Visites domiciliaires

Ordonnance autorisant la visite

Chambre criminelle, 19 mai 2004 (Bull. n° 130)

S’il n’est pas interdit au juge qui autorise une visite domiciliaire en matière fiscale de fonder sa décision sur une déclaration anonyme, c’est à la condition que celle-ci lui soit soumise au moyen d’un document établi par les agents de l’administration et signé par eux et qu’elle soit corroborée par d’autres éléments d’information qu’il décrit et analyse.