Bulletin d’information n° 906 du 15 juillet 2019

Le 06 mars dernier, la première chambre civile a (infra, n° 744), au visa de l’article 847 du code civil, cassé l’arrêt “qui, après avoir constaté que les défunts avaient gratifié leurs petits-enfants, accueille la demande aux fins de prise en compte par le notaire de cette donation dans les opérations de liquidation et partage des successions”. Notant que “les règles du rapport sont subtiles et aboutissent parfois à une solution contraire à la volonté des disposants” et rappelant que “le rapport n’est dû que par un héritier à ses cohéritiers” (alors que “le petit-enfant qui vient à la succession par représentation de l’enfant est tenu de rapporter les donations faites à son auteur” dans la mesure où il intervient dans la succession “en lieu et place du représenté”), Nathalie Levillain indique à ce sujet (AJ Famille 2019, p. 223) que “les petits-enfants gratifiées n’étant pas appelés à la succession des grands-parents précédés en raison de l’acceptation de la succession par leur père, ils ne sont pas tenus au rapport”.

Le même jour, la chambre sociale a jugé (infra, n° 746) qu’“il résulte des articles L. 3312-2 et L. 3313-2 du code du travail que la référence dans le contrat de travail d’un salarié aux modalités de calcul de la prime d’intéressement telles que prévues par l’accord collectif alors en vigueur n’emporte pas contractualisation, au profit du salarié, de ce mode de calcul”, solution approuvée par Julien Icard, qui note (Bull. Joly travail, avril 2019, p. 9) qu’elle “illustre le débat classique sur le fondement de l’effet automatique de l’accord collectif à l’égard des salariés”, où “la Cour de cassation juge [...] que, sauf exception, les dispositions conventionnelles ne sont pas incorporées au contrat de travail, les deux normes étant autonomes”. Dès lors, “la reprise à l’identique par le contrat de dispositions conventionnelles ne leur confère pas la nature de dispositions contractuelles” et, “partant, la révision des dispositions conventionnelles par un accord collectif postérieur n’équivaut pas à une modification du contrat”.

Notant quant à elle qu’“admettre que les parties puissent individualiser, par la voie d’un avenant au contrat de travail, les modalités de calcul de l’intéressement prévues par l’accord collectif applicable au moment de sa signature et puissent s’opposer ainsi à une modification de ces modalités renégociées par la voie d’une révision de l’accord applicable porterait atteinte au caractère par nature collectif de l’intéressement”, Sandrine Maillard-Pinon ajoute (Rev. dr. tr., avril 2019, chron., p. 249) que “la définition d’une modalité de répartition propre à un salarié aurait nécessairement une incidence sur le montant restant à répartir et donc sur la somme versée aux autres salariés”, “peu import[ant] alors la formulation de la clause du contrat de travail qui opère le renvoi à ces dispositions contractuelles”. Au final, pour l’auteur, “l’intéressement [étant], par nature, collectif”, il en découle que, “contractualisé, il serait individualisé et, partant, dénaturé”.

Le lendemain, la deuxième chambre civile a (infra, n° 725), au visa de l’article R. 422-8 du code des assurances, cassé l’arrêt “qui décide que devait être déduite de l’indemnité due par le Fonds [de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions] la somme allouée par un employeur à un salarié envoyé en mission, qui avait été séquestré par un groupe terroriste à l’occasion de celle-ci, sans préciser à quel titre cet employeur, dont l’intention libérale était alléguée, se trouvait tenu de verser cette somme à son salarié”, solution approuvée par Luc Mayaux (RGDA 2019, 116n9), qui note qu’“un donateur n’est pas un débiteur, ni avant le don, ni même après” et qu’“il en va de même de celui qui, sans être animé d’une intention libérale, accomplit un devoir de conscience”, car “le geste cesse alors d’être spontané” : “la cour d’appel aurait donc dû rechercher si ce paiement n’avait pas une autre cause que l’intention libérale alléguée, par exemple la responsabilité civile de l’employeur”.

TRIBUNAL DES CONFLITS

COUR DE CASSATION

Séparation des pouvoirs  703 - 704

N° 703
SÉPARATION DES POUVOIRS

Compétence judiciaire. - Domaine d’application. - Contentieux de la voie de fait. - Voie de fait. - Définition. - Exclusion. - Cas. - Destructions intervenues sur le fondement de l’article 140 du code minier.

Ne peuvent être qualifiées de voie de fait les destructions intervenues en application des dispositions de l’article 140 du code minier, aux termes desquelles le procureur de la République peut ordonner la destruction des matériels ayant servi à commettre la ou les infractions constatées par procès-verbal lorsqu’il n’existe pas de mesures techniques raisonnablement envisageables pour empêcher définitivement le renouvellement de cette ou de ces infractions.
Relève néanmoins de la compétence de la juridiction judiciaire, en ce qu’elle met en cause des actes se rattachant directement à une procédure judiciaire, la demande indemnitaire portant sur de telles destructions, ordonnées par réquisitions du procureur de la République et sur instructions données sur place par son substitut.

11 mars 2019

N° 19-04.152. - TGI Paris, 4 décembre 2018.

M. Maunand, Pt. - M. Stahl, Rap. - Mme Vassallo-Pasquet, rapporteur public. - SCP Foussard et Froger, Av.

N° 704
1° SÉPARATION DES POUVOIRS

Compétence judiciaire. - Exclusion. - Cas. - Responsabilité de l’Etat. - Responsabilité pour faute. - Préjudice non détachable de la conduite des relations entre la France et un Etat étranger. - Possibilité (non).

2° SÉPARATION DES POUVOIRS

Compétence judiciaire. - Exclusion. - Cas. - Responsabilité de l’Etat. - Responsabilité sans faute. - Rupture du principe d’égalité des citoyens devant les charges publiques. - Préjudice du fait d’un accord avec un Etat étranger.

1° Un préjudice non détachable de la conduite des relations entre la France et un Etat étranger ne saurait engager la responsabilité de l’Etat sur le fondement de la faute.
Par conséquent, la juridiction administrative et la juridiction judiciaire sont l’une et l’autre incompétentes pour en connaître.

2° La poursuite de la responsabilité sans faute de l’Etat, sur le fondement de l’égalité des citoyens devant les charges publiques, en réparation d’un préjudice subi du fait d’un accord avec un Etat étranger, relève de la compétence de la juridiction administrative.

11 mars 2019

N° 19-04.153. - TGI Paris, 6 décembre 2018.

M. Maunand, Pt - M. Ménéménis, Rap. - Mme Vassalo-Pasquet, rapporteur public. - SCP Foussard et Froger, SCP Gadiou et Chevallier, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. G, II, 467, note Marie-Christine Rouault.

Question prioritaire de constitutionnalité  705

N° 705
QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ

Obligations et contrats civils. - Code civil. - Article 1907. - Code de la consommation. - Article L. 313-2. - Code monétaire et financier. - Article L. 313-4. - Droit de propriété. - Liberté contractuelle. - Question portant sur une règle jurisprudentielle. - Irrecevabilité.

