Activité du Bureau d’aide juridictionnelle

A - ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ DU BUREAU D’AIDE JURIDICTIONNELLE DE 1994 à 2004

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Affaires restant à
examiner au 01/01
2 860
2 653
3 424
3 889
4 570
5 331
6 571
4 746
3 933
1 907
1 446
Affaires reçues
-
8 704
9 714
10 334
10 357
11 136
10 555
10 130
10 125
9 478
10 056
Dont nouvelles
délibérations
-
-
747
806
715
802
767
593
919
946
923
Décisions intervenues
dans l’année
-
7 966
8 942
9 036
9 039
9 452
11 843
10 417
12 151
9 939
9 140
Dont suppléments
d’information
-
-
307
617
535
431
514
507
297
223
151
Affaires restant à
examiner au 31/12
2 653
3 424
3 889
4 570
5 331
6 571
4 746
3 933
1 907
1 446
2 362

B - DECISIONS INTERVENUES DANS L’ANNEE

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Rejet
6 702
6 386
6 988
7 167
7 359
7 726
9 746
7 966
9 766
8 003
7261
Admissions
1 887
1 580
1 954
1 869
1 680
1 726
2 097
2 451
2 385
1 936
1879
Total
8 589
8 234
8 942
9 036
9 039
9 452
11 843
10 417
12 151
9 939
9140

OBSERVATIONS

Les données statistiques de l’année 2004 appellent les observations suivantes :

- demandes nouvelles :

10 056, soit une hausse de 6 % par rapport à 2003 où 9 478 demandes avaient été enregistrées (le niveau de 2002, soit 10 125 demandes, est ainsi retrouvé).

- décisions prononcées :

9 140 au lieu de 9 939 en 2003, soit une diminution de 8 %.

- affaires restant à examiner :

2 362 pour 1 446 en 2003, soit une augmentation de 63,34 %.

Cet accroissement du stock des affaires est purement conjoncturel. Il est dû à un ralentissement du rythme d’examen des ressources des demandeurs par les services fiscaux qui ont déménagé en début d’année. La baisse momentanée d’affaires audiencées qui s’en est suivie a, depuis, été compensée.

Pour ce qui concerne les dossiers examinés au fond, les décisions de rejet (qui représentent 79,44 % du total des décisions) sont en diminution de 9,27 % par rapport à l’année 2003, et les décisions d’admission (21,56 % du total) sont également en diminution, dans une proportion de 2,94 %.

Le nombre de recours devant le premier président a été de 1 421 en 2004, soit 40,67 % des décisions de rejet fondées sur l’absence de moyens sérieux, contre 1 623 en 2003 (représentant 41,98 % des décisions de rejet fondées sur l’absence de moyens sérieux).

En 2004, il y a eu 923 demandes de nouvelle délibération (946 en 2003).