nombreuses qui au cours des années ont été signées à ce regard entre les Etats européens et extra-européens et les conventions multilatérales fréquemment renouvelés de la Haye, à partir de la convention de 1896, concernant la procédure civile en général, jusqu’à la convention du 15 novembre 1965, concernant exclusivement le régime des notifications.

Les difficultés sont pourtant assez nombreuses et n’ont pas été complètement surmontées. C’est pourquoi la première tentative de réglementation par des conventions de la matière à un niveau communautaire, faite par la convention du 29 mai 1977 n’a pas été menée à bien pour manque des ratifications nécessaires à son entrée en vigueur. De même la successive proposition de directive du Conseil européen n’a abouti a rien. Maintenant il semble qu’une volonté plus marquée d’arriver à une discipline des notifications internationales généralement acceptée et pratiquée dans tous les Etats de l’Union européenne soit à la base du choix d’utiliser l’instrument réglementaire, dans la perspective ouverte par l’article 65 du Traité de l’Union européenne. Ce qui a conduit à promulguer le règlement du Conseil européen n. 1348 du 29 mai 2000 : règlement qui en grande partie reprend les contenus de la convention de 1997 et qui est destiné à prévaloir sur toute autre convention, exception faite pour celles étant compatibles avec le règlement même et visant à accélérer ultérieurement la transmission des actes ou à la simplifier. Cependant, le règlement ne peut pas être appliqué à tout le territoire de l’Union, parce que le Danemark a utilisé à ce propos la faculté de opting out qui lui revient au sens des articles 1 et 2 du Protocole prévu à l’occasion de son adhésion au Traité. Sans parler du fait que plusieurs Etats membres ont largement utilisé le jus variandi qui leur est reconnu sur beaucoup de questions assujetties au règlement : ce qui entraîne un éventail assez varié de situations qui peuvent se produire dans les différents Pays intéressés à la notification ou à la signification d’un acte judiciaire.

    2. La transmission et la notification ou signification des actes aux termes du règlement n. 1348/2000.

Il n’est pas le cas d’examiner avec précision toutes les dispositions contenues dans ledit règlement 1348/2000 ; du reste, sous certains aspects, le règlement reprend des solutions déjà expérimentées dans la Convention de la Haye du 15 novembre 1965, s’éloignant surtout quand il prévoit que la notification soit accomplie par les soins de plusieurs expéditeurs (« entités d’origine ») et receveurs (« entités requises ») qui collaborent entre eux et qui sont placés sur les territoires des Etats intéressés, sans qu’il soit nécessaire de s’adresser aux entités centrales désignées par chaque Etat.

Il suffit de rappeler que tout Etat membre peut indiquer un ou plusieurs entités d’origine, douées de leur propre compétence territoriale interne (pour l’Italie ont été désignés les services uniques des officiers judiciaires auprès des cours d’appel et auprès des tribunaux des villes qui ne sont pas siège d’une cour d’appel et auprès de leurs section détachées) ; entité d’origine lesquels transmettent les actes pour la notification aux entités requises correspondantes de l’Etat destinataire (pour l’Italie le service des officiers judiciaires auprès de la cour d’appel de Rome a la fonction d’unique entité requise). Par décision du 25 septembre 2001, la Commission a créé une liste des entités requises et un répertoire des actes qui peuvent être communiqués ou notifiés aux termes du règlement. Il reste à créer dans chaque Etat une autorité centrale (pour l’Italie il s’agit dudit service unique des officiers judiciaires auprès de la cour d’appel de Rome) qui, sauf dans des cas exceptionnels, est privée de compétences opérationnelles directes et qui a essentiellement des fonctions d’information et de recherche de solutions dans les cas douteux.

La transmission des actes entre les entités d’origine et les entités requises des Pays membres peut avoir lieu par tout un moyen approprié, pourvue que il soit apte à garantir la fidélité du document à son original et sa compréhensibilité. Il y a donc de la place pour l’utilisation d’instruments de communication que la technologie moderne a rendu au fur et à mesure possibles. En plus, la transmission a lieu de façon directe et, seulement dans des cas exceptionnels, par la voie consulaire ou diplomatique.

Une légalisation spéciale des actes ou des formalités particulières ne sont pas requises. Il fait exception l’usage de formulaires préparés pour les demandes de notification ou de signification (à remplir dans la langue indiquée par l’Etat requis : en ce qui concerne l’Italie, en anglais et français, en plus de l’italien naturellement), pour les déclarations de réception relatives ainsi que pour les certificats qui doivent être envoyés aux entités d’origine, afin de rendre compte des activités de notification et de signification déployées par les entités requises.

D’ailleurs, dans ce domaine, il revient aux entités requises de procéder à la signification ou à la notification de l’acte au destinataire, selon les règles en vigueur en la matière dans l’Etat où ces activités sont déployées. Cependant, il est possible que l’entité d’origine demande l’application de règles différentes - probablement des règles plus semblables à celles qui sont prévues dans son propre système –, mais l’entité requise doit satisfaire cette demande seulement si elle est compatible avec la législation du lieu (la compatibilité ne doit pas être évaluée, à mon avis, par rapport à des prescriptions spécifiques, mais plutôt par rapport aux principes fondamentaux auxquels cette législation s’est inspirée).

D’autre part, premièrement, il faut souligner que le destinataire doit être informé de la possibilité de refuser la notification ou la signification d’actes rédigés dans une langue qui n’est pas la langue officielle du lieu ou qu’il ne comprend pas (c’est-à-dire autre que sa langue maternelle) ; deuxièmement, il peut se vérifier une scission du moment d’efficacité de la notification par rapport aux sujets différents qui sont intéressés. C’est à dire que, tan disque pour le destinataire les effets de la notification se déroulent a partir du moment où elle est considérée comme exécutée selon la loi du lieu, il peut se passer que si la loi de l’Etat du requérant fixe un terme avant lequel il faut exécuter la notification, il soit permis, dans ce but, de prendre en considération la date différente que la loi de l’Etat du requérant a prévue.

Pour des raisons de temps je me bornerai à indiquer les trois autres systèmes possibles de notification e de signification Le premier consiste en la notification directe par les soins d’agents diplomatiques ou consulaires, qui peut avoir lieu seulement « sans contrainte » (donc dans les formes de la notification en mains propres) et, pour les notifications à exécuter à des personnes autres que les ressortissants d’un Etat, à condition qu’une opposition n’ait pas été manifestée à ce propos par l’Etat sur le territoire duquel la notification doit être exécutée (l’Italie a formalisé son opposition). Le deuxième système consiste en la notification directe par la poste à des personnes résidant dans un autre Etat, avec faculté pour chaque Etat d’en préciser les conditions (l’Italie demande la traduction en italien de l’acte à notifier). Le troisième système consiste en la notification directe par les soins de fonctionnaires ou autres personnes compétents de l’Etat requis, lequel cependant peut s’opposer (mais l’Italie ne s’est pas opposée).

    3. Le procès par défaut (in contumacia)

L’article 19 du règlement n.1348/2000 mérite des observations particulières : il discipline surtout le déroulement des procès par défaut à l’encontre de sujets auxquels l’acte introductif a été notifié dans un Etat différent que celui où se déroule le procès. Cette disposition (comme d’ailleurs les articles 15 et 16 de la Convention de la Haye de 1965, dont elle reprend le contenu) est par conséquent destinée à être coordonnée chaque fois avec les dispositions de droit interne qui règlent le procès par défaut (in contumacia)

Cela entraîne, d’abord, que le juge soit obligé à vérifier que la notification à l’étranger soit exécutée en temps utile dans les formes prescrites et suspendre le procès (« surseoir à statuer ») pendant le temps nécessaire pour effectuer cette vérification, exception faite pour l’émission de mesures provisoires ou conservatoire en cas d’urgence. Les Etats membres peuvent cependant réduire les temps du procès, lui permettant de se dérouler quand il n’est pas possible d’obtenir en temps utile les informations nécessaires, selon une évaluation discrétionnaire du juge à ce propos (mais l’Italie n’a pas utilisé cette faculté).

Il faut souligner aussi la possibilité qui est offerte au défendeur qui n’a pas comparu, auquel l’acte de citation a été notifié à l’étranger, d’exercer cependant un recours (hors du domaine de l’état et de la capacité des personnes) après l’expiration des termes prévus par la loi de l’Etat sur le territoire duquel il est procédé, à trois conditions :

1) que sans faute de sa part il se soit trouvé dans l’impossibilité d’avoir la connaissance en temps utile de l’acte introductif du procès, ainsi que de la décision ;

2) que les motifs du recours ne soient pas dénoués de tout fondement ;

3) que sa demande tendent au relevé de la forclusion soit présenté dans un délais raisonnable a partir du moment ou il a eut connaissance de la décision.

La première condition ne semble pas prévoir nécessairement l’existence d’une raison quelconque d’invalidité de la notification de l’acte ignoré sans faute par le défendeur (même s’il est difficile de prouver l’ignorance sans faute d’un acte notifié conformément à la loi) ; et cela marque une différence par rapport à ce que prévoit la loi procédurale italienne, qui permet au contraire l’appel après l’expiration des termes seulement si la partie preuve qu’elle n’avait pas eu la connaissance du procès à cause de nullité de la citation ou de la notification d’actes (article 327, alinéa 2, du code de procédure civile).

La deuxième condition entraîne une inversion logique, et d’un certain point de vue inusuelle, entre la vérification des caractéristiques de régularité du procès et l’examen au fond du litige, avec un déséquilibre marqué en faveur des exigences du droit substanciel et, en même temps, une dévaluation des garanties formelles du procès.

Enfin, en ce qui est de la troisième condition, il faut souligner le choix d’un terme plutôt vague – on le dit « raisonnable » - dans lequel le défendeur qui n’a pas comparu doit réagir après avoir eu la connaissance du jugement qu’il ignorait auparavant. Ce manque de précision peut être réduit par chaque Etat membre en communiquant un terme plus précis, qui ne doit pas être supérieur à un an à partir de la date où le jugement a été rendu, terme avant lequel le recours du défendeur peut être pris en considération (mais l’Italie a déclaré qu’elle ne veut pas exécuter cette communication).

    4. Domaine d’application du règlement n. 1348/2000

Il reste maintenant deux aspects problématiques qui appartiennent au domaine d’application du règlement n. 1348/2000.

Il n’y a aucun doute qu’il s’applique également aux notifications des actes extra-judiciaires. Cependant, dans les domaines extra-judiciaire et judiciaire son application – comme déjà celle de la Convention de la Haye –est explicitement circonscrite à la matière « civile et commerciale ». Mais cette expression n’a pas la même signification dans tous les systèmes juridiques nationaux. Donc devrait être considéré comme valable, dans ce domaine également, ce que, dans plusieurs occasions - surtout par rapport à l’expression analogue, figurant dans la Convention de Bruxelles de 1968 sur la compétence judiciaire et l’exécution des décisions en matière civile et commerciale -, la Cour de Justice a affirmé : la définition de « matière civile et commerciale » ne doit être pas tirée des systèmes juridiques de chaque Etat intéressé mais des principes généraux qui se trouvent dans l’ensemble des systèmes nationaux et, notamment, des objectifs et du système de la même convention (ou règlement). En plus il faut remarquer que le domaine d’application du règlement n.1348/2000 et celui du règlement n. 44/2002 (qui a maintenant remplacé ladite Convention de Bruxelles de 1968) ne coïncident pas complètement parce que ce dernier contient des limitations et des précisions ultérieures au regard des matières auxquelles il se réfère, qui ne sont pas présentes dans le premier. Cependant, dans les deux cas, les dispositions des règlements doivent être appliquées indépendamment de la qualification que le système interne attribue à l’organe juridictionnel qui procède, et aussi quand dans le litige soit impliquée une administration publique, si celle-ci agit jure privatorum et il ne s’agit pas d’évaluer l’exercice de la puissance publique et de la responsabilité pour la sauvegarde des intérêts généraux de l’Etat ou des autres collectivités publiques.

Ce critère permet certainement de donner des réponses à beaucoup d’incertitudes mais il n’exclut pas la permanence de zone grises et de toute façon risque de laisser ouverts des secteurs importants. Notamment, un de ces secteurs est celui de la notification des mesures portant sanction qui sont adoptées par les organes publiques de contrôle sur les marchés financiers et de l’opposition que contre ces sanctions peut être proposée devant le juge : ce sont des situations qui, par le caractère de plus en plus international de ces marchés, très souvent demandent la notification d’actes à l’étranger mais dans lesquelles il n’est pas sûr que les dispositions du règlement n. 1348/2000 puissent être utilisées.

Des difficultés d’application peuvent surgir également d’autres points de vue. En effets, la possibilité d’utiliser les instruments de coopération internationale indiqués dans le règlement n. 1348/2000 est expressément limitée à l’hypothèse dans laquelle l’adresse du destinataire de l’acte à notifié ou communiqué est connue. Mais certains systèmes nationaux, parmi lesquels le système italien, font une distinction entre le cas où l’adresse de la personne à laquelle on voudrait notifier un acte n’est pas connue et le cas où l’adresse est connue mais la personne résulte introuvable ou il n’est pas possible de remettre l’acte à une personne apte à le recevoir. Il peut bien arriver que les deux situations soient confondues ou qu’il n’apparaît pas facile d’établir s’il s’agit de l’une ou de l’autre. En tout cas, il devrait être clair que, dans la deuxième des situations envisagées, le recours aux instruments de coopération internationale prévus par le règlement est admissible, mais il resta à établir concrètement en quelles formes la notification à une personne introuvable peut être exécutée : dans les formes prévues par le système juridique de l’Etat requis ou bien dans celles indiquées par l’Etat requérant, toujours si elles ne sont pas considérées comme incompatibles avec les principes en vigueur dans l’Etat requis.

Enfin, il vaut la peine de rappeler que si ces difficultés d’application, ou bien d’autres encore, découlent de doutes concernant l’interprétation des normes du règlement communautaire, elles devront être soumises par les juges nationaux de dernière instance à l’attention de la Cour de Justice, aux termes de l’article 68 du Traité.

 

Renato RORDORF