Attendu qu’à l’occasion du pourvoi qu’elle a formé contre l’arrêt rendu le 7 juin 2018 par la cour d’appel de Versailles, annulant la clause stipulant l’intérêt conventionnel du prêt consenti le 7 novembre 2011 au Centre de lutte contre le cancer François Baclesse et ordonnant la substitution du taux de l’intérêt légal à celui de l’intérêt conventionnel, la société Dexia crédit local a présenté, par un mémoire distinct et motivé, une question prioritaire de constitutionnalité ainsi rédigée :

“Les dispositions des articles 1907 du code civil, L. 313-2 du code de la consommation, dans sa rédaction issue de l’ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000, et L. 313-4 du code monétaire et financier, telles qu’interprétées par une jurisprudence constante, qui sanctionnent, de manière automatique, le défaut de mention du taux effectif global, dans tout écrit constatant un contrat de prêt, par l’annulation de la stipulation conventionnelle d’intérêts et le remplacement du taux contractuel prévu par le taux légal, privant l’établissement de crédit prêteur des intérêts contractuellement dus et l’obligeant dans les termes d’un contrat qu’il n’a pas conclu, méconnaissent-elles les articles 2 et 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, pour porter une atteinte excessive au droit de propriété et à la liberté contractuelle ?” ;

Attendu que, si tout justiciable a le droit de contester la constitutionnalité de la portée effective qu’une interprétation jurisprudentielle constante confère à une disposition législative, sous la réserve que cette jurisprudence ait été soumise à la juridiction suprême compétente, il résulte tant des dispositions de l’article 61-1 de la Constitution et de l’article 23-5 de l’ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée que des décisions du Conseil constitutionnel que la contestation doit concerner la portée que donne à une disposition législative précise l’interprétation qu’en fait la juridiction suprême de l’un ou l’autre ordre ; que la question posée, sous le couvert de critiquer l’article 1907 du code civil, l’article L. 313-2 du code de la consommation, dans sa rédaction issue de l’ordonnance n° 2006-346 du 23 mars 2006, et l’article L. 313-4 du code monétaire et financier, dans sa rédaction issue de la loi n° 2010-737 du 1er juillet 2010, porte exclusivement sur la règle jurisprudentielle, énoncée au visa de ces textes, selon laquelle le défaut de mention du taux effectif global ou l’inexactitude de celui-ci, équivalant à un défaut de mention, dans tout écrit constatant un contrat de prêt, est sanctionné par l’annulation de la clause stipulant l’intérêt conventionnel et la substitution consécutive à celui-ci de l’intérêt légal ; qu’il s’ensuit que la question n’est pas recevable ;

Par ces motifs :

DÉCLARE IRRECEVABLE la question prioritaire de constitutionnalité.

1re Civ. - 14 mars 2019. IRRECEVABILITÉ

N° 18-21.567. - CA Versailles, 7 juin 2018.

Mme Batut, Pt. - M. Vitse, Rap. - M. Lavigne, Av. Gén. - SCP Piwnica et Molinié, SCP Waquet, Farge et Hazan, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. E, Act., 196.

Action civile 706
Appel civil 717
Architecte entrepreneur 707 - 708
Assurance (règles générales) 709
Assurance de personnes 710
Atteinte à l’intégrité physique ou psychique de la personne 711
Avocat 712
Blanchiment 713
Circulation routière 714
Commune 715
Construction immobilière 716
Copropriété 717 à 719
Entreprise en difficulté (loi du 26 juillet 2005) 720 à 722
Etranger 723 - 724
Fonds de garantie 725
Impôts et taxes 726
Indemnisation des victimes d’infraction 727
Instruction 728
Jeux de hasard 729
Prescription civile 730
Prêt 731
Représentation des salariés 732
Responsabilité délictuelle ou quasi délictuelle 727
Santé publique 733
Sécurité sociale 734 à 736
Sécurité sociale, accident du travail 737 - 738
Sécurité sociale, assurances sociales 739 - 740
Sécurité sociale, contentieux 741
Séparation des pouvoirs 742
Statut collectif du travail 743
Succession 744
Syndicat professionnel 745
Travail réglementation, rémunération 746
Usufruit 747

1* Les titres et sommaires des arrêts publiés dans le présent numéro paraissent, avec le texte de l’arrêt, dans leur rédaction définitive, au Bulletin des arrêts de la Cour de cassation du mois correspondant à la date du prononcé des décisions.

N° 706
ACTION CIVILE

Préjudice. - Préjudice direct. - Définition. - Eléments constitutifs de l’infraction. - Défaut. - Portée.

Les droits de la partie civile ne peuvent être exercés que par les personnes justifiant d’un préjudice résultant de l’ensemble des éléments constitutifs de l’une des infractions visées à la poursuite.
Est irrecevable à se constituer partie civile la commune qui invoque un préjudice matériel de même qu’un préjudice résultant de l’atteinte à son image à la suite de la réalisation d’un attentat sur son territoire dès lors que, d’une part, l’information résultant de ces faits a été ouverte des seuls chefs d’infractions à la législation sur les armes, de crimes contre la vie ou l’intégrité des personnes et de participation à un groupement en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes, toutes infractions en relation avec une entreprise terroriste, cette dernière n’étant susceptible d’avoir porté directement atteinte, au-delà des victimes personnes physiques, qu’aux intérêts de la nation, d’autre part, aucun des préjudices allégués ne découle de l’ensemble des éléments constitutifs desdites infractions.

Crim. - 12 mars 2019. REJET

N° 18-80.911. - CA Paris, 26 janvier 2018.

M. Soulard, Pt. - M. Ricard, Rap. - M. Lagauche, Av. Gén. - SCP Thouin-Palat et Boucard, Av.

Doctrine : Procédures 2019, comm. 167, note Anne-Sophie Chavent-Leclère.

N° 707
ARCHITECTE ENTREPRENEUR

Réception de l’ouvrage. - Définition. - Réception contradictoire. - Entrepreneur dûment convoqué. - Présence du maître de l’ouvrage et du maître d’oeuvre. - Portée.

Ayant relevé qu’une entreprise avait été convoquée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception et par une télécopie du même jour, adressée et reçue au numéro figurant sur les procès-verbaux des réunions de chantier et où avaient été adressées des télécopies de l’architecte notifiant à l’entrepreneur des erreurs d’exécution, une cour d’appel retient, à bon droit, que la réception prononcée en présence du maître de l’ouvrage et du maître d’oeuvre était contradictoire.

3e Civ. - 7 mars 2019. REJET

N° 18-12.221. - CA Aix-en-Provence, 14 décembre 2017.

M. Chauvin, Pt. - M. Pronier, Rap. - SCP Gadiou et Chevallier, SCP Boulloche, SCP Boutet et Hourdeaux, SCP Le Bret-Desaché, Av.

N° 708
ARCHITECTE ENTREPRENEUR

Responsabilité. - Responsabilité à l’égard du maître de l’ouvrage. - Garantie décennale. - Domaine d’application. - Eléments d’équipement du bâtiment. - Malfaçons rendant l’ouvrage impropre à sa destination.

Ne tire pas les conséquences légales de ses propres constatations une cour d’appel qui rejette les demandes fondées sur la présomption de responsabilité des constructeurs de l’article 1792 du code civil, après avoir constaté que le désordre affectant un insert avait causé un incendie ayant intégralement détruit une habitation, de sorte qu’il importait peu que l’insert eût été dissociable ou non, d’origine ou installé sur existant.

3e Civ. - 7 mars 2019. CASSATION

N° 18-11.741. - CA Metz, 2 mars 2017.

M. Chauvin, Pt. - M. Pronier, Rap. - M. Kapella, Av. Gén. - SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Gadiou et Chevallier, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. N, Act., 301 ; D. 2019, somm., p. 536 ; Ann. loyers, mai 2019, p. 123, note Michel et Julien Zavaro ; RD imm. 2019, p. 286, note Mathieu Poumarède.

N° 709
ASSURANCE (règles générales)

Police. - Transmission. - Aliénation de la chose assurée. - Continuation de plein droit au profit de l’acquéreur. - Domaine d’application.

Viole l’article L. 121-10 du code des assurances une cour d’appel qui écarte la subrogation de l’acquéreur dans les droits du vendeur à l’égard de son assureur alors que, d’une part, elle avait relevé que le sinistre était survenu après la conclusion de la promesse de vente de l’immeuble, d’autre part, sauf clause contraire, l’acquéreur du bien assuré se voit transmettre l’ensemble des droits nés du contrat d’assurance souscrit par le cédant et peut en conséquence réclamer le versement entre ses mains de l’indemnité due au titre du sinistre, quand bien même celui-ci serait antérieur au transfert de propriété.

3e Civ. - 7 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 18-10.973. - CA Douai, 26 octobre 2017.

M. Chauvin, Pt. - Mme Greff-Bohnert, Rap. - SCP Boulloche, SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Caston, Av.

Doctrine : Ann. loyers, mai 2019, p. 101, note Christelle Coutant-Lapalus ; RJDA 2019, n° 318 ; RGDA 2019, 116n0, note Agnès Pimbert.

N° 710
ASSURANCE DE PERSONNES

Accidents corporels. - Garantie. - Décès accidentel. - Preuve. - Charge incombant au demandeur.

Il appartient à celui qui réclame le bénéfice de l’assurance d’établir que sont réunies les conditions requises par la police pour mettre en jeu cette garantie.
Par suite, c’est sans inverser la charge de la preuve qu’une cour d’appel décide qu’il appartenait aux ayants droit d’un assuré d’établir que le décès de ce dernier revêtait un caractère accidentel, circonstance qui constituait une condition de la garantie.

2e Civ. - 7 mars 2019. REJET

N° 18-13.347. - CA Besançon, 21 novembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Isola, Rap. - M. Grignon Dumoulin, Av. Gén. - SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Rousseau et Tapie, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. G, II, 419, note Bélinda Waltz-Teracol ; RGDA 2019, 116m9, note Anne Pélissier.

N° 711
ATTEINTE A L’INTÉGRITÉ PHYSIQUE OU PSYCHIQUE DE LA PERSONNE

Atteinte volontaire à l’intégrité de la personne. - Administration à autrui de substances nuisibles à la santé. - Eléments constitutifs. - Transmission en connaissance de cause du virus de l’immunodéficience humaine par la voie sexuelle. - Défaut. - Portée.

En l’absence de contamination de la victime, après des relations sexuelles non protégées avec une personne séropositive portant une charge virale indétectable du virus de l’immunodéficience humaine, l’élément matériel du délit d’administration de substances nuisibles fait défaut.

Crim. - 5 mars 2019. REJET

N° 18-82.704. - CA Rouen, 24 janvier 2018.

M. Soulard, Pt. - M. Bellenger, Rap. - M. Lagauche, Av. Gén. - SCP Potier de la Varde, Buk-Lament et Robillot, Av.

Doctrine : Gaz. Pal. 2019, n° 16, p. 16, note Rodolphe Mésa, et n° 17, p. 53, note Emmanuel Dreyer.

N° 712
AVOCAT

Barreau. - Inscription au tableau. - Conditions particulières. - Article 98, 3°, du décret du 27 novembre 1991. - Juriste d’entreprise. - Définition. - Applications diverses. - Juriste d’un CRIDON (non).

Sont dispensés de la formation théorique et pratique et du certificat d’aptitude à la profession d’avocat les juristes d’entreprise justifiant de huit ans au moins de pratique professionnelle au sein d’un service juridique d’une ou plusieurs entreprises, qui ont exercé leurs fonctions exclusivement dans un service spécialisé chargé dans l’entreprise des problèmes juridiques posés par l’activité de celle-ci.
Dès lors, c’est à bon droit qu’après avoir relevé qu’un juriste employé pendant plus de huit ans au sein d’un centre de recherches, d’information et de documentation notariales, constitué sous la forme d’une association, n’avait pas exercé ses fonctions en vue du traitement interne des questions juridiques posées par l’activité de ce centre, personne morale distincte des membres qui la composent, mais pour le traitement externe des questions juridiques posées par les dossiers des notaires adhérents, une cour d’appel a retenu qu’il ne pouvait bénéficier de la dispense prévue à l’article 98, 3°, du décret n° 91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat.

1re Civ. - 13 mars 2019. REJET

N° 18-12.253. - CA Bordeaux, 22 décembre 2017.

Mme Batut, Pt. - Mme Canas, Rap. - Mme Legoherel, Av. Gén. - SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Le Bret-Desaché, Av.

N° 713
BLANCHIMENT

Infraction originaire. - Présomption. - Preuve. - Conditions matérielles de l’opération de dissimulation. - Dissimulation de l’origine des fonds ou du bénéficiaire. - Appréciation souveraine.

Justifie sa décision la cour d’appel qui, pour appliquer la présomption d’origine illicite des fonds, prévue par l’article 324-1-1 du code pénal pour les biens ou les revenus objet d’une des opérations de blanchiment visées à l’alinéa 2 de l’article 324-1 du même code, relève, par des motifs procédant de son appréciation souveraine, les circonstances de fait lui permettant d’énoncer que les conditions matérielles de l’opération de dissimulation de la somme en possession de laquelle le prévenu a été trouvé lors de son passage à la frontière ne peuvent avoir d’autre justification que de dissimuler l’origine ou le bénéficiaire effectif de cette somme.

Crim. - 6 mars 2019. REJET

N° 18-81.059. - CA Colmar, 10 novembre 2017.

M. Soulard, Pt. - Mme Planchon, Rap. - Mme Zientara-Logeay, Av. Gén. - SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, Av.

N° 714
CIRCULATION ROUTIÈRE

Conduite d’un véhicule sans permis. - Eléments constitutifs. - Possession d’un permis délivré par un Etat étranger. - Permis délivré par un Etat membre de l’Union européenne. - Commission d’une infraction. - Obligation d’échange. - Défaut. - Effet.

Constitue l’infraction de conduite sans permis, tant dans son élément matériel que dans son élément intentionnel, le fait, par une personne titulaire d’un permis de conduire délivré par un Etat membre de l’Union européenne, de conduire un véhicule alors que le relevé d’information intégral du système national des permis de conduire fait apparaître que, d’une part, elle a commis des infractions rendant obligatoire l’échange de son permis de conduire en vertu des dispositions de l’article R. 222-2 du code de la route et, d’autre part, elle n’est plus titulaire d’aucun droit à ce titre, en raison de la perte des points résultant de ces infractions.

Crim. - 12 mars 2019. REJET

N° 18-84.914. - CA Paris, 11 juin 2018.

M. Soulard, Pt. - Mme de Lamarzelle, Rap. - M. Cordier, P. Av. Gén.

N° 715
COMMUNE

Organisation de la commune. - Actes des autorités communales. - Contrat conclu au nom de la commune. - Compétence de l’autorité signataire. - Règles d’ordre public. - Portée.

La méconnaissance des dispositions d’ordre public relatives à la compétence de l’autorité signataire d’un contrat de droit privé conclu au nom d’une commune est sanctionnée par la nullité absolue, laquelle ne peut être couverte par la confirmation du contrat.

Com. - 6 mars 2019. CASSATION

N° 16-25.117. - CA Versailles, 21 septembre 2016.

Mme Mouillard, Pt. - M. Remeniéras, Rap. - M. Le Mesle, P. Av. Gén. - SCP Boutet et Hourdeaux, SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer, SCP Matuchansky, Poupot et Valdelièvre, Av.

Doctrine : Defrénois 2019, n° 11, p. 5 ; JCP 2019, éd. G, Act., 308, note Jérôme Lasserre Capdeville ; JCP 2019, éd. N, Act., 364, note Jérôme Lasserre Capdeville ; Gaz. Pal. 2019, n° 14, p. 22, note Dimitri Houtcieff.

N° 716
CONSTRUCTION IMMOBILIÈRE

Immeuble à construire. - Vendeur. - Obligations. - Garantie des vices apparents. - Mise en oeuvre. - Réparation. - Offre. - Caractérisation. - Proposition de reprise du constructeur. - Appréciation souveraine.

Les juges du fond apprécient souverainement si la proposition de reprise du constructeur constitue une offre consistant en l’obligation de réparer au sens de l’article 1642-1 du code civil.

3e Civ. - 7 mars 2019. REJET

N° 18-16.182. - CA Versailles, 5 mars 2018.

M. Chauvin, Pt. - M. Bureau, Rap. - SCP Caston, SCP Bénabent, Av.

Doctrine : Ann. loyers, mai 2019, p. 101, note Christelle Coutant-Lapalus, et p. 124, note Michel et Julien Zavaro ; RD imm. 2019, p. 278, note Olivier Tournafond et Jean-Philippe Tricoire.

N° 717
1° COPROPRIÉTÉ

Action en justice. - Action individuelle des copropriétaires. - Action en nullité d’une assemblée générale. - Exercice. - Copropriétaire ayant qualité pour agir. - Copropriétaire ayant voté en faveur de certaines décisions.

2° APPEL CIVIL

Demande nouvelle. - Prétention virtuellement comprise dans la demande originaire. - Vérification nécessaire.

1° Est irrecevable la demande en annulation d’une assemblée générale présentée par un copropriétaire qui a voté en faveur de certaines de ses décisions.

2° Ne donne pas de base légale à sa décision au regard de l’article 42 de la loi n° 65-557du 10 juillet 1965, ensemble l’article 566 du code de procédure civile, une cour d’appel qui déclare irrecevable la demande en annulation de diverses décisions adoptées au cours d’une assemblée générale, sans rechercher si cette demande subsidiaire n’était pas virtuellement comprise dans celle en annulation de l’assemblée générale et, dans l’affirmative, sans constater que cette demande initiale avait été formée hors délai.

3e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 18-10.379. - CA Aix-en-Provence, 19 octobre 2017.

M. Chauvin, Pt. - Mme Dagneaux, Rap. - Mme Valdès-Boulouque, P. Av. Gén. - Me Occhipinti, SCP Caston, Av.

Doctrine : Defrénois 2019, n° 13, p. 12 ; Loyers et copr. 2019, comm. 61, note Agnès Lebatteux ; JCP 2019, éd. G, chron. 438, spéc. n° 13, note Hugues Périnet-Marquet ; Ann. loyers, mai 2019, p. 95, note Jean-Marc Roux.

N° 718
COPROPRIÉTÉ

Syndicat de copropriété. - Assemblée générale. - Décision. - Décision d’approbation des comptes de l’exercice écoulé. - Portée.

L’approbation des comptes emporte seulement constatation de la régularité comptable et financière des comptes du syndicat.
Ayant relevé qu’une assemblée générale des copropriétaires n’avait fait qu’approuver les comptes de l’exercice précédent comprenant une dépense inhérente à des travaux, une cour d’appel a pu en déduire que cette décision n’était entachée d’aucune irrégularité susceptible d’entraîner sa nullité.

3e Civ. - 14 mars 2019. REJET

N° 17-26.190. - CA Montpellier, 27 juin 2017.

M. Chauvin, Pt. - Mme Schmitt, Rap. - Mme Valdès-Boulouque, P. Av. Gén. - SCP Rousseau et Tapie, SCP Potier de la Varde, Buk-Lament et Robillot, Av.

Doctrine : Loyers et copr. 2019, comm. 60, note Agnès Lebatteux ; Ann. loyers, mai 2019, p. 93, note Jean-Marc Roux.

N° 719
COPROPRIÉTÉ

Syndicat des copropriétaires. - Syndicat secondaire. - Constitution. - Conditions. - Détermination.

La circonstance que le règlement d’une copropriété prévoie des parties communes spéciales et que soient appelées des charges spéciales sur lesquelles seuls les copropriétaires concernés sont appelés à délibérer ne suffit pas à caractériser la création d’un syndicat secondaire des copropriétaires.

3e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION

N° 18-10.214. - CA Colmar, 27 octobre 2017.

M. Chauvin, Pt. - Mme Dagneaux, Rap. - Mme Valdès-Boulouque, P. Av. Gén. - SCP Krivine et Viaud, SCP Fabiani, Luc-Thaler et Pinatel, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. N, Act., 338 ; JCP 2019, éd. G, chron. 438, spéc. n° 12, note Hugues Périnet-Marquet ; Rev. loyers 2019, p. 194, note Vivien Zalewski-Sicard ; Ann. loyers, mai 2019, p. 93, note Jean-Marc Roux.

N° 720
ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ (loi du 26 juillet 2005)

Liquidation judiciaire. - Effets. - Dessaisissement du débiteur. - Limites. - Contestation d’une décision ayant une incidence sur son passif. - Recevabilité du pourvoi formé par le débiteur. - Passif. - Indivisibilité de l’objet du pourvoi. - Mise en cause du liquidateur. - Nécessité.

Lorsque son liquidateur n’a pas été mis en cause devant les juges du fond ni devant la Cour de cassation, le pourvoi formé par le débiteur en liquidation judiciaire contre l’arrêt qui l’a condamné à relever et garantir son ex-épouse de toutes les sommes qui pouvaient être mises à la charge de celle-ci au profit de divers créanciers n’est pas irrecevable, dès lors que ce débiteur peut contester seul une décision qui a une incidence sur son passif.
En revanche, en raison de l’indivisibilité de l’objet de ce pourvoi, qui concerne le passif et n’est donc pas étranger à la mission du liquidateur, la mise en cause de ce dernier est nécessaire à la régularisation de la procédure.

Com. - 6 mars 2019. RABAT D’ARRÊT

N° 16-26.989. - CA Poitiers, 30 mars 2016.

M. Rémery, Pt (f.f.). - Mme Brahic-Lambrey, Rap. - SCP Didier et Pinet, Av.

N° 721
ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ (loi du 26 juillet 2005)

Liquidation judiciaire. - Patrimoine. - Entrepreneur individuel à responsabilité limitée. - Déclaration d’affectation. - Portée. - Absence de mention de l’affectation du patrimoine du débiteur dans le jugement d’ouverture. - Opposabilité. - Créance étrangère à l’exercice de l’activité professionnelle du débiteur. - Déclaration à la procédure collective du débiteur.

Même si un débiteur a, en application de l’article L. 526-6 du code de commerce, déclaré affecter une partie de son patrimoine à son activité professionnelle, pour l’exercice de laquelle il utilise une certaine dénomination, lorsque le jugement ouvrant sa procédure collective ne précise pas que celle-ci ne vise que les éléments du patrimoine affecté à l’activité en difficulté et que les publications faites de ce jugement en vertu de l’article R. 621-8 du même code, le rendant opposable aux créanciers, ne mentionnent ni la dénomination sous laquelle le débiteur exerce son activité d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée, ni ces derniers mots, ni les initiales EIRL, il en résulte que le créancier dont la créance n’est pas née à l’occasion de cette activité professionnelle peut déclarer sa créance à la procédure collective du débiteur telle qu’elle a été ouverte et rendue publique.

Com. - 6 mars 2019. CASSATION

N° 17-26.605. - CA Bastia, 12 juillet 2017.

M. Rémery, Pt (f.f.). - Mme Vallansan, Rap. - SCP Capron, SCP Marlange et de La Burgade, Av.

Doctrine : D. 2019, p. 797, note Véronique Legrand ; RJDA 2019, n° 355 ; Bull. Joly sociétés 2019, p. 34, note Florence Reille ; Gaz. Pal. 2019, n° 17, p. 18, note Sarah Farhi.

N° 722
ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ (loi du 26 juillet 2005)

Organes. - Liquidateur. - Responsabilité. - Faute personnelle du liquidateur. - Action introduite par un créancier. - Recevabilité. - Conditions. - Préjudice personnel dont la réparation est étrangère à la reconstitution du gage commun. - Applications diverses. - Décision du liquidateur de ne pas poursuivre un contrat de crédit-bail. - Perte de valeur vénale d’un immeuble causée par le défaut de restitution des lieux et la dégradation de l’immeuble.

Constitue un préjudice personnel du crédit-bailleur, seul propriétaire de l’immeuble occupé par le crédit-preneur mis en liquidation judiciaire, la perte de valeur vénale de cet immeuble causée par le défaut de restitution des lieux et la dégradation de l’immeuble après la décision du liquidateur de ne pas poursuivre le contrat de crédit-bail.
Dès lors, la réparation de ce préjudice est étrangère à la reconstitution du gage commun et le crédit-bailleur est recevable à en rechercher l’indemnisation auprès du liquidateur, en invoquant une faute personnelle de celui-ci, sans être tenu de déclarer la créance de dommages-intérêts au passif du crédit-preneur.

Com. - 6 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 17-20.545. - CA Versailles, 30 mars 2017.

M. Rémery, Pt (f.f.). - Mme Bélaval, Rap. - Mme Henry, Av. Gén. - SCP Potier de la Varde, Buk-Lament et Robillot, SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, Av.

Doctrine : D. 2019, somm., p. 532 ; RJDA 2019, n° 359.

N° 723
ETRANGER

Mesures d’éloignement. - Rétention dans des locaux ne relevant pas de l’administration pénitentiaire. - Demandeur d’asile. - Demande d’asile formulée au cours de la rétention. - Maintien en rétention. - Contestation portant sur l’existence, la date ou le contenu de l’arrêté de maintien en rétention. - Juge compétent. - Détermination.

En application des articles L. 556-1 et R. 552-17 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, toute contestation portant sur l’existence, la date ou le contenu de l’arrêté de maintien en rétention faisant suite à une demande d’asile formalisée en cours de rétention échappe au contrôle du juge judiciaire pour relever de la compétence du juge administratif.

1re Civ. - 6 mars 2019. REJET

N° 18-13.908. - CA Paris, 19 janvier 2018.

Mme Batut, Pt. - Mme Gargoullaud, Rap. - Mme Marilly, Av. Gén. - SCP Spinosi et Sureau, Av.

N° 724
ETRANGER

Mesures d’éloignement. - Rétention dans des locaux ne relevant pas de l’administration pénitentiaire. - Placement en rétention. - Décision de placement. - Régularité. - Contestation. - Saisine du juge des libertés et de la détention par l’étranger. - Garanties effectives de représentation de l’étranger. - Examen par le préfet. - Contrôle du juge. - Motifs impropres à caractériser l’insuffisance de l’examen. - Applications diverses.

Les constats de l’existence d’une instance d’appel portant sur la légalité de la décision administrative d’éloignement et du droit à comparaître de l’intéressé sont des motifs impropres à caractériser l’insuffisance de l’examen, par le préfet, des garanties de représentation effectives propres à prévenir le risque que l’étranger se soustraie à son obligation de quitter le territoire national.

1re Civ. - 6 mars 2019. CASSATION SANS RENVOI

N° 18-14.085. - CA Rennes, 9 février 2018.

Mme Batut, Pt. - Mme Gargoullaud, Rap. - Mme Marilly, Av. Gén. - SCP Foussard et Froger, Av.

N° 725
FONDS DE GARANTIE

Actes de terrorisme et autres infractions. - Indemnisation. - Offre. - Montant. - Fixation. - Modalités. - Détermination. - Portée.

Selon l’article R. 422-8 du code des assurances, l’offre d’indemnisation des dommages résultant d’une atteinte à la personne faite à la victime d’un acte de terrorisme indique l’évaluation retenue par le Fonds pour chaque chef de préjudice et le montant des indemnités qui reviennent à la victime compte tenu des prestations énumérées à l’article 29 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 et des indemnités de toute nature reçues ou à recevoir d’autres débiteurs du chef du même préjudice.
Prive, dès lors, sa décision de base légale la cour d’appel qui décide que devait être déduite de l’indemnité due par le Fonds la somme allouée par un employeur à un salarié envoyé en mission, qui avait été séquestré par un groupe terroriste à l’occasion de celle-ci, sans préciser à quel titre cet employeur, dont l’intention libérale était alléguée, se trouvait tenu de verser cette somme à son salarié.

2e Civ. - 7 mars 2019. CASSATION

N° 17-27.139. - CA Paris, 6 juillet 2017.

Mme Flise, Pt. - M. Besson, Rap. - M. Grignon Dumoulin, Av. Gén. - SCP Marlange et de La Burgade, SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, Av.

Doctrine : Bull. Joly travail, avril 2019, p. 26, note Dominique Asquinazi-Bailleux ; RGDA 2019, 116n9, note Luc Mayaux.

N° 726
IMPÔTS ET TAXES

Impôt de solidarité sur la fortune. - Assiette. - Déduction. - Dette incertaine. - Décision mettant fin à la contestation. - Dette rétroactivement déductible.

En application des dispositions de l’article 768 du code général des impôts et de l’article 885 E du même code, pour être déductible de l’assiette de l’impôt de solidarité sur la fortune, une dette doit être certaine au jour du fait générateur de l’impôt, soit au 1er janvier de l’année d’imposition, et une dette incertaine du fait d’une contestation est rétroactivement déductible pour le montant ultérieurement arrêté par la décision mettant fin à la contestation.

Com. - 13 mars 2019. CASSATION

N° 17-13.305. - CA Douai, 15 décembre 2016.

Mme Mouillard, Pt. - M. Gauthier, Rap. - M. Debacq, Av. Gén. - SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer, SCP Foussard et Froger, Av.

N° 727
1° INDEMNISATION DES VICTIMES D’INFRACTION

Indemnité. - Montant. - Fixation. - Prestations et sommes mentionnées à l’article 706-9 du code de procédure pénale. - Allocation d’éducation de l’enfant handicapé et son complément. - Caractère indemnitaire. - Défaut. - Portée.

2° RESPONSABILITÉ DÉLICTUELLE OU QUASI DÉLICTUELLE

Dommage. - Réparation. - Indemnité. - Montant. - Fixation. - Eléments pris en considération. - Allocation aux adultes handicapés (non).

3° RESPONSABILITÉ DÉLICTUELLE OU QUASI DÉLICTUELLE

Dommage. - Réparation. - Déficit fonctionnel permanent. - Indemnisation. - Incidence professionnelle. - Cumul. - Exclusion. - Cas. - Victime mineure.

4° RESPONSABILITÉ DÉLICTUELLE OU QUASI DÉLICTUELLE

Dommage. - Réparation. - Déficit fonctionnel permanent. - Indemnisation. - Préjudice scolaire, universitaire ou de formation. - Cumul.

5° RESPONSABILITÉ DÉLICTUELLE OU QUASI DÉLICTUELLE

Dommage. - Réparation. - Préjudice corporel. - Préjudice esthétique permanent. - Préjudice distinct. - Préjudice esthétique temporaire. - Portée.

1° Selon l’article 706-9 du code de procédure pénale, la commission d’indemnisation des victimes d’infraction tient compte, dans le montant des sommes allouées à la victime au titre de la réparation de son préjudice, des indemnités de toute nature reçues ou à recevoir d’autres débiteurs au titre du même préjudice.
Il résulte des articles L. 511-1, L. 541-1 et R. 541-1 du code de la sécurité sociale que l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé et son complément ne revêtent pas de caractère indemnitaire. En effet, dès lors que cette allocation est due à la personne qui assume la charge de l’enfant handicapé dont l’incapacité permanente est au moins égale à un taux déterminé, qu’elle est destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés par cette personne à l’enfant jusqu’à l’âge de 20 ans, qu’elle est fixée, sans tenir compte des besoins individualisés de l’enfant, à un montant forfaitaire exprimé en pourcentage de la base de calcul mensuelle des allocations familiales, cette prestation à affectation spéciale, liée à la reconnaissance de la spécificité des charges induites par le handicap de l’enfant, constitue une prestation familiale et ne répare pas un préjudice de cet enfant.
Dès lors, encourt la cassation l’arrêt d’une cour d’appel qui déduit l’allocation de l’enfant handicapé et son complément de l’indemnité allouée à la victime au titre du préjudice lié à son besoin d’assistance par une tierce personne.

2° L’allocation aux adultes handicapés, qui est dépourvue de caractère indemnitaire, ne peut être prise en compte pour évaluer les pertes de gains professionnels de la victime.

3° Une cour d’appel relève exactement que la privation de toute activité professionnelle, pour une victime mineure au moment des faits, est prise en compte au titre du déficit fonctionnel permanent, lequel inclut la perte de qualité et les troubles ressentis dans les conditions d’existence personnelles, familiales et sociales, et en déduit à bon droit qu’il n’y a pas lieu de retenir l’existence d’une incidence professionnelle distincte de la perte de revenus déjà indemnisée.

4° Le préjudice scolaire, universitaire ou de formation constitue un poste de préjudice distinct du déficit fonctionnel permanent.
Dès lors, encourt la cassation l’arrêt d’une cour d’appel qui retient que l’impossibilité pour la victime d’avoir un cursus scolaire est déjà prise en compte par l’indemnisation du déficit fonctionnel permanent.

5° Le préjudice esthétique temporaire est un préjudice distinct du préjudice esthétique permanent.
Dès lors, encourt la cassation l’arrêt d’une cour d’appel qui retient que le préjudice définitif retenu par l’expert se confond avec le préjudice esthétique temporaire et qu’il n’y a pas lieu de prévoir une indemnisation distincte pour la période antérieure à la consolidation.

2e Civ. - 7 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 17-25.855. - CA Dijon, 11 juillet 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Touati, Rap. - M. Grignon Dumoulin, Av. Gén. - SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, SCP Delvolvé et Trichet, Av.

N° 728
INSTRUCTION

Nullités. - Chambre de l’instruction. - Saisine. - Examen de la régularité de la procédure. - Annulation d’actes. - Requêtes en nullité successives. - Eléments nouveaux. - Eléments apparus après la première requête. - Portée.

Le président de la chambre de l’instruction excède ses pouvoirs en déclarant irrecevable une requête aux fins d’annulation de pièces de la procédure, alors que le mis en examen fait valoir que la preuve de la présence de journalistes, et l’autorisation donnée à cette fin par l’autorité judiciaire, est apparue postérieurement à une première requête en nullité rejetée par la chambre.

Crim. - 5 mars 2019. ANNULATION

N° 18-85.752. - CA Nancy, 20 septembre 2018.

M. Pers, Pt (f.f.). - M. Lavielle, Rap. - M. Lagauche, Av. Gén.

Doctrine : Procédures 2019, comm. 168, note Anne-Sophie Chavent-Leclère.

N° 729
JEUX DE HASARD

Exception de jeu. - Dérogation. - Jeux autorisés par la loi. - Pari mutuel urbain. - Limites. - Méconnaissance des dispositions relatives à l’enregistrement des paris et au règlement des enjeux.

Aux termes de l’article 1965 du code civil, la loi n’accorde aucune action pour une dette du jeu ou pour le paiement d’un pari.
Si cette fin de non-recevoir ne peut être opposée aux actions en recouvrement exercées par les établissements du pari mutuel urbain, dont l’activité est spécialement autorisée par la loi et réglementée par les pouvoirs publics, il en va autrement en cas de méconnaissance, par ces établissements, des dispositions relatives à l’enregistrement des paris et au règlement des enjeux.

1re Civ. - 13 mars 2019. CASSATION PARTIELLE SANS RENVOI

N° 18-13.856. - CA Lyon, 25 janvier 2018.

Mme Batut, Pt. - Mme Canas, Rap. - M. Sudre, Av. Gén. - SCP de Nervo et Poupet, SCP Monod, Colin et Stoclet, Av.

N° 730
PRESCRIPTION CIVILE

Suspension. - Impossibilité d’agir. - Exclusion. - Cas. - Empêchement ayant pris fin avant l’expiration du délai de prescription.

La règle selon laquelle la prescription ne court pas contre celui qui est empêché d’agir ne s’applique pas lorsque le titulaire de l’action disposait encore, à la cessation de l’empêchement, du temps nécessaire pour agir avant l’expiration du délai de prescription.
Ne peut donc se prévaloir de la suspension de la prescription l’auteur d’une requête en reconnaissance de responsabilité civile professionnelle d’une société d’avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, dès lors que celui-ci disposait encore, à la cessation de l’empêchement invoqué, de plusieurs mois pour agir avant l’expiration du délai quinquennal de prescription.

1re Civ. - 13 mars 2019. IRRECEVABILITÉ DE LA REQUÊTE

N° 17-50.053. - Conseil de l’ordre des avocats à la Cour de cassation, 19 novembre 2015.

Mme Batut, Pt. - Mme Teiller, Rap. - SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer, SCP Le Bret-Desaché, Av.

N° 731
PRÊT

Prêt d’argent. - Intérêts. - Taux. - Clause fixant l’intérêt conventionnel. - Clause abusive. - Sanction. - Substitution du taux de l’intérêt légal.

Ayant relevé que la stipulation d’un intérêt caractérisait le contrat de prêt dont la clause fixant l’intérêt conventionnel était abusive, c’est à bon droit qu’une cour d’appel a substitué le taux de l’intérêt légal à celui de l’intérêt conventionnel, en tant que disposition de droit national à caractère supplétif, sous peine d’entraîner l’annulation du contrat et ainsi d’imposer au consommateur la restitution immédiate du capital emprunté.

1re Civ. - 13 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 17-23.169. - CA Metz, 27 avril 2017.

Mme Batut, Pt. - M. Vitse, Rap. - SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Fabiani, Luc-Thaler et Pinatel, Av.

Doctrine : D. 2019, somm., p. 581, et p. 1033, note Anne Etienney-de Sainte Marie ; RLDAff. 2019, n° 6688.

N° 732
REPRÉSENTATION DES SALARIÉS

Délégués du personnel. - Institution. - Obligation. - Carence. - Procès-verbal de carence. - Cas. - Procès-verbal antérieur à la cession. - Portée.

Justifie légalement sa décision de dire que la consultation pour avis des délégués du personnel prévue par l’article L. 1226-10 du code du travail n’avait pu être diligentée par l’employeur cessionnaire, en l’absence de demande d’organisation d’élections professionnelles formée par un salarié ou une organisation syndicale, la cour d’appel qui relève que le fonds de la société cédante, au sein de laquelle l’absence de délégués du personnel avait été dûment constatée selon procès-verbal de carence antérieur à la cession, avait été cédé en sa totalité et que l’entité ainsi transférée en application de l’article L. 1224-1 du code du travail avait conservé son autonomie.

Soc. - 6 mars 2019. REJET

N° 17-28.478. - CA Bourges, 3 juin 2016.

M. Huglo, Pt (f.f.). - M. Rinuy, Rap. - SCP Potier de la Varde, Buk-Lament et Robillot, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. S, Act., n° 118, et II, 1107, note Matthieu Babin ; RJS 2019, n° 284 ; Bull. Joly travail, mai 2019, p. 23, note Florence Bergeron-Canut.

N° 733
SANTÉ PUBLIQUE

Lutte contre les maladies et les dépendances. - Lutte contre les maladies mentales. - Décision d’admission du patient en hospitalisation complète. - Saisine du juge des libertés et de la détention. - Saisine tardive. - Détermination. - Exclusion. - Cas. - Saisine intervenue dans le délai légal de huit jours à compter de la décision d’admission.

Une saisine du juge des libertés et de la détention intervenue dans le délai de huit jours à compter de la décision d’admission en soins psychiatriques prévu à l’article L. 3211-12-1, I, du code de la santé publique ne peut être considérée comme tardive.

1re Civ. - 6 mars 2019. CASSATION SANS RENVOI

N° 17-31.265. - CA Chambéry, 18 octobre 2017.

Mme Batut, Pt. - Mme Gargoullaud, Rap. - Mme Marilly, Av. Gén. - SCP Lyon-Caen et Thiriez, Av.

N° 734
SÉCURITÉ SOCIALE

Cotisations. - Assiette. - Contributions destinées au financement des régimes complémentaires de retraite et de prévoyance. - Cas. - Défaut de remise à chaque intéressé d’un écrit constatant la décision unilatérale du chef d’entreprise.

Selon l’article L. 911-1 du code de la sécurité sociale, les garanties collectives en matière de retraite et de prévoyance dont bénéficient les salariés, anciens salariés et ayants droit en complément de celles qui résultent de l’organisation de la sécurité sociale sont déterminées, notamment, par une décision unilatérale du chef d’entreprise constatée dans un écrit remis par celui-ci à chacun des intéressés.
Il en résulte que la contribution de l’employeur au financement des garanties collectives entre dans l’assiette des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales dans les conditions prévues par l’article L. 242-1, alinéa 6, du même code, dans sa rédaction applicable à la date d’exigibilité des cotisations litigieuses, s’il n’a pas été procédé à la remise à chacun des intéressés d’un écrit constatant la décision unilatérale de l’employeur.

2e Civ. - 14 mars 2019. REJET

N° 18-12.380. - CA Amiens, 21 décembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Le Fischer, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Bouzidi et Bouhanna, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : RJS 2019, n° 325.

N° 735
SÉCURITÉ SOCIALE

Cotisations. - Exonération. - Emplois dans une zone franche urbaine. - Conditions. - Condition d’effectif. - Non-respect. - Sanction. - Détermination.

Ayant constaté, après avoir pris en compte l’ensemble des embauches réalisées par l’entreprise depuis la date de son implantation en zone franche urbaine, ainsi que pendant la période de référence, qu’à la date de chaque nouvelle embauche, la condition tenant à la proportion de salariés résidant en zone franche urbaine, posée par l’article 13, II, de la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996, dans sa rédaction applicable au litige, pour bénéficier de l’exonération des cotisations patronales, n’était pas respectée, la cour d’appel en a exactement déduit que la remise en cause de l’exonération s’étendait à l’ensemble des salariés concernés par celle-ci.

2e Civ. - 14 mars 2019. REJET

N° 18-12.384. - CA Amiens, 21 décembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Le Fischer, Rap. - SCP Bouzidi et Bouhanna, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : RJS 2019, n° 315.

N° 736
SÉCURITÉ SOCIALE

Cotisations. - Réduction. - Réduction des cotisations dues au titre des heures supplémentaires. - Domaine d’application. - Détermination. - Portée.

Selon l’article L. 81 quater du code général des impôts, auquel renvoient les articles L. 241-17 et L. 241-18 du code de la sécurité sociale, le bénéfice de l’exonération ou de la réduction des cotisations de sécurité sociale qu’ils prévoient s’applique aux heures supplémentaires, au sens de l’article L. 3121-28 du code du travail, qui dispose qu’a le caractère d’une heure supplémentaire toute heure accomplie au-delà de la durée légale hebdomadaire, fixée par l’article L. 3131-27 du code du travail, disposant que la durée du travail effectif est le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l’employeur et se conforme à ses directives sans pouvoir vaquer librement à ses occupations personnelles.
L’article 82-3-1 de la convention collective nationale de l’hospitalisation privée du 18 avril 2002, étendue par arrêté du 29 octobre 2003, prévoit que le salarié appelé à effectuer un certain temps de travail effectif au cours d’une astreinte est rémunéré au double du salaire horaire correspondant à son coefficient d’emploi sans que cette rémunération ne puisse être inférieure à une heure de travail, mais ne donne lieu à aucune majoration supplémentaire, y compris pour heures supplémentaires.
Il résulte de la combinaison de ces dispositions que l’exonération ou la réduction des cotisations de sécurité sociale prévue par les dispositions susmentionnées du code de la sécurité sociale est applicable à la rémunération perçue par le salarié en contrepartie d’un temps de travail effectif au cours d’une heure de période d’astreinte dès lors que ce dernier revêt le caractère d’une heure supplémentaire au sens des dispositions du code de travail.
La cour d’appel qui, pour rejeter le recours relatif au redressement afférent à l’allégement des cotisations sociales sur les heures supplémentaires, retient, après avoir rappelé les dispositions de la convention collective de l’hospitalisation privée, que ni les heures d’astreinte ni les heures d’intervention ne sont des heures supplémentaires pouvant bénéficier de la loi TEPA viole les textes précités.

2e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 17-26.707. - CA Aix-en-Provence, 25 août 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Brinet, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : RJS 2019, n° 316.

N° 737
SÉCURITÉ SOCIALE, ACCIDENT DU TRAVAIL

Accidents successifs. - Invalidité. - Indemnisation. - Droit d’option. - Cumul des taux d’incapacité. - Conditions. - Détermination.

Selon les articles L. 434-2, alinéa 4, et R. 434-4 du code de la sécurité sociale, lorsque, par suite d’accidents successifs, la somme des taux d’incapacité permanente est égale ou supérieure à 10 %, l’indemnisation se fait, sur demande de la victime, soit par l’attribution d’une rente qui tient compte de la ou des indemnités en capital précédemment versées, soit par l’attribution d’une indemnité en capital.
Si l’option souscrite par la victime revêt un caractère définitif, c’est à la condition que la fixation du taux d’incapacité permanente afférente à chacun des accidents successifs soit elle-même définitive.
Dès lors, lorsqu’à la suite de la saisine d’un tribunal du contentieux de l’incapacité par le salarié victime de deux maladies professionnelles pour lesquelles des taux inférieurs à 10 % lui avaient été notifiés, celui-ci se voit reconnaître par cette juridiction pour l’une de ses deux maladies un taux d’incapacité supérieur à 10 %, c’est à juste titre que la caisse primaire d’assurance maladie régularise sa situation, le droit d’option qui lui avait été initialement ouvert entre le versement d’un capital et d’une rente ne l’ayant été que sous réserve de la fixation définitive des taux d’incapacité.

2e Civ. - 14 mars 2019. REJET

N° 17-27.954. - CA Toulouse, 20 septembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Coutou, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Foussard et Froger, Av.

Doctrine : Bull. Joly travail, avril 2019, p. 31, note Morane Keim-Bagot ; RJS 2019, n° 321.

N° 738
SÉCURITÉ SOCIALE, ACCIDENT DU TRAVAIL

Faute inexcusable de l’employeur. - Procédure. - Tentative d’accord amiable. - Défaut. - Effet.

Selon l’article L. 452-4, alinéa 1, du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction applicable au litige, à défaut d’accord amiable entre la caisse et la victime ou ses ayants droit, d’une part, et l’employeur, d’autre part, sur l’existence de la faute inexcusable reprochée à ce dernier, ainsi que sur le montant de la majoration et des indemnités mentionnées à l’article L. 452-3, il appartient à la juridiction de la sécurité sociale compétente, saisie par la victime ou ses ayants droit ou par la caisse primaire d’assurance maladie, d’en décider.
Il résulte de ces dispositions qu’en cas de refus de la caisse de mettre en oeuvre la procédure de conciliation, la victime n’est pas tenue, préalablement à l’instance contentieuse, de saisir la commission de recours amiable de cet organisme dans les conditions prévues par l’article R. 142-1 du code de la sécurité sociale.

2e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION

N° 18-12.620. - CA Paris, 21 décembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Le Fischer, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Zribi et Texier, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, Av.

Doctrine : Bull. Joly travail, avril 2019, p. 27, note Morane Keim-Bagot ; RJS 2019, n° 322.

N° 739
SÉCURITÉ SOCIALE, ASSURANCES SOCIALES

Prestations (dispositions générales). - Prestations indues. - Prestations indues résultant d’anomalies dans la facturation et la tarification d’actes de soins. - Notification. - Service du contrôle médical. - Saisine. - Avis du service du contrôle médical. - Etendue. - Détermination. - Portée.

L’avis donné par le service du contrôle médical à l’organisme d’assurance maladie à la suite d’un contrôle opéré par ce dernier ne revêt pas le caractère d’une analyse, sur le plan médical, de l’activité des professionnels de santé au sens de l’article L. 315-1, IV, du code de la sécurité sociale.

2e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 18-10.943. - CA Colmar, 23 novembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Vieillard, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Foussard et Froger, SCP Piwnica et Molinié, Av.

N° 740
SÉCURITÉ SOCIALE, ASSURANCES SOCIALES

Prestations (dispositions générales). - Prise en charge. - Conditions. - Inscription sur une liste. - Nécessité.

L’article L. 162-1-7 du code de la sécurité sociale subordonne la prise en charge de tout acte ou prestation par l’assurance maladie réalisé par un professionnel de santé à son inscription sur une liste.
Par suite, c’est à bon droit qu’ayant constaté que les actes de biologie dite délocalisée n’étaient pas inscrits sur la nomenclature des actes de biologie médicale, la cour d’appel en déduit que ces actes ne peuvent être pris en charge par l’assurance maladie.

2e Civ. - 14 mars 2019. REJET

N° 17-31.761. - CA Toulouse, 2 novembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Vigneras, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy, SCP Foussard et Froger, Av.

N° 741
SÉCURITÉ SOCIALE, CONTENTIEUX

Preuve. - Procès-verbaux des contrôleurs de la sécurité sociale. - Opérations de contrôle. - Méthodes de vérification par échantillonnage et extrapolation. - Mise en oeuvre. - Régularité. - Conditions. - Détermination.

Il résulte de l’article R. 243-59-2, alinéa 1, du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction issue du décret n° 2007-546 du 11 avril 2007, que lorsqu’il propose à l’employeur d’utiliser les méthodes de vérification par échantillonnage et extrapolation définies par arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale, l’inspecteur du recouvrement remet à l’intéressé, quinze jours avant le début de cette vérification, un document lui indiquant les différentes phases de la mise en oeuvre des méthodes de vérification par échantillonnage et extrapolation