Apologie de crimes de guerre

Chambre criminelle, 7 décembre 2004 (pourvoi n° 03-82.832)

L’article 24, alinéa 3, de la loi du 29 juillet 1881 s’applique à l’apologie de la torture ou des exécutions sommaires pratiquées à l’occasion d’un conflit armé, telle la guerre d’Algérie.

Un écrit qui présente comme susceptibles d’être justifiés des actes constitutifs de crimes de guerre doit être considéré comme apologétique et l’intention coupable se déduit du caractère volontaire des agissements incriminés.

Celui qui se réclame du droit à l’information, fondement de la liberté d’expression, n’est pas tenu d’assortir l’exposé des faits qu’il rapporte de commentaires propres à justifier des actes contraires à la dignité humaine universellement réprouvés ni de glorifier l’auteur de ces actes.