3. Cassation

Cassation – Pourvoi – Délai – Point de départ – Parties domiciliées à l’étranger – Signification de l’acte au parquet – Exceptions – Règlement communautaire ou traité international – Condition

1re Civ., 10 octobre 2018, pourvoi n° 16-19.430, publié au Bulletin, rapport de M. Truchot et avis de M. Sudre

1re Civ., 10 octobre 2018, pourvoi n° 17-14.401, publié au Bulletin, rapport de M. Truchot et avis de M. Sudre

À l’égard des parties domiciliées à l’étranger, le délai de pourvoi de deux mois augmenté de deux mois court du jour de la remise régulièrement faite au parquet et non de la date de la remise aux intéressés d’une copie de l’acte par les autorités étrangères, sauf dans les cas où un règlement communautaire ou un traité international autorise l’huissier de justice ou le greffe à transmettre directement cet acte à son destinataire ou à une autorité compétente de l’État de destination.

En premier lieu, la date de signification d’un arrêt à l’adresse indiquée dans celui-ci, selon les modalités de la Convention de La Haye du 15 novembre 1965 relative à la signification et la notification à l’étranger des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale, est, à l’égard de son destinataire, celle à laquelle l’autorité étrangère compétente lui a remis l’acte. Lorsque cet acte n’a pu lui être remis, la signification est réputée faite à la date à laquelle l’autorité étrangère compétente a établi l’attestation conforme à la formule modèle annexée à la Convention précisant le fait qui aurait empêché l’exécution.

Dès lors qu’aucune attestation établie conformément à la formule modèle annexée à la Convention, en application de l’article 6, alinéa 1, relatant l’exécution de la demande de signification et indiquant la forme, le lieu et la date de l’exécution ainsi que la personne à laquelle l’acte a été remis, en application de l’article 6, alinéa 2, ou précisant le fait qui aurait empêché l’exécution de la demande, n’est produite au soutien de la fin de non-recevoir tirée de l’irrecevabilité d’un pourvoi, le délai de pourvoi n’a pas valablement couru à l’égard du demandeur au pourvoi, de sorte que celui-ci est recevable.

De même, le délai de pourvoi n’a pas valablement couru à l’égard du demandeur au pourvoi, de sorte que celui-ci est recevable, dès lors que l’attestation établie conformément à la formule modèle annexée à la Convention, en application de l’article 6, alinéa 1, et relatant l’exécution de la demande de signification de l’acte à destination de celui-ci, n’indique pas celle, parmi les formes énumérées par l’article 5, dans laquelle la signification a eu lieu.

En deuxième lieu, à l’égard du destinataire, la date de signification d’un acte, selon les modalités du règlement n° 1393/2007 du Parlement européen et du Conseil du 13 novembre 2007 relatif à la signification et à la notification dans les États membres des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale (signification ou notification des actes), et abrogeant le règlement (CE) n° 1348/2000 du Conseil, est celle à laquelle l’acte a été signifié conformément à la législation de l’État membre requis.

Le délai de pourvoi n’a pas valablement couru et le pourvoi est recevable lorsque l’attestation établie au moyen du formulaire type figurant à l’annexe I, adressée à l’entité d’origine et confirmant que les formalités relatives à la signification de l’acte ont été accomplies à l’égard du destinataire de la signification, en application de l’article 10, paragraphe 1, du règlement n° 1393/2007 :

– n’est pas produite par le défendeur au pourvoi ;

– précise que la signification ou la notification de l’acte n’a pas été accomplie ;

– n’est pas rédigée dans l’une des langues dans lesquelles la France a déclaré qu’elle pourrait être complétée, en plus du français ;

– ne précise pas que le ou les destinataires de la signification ont été informés par écrit qu’ils pouvaient refuser de recevoir l’acte si celui-ci n’était pas rédigé ou accompagné d’une traduction dans une langue qu’ils comprennent ou dans la langue officielle ou l’une des langues officielles du lieu de signification ou de notification, conformément à l’article 8, paragraphe 1, du règlement précité.

En troisième lieu, à l’égard d’une partie domiciliée au Maroc, le délai de pourvoi de deux mois augmenté de deux mois court du jour où le jugement, qui a été transmis directement par l’autorité compétente au parquet dans le ressort duquel se trouve le destinataire de cet acte, en application de l’article 1er, alinéa premier, de la Convention d’aide mutuelle judiciaire, d’exequatur des jugements et d’extradition entre la France et le Maroc du 5 octobre 1957, annexée au décret n° 60-11 du 12 janvier 1960, est remis à celui-ci.

En conséquence, dès lors que l’arrêt avait été remis au demandeur au pourvoi, qui avait déclaré l’accepter par la voie d’un procès-verbal de police par lui daté et signé, la remise de cet acte avait été régulièrement faite à cette date, de sorte que le pourvoi formé par lui après l’expiration du délai précité ayant couru à la date de la remise est tardif et, partant, irrecevable. Il ne résulte d’aucune disposition du code de la santé publique transposant la directive 93/42 en droit interne, ni de la directive elle-même, qu’un organisme notifié ne peut avoir recours à un sous-traitant que si celui-ci a lui-même la qualité d’organisme notifié.

Voir le commentaire.

Question prioritaire de constitutionnalité – Procédure – Cassation – Assemblée plénière – Instruction – Question prioritaire de constitutionnalité posée après l’arrêt de renvoi – Recevabilité – Non

Ass. plén., 17 décembre 2018, QPC n° 17-84.509, publié au Bulletin, rapport de Mme Teiller et avis de M. Cordier

Ass. plén., 17 décembre 2018, QPC n° 17-84.511, publié au Bulletin, rapport de Mme Teiller et avis de M. Cordier

Il résulte des dispositions des articles L. 431-7 et L. 431-9 du code de l’organisation judiciaire que, lorsque la chambre saisie décide du renvoi d’une affaire devant l’assemblée plénière de la Cour de cassation, cette dernière se prononce sur le pourvoi en l’état des moyens présentés par les parties avant ledit renvoi, entraînant l’irrecevabilité des questions prioritaires de constitutionnalité nouvellement posées devant elle.

Voir le commentaire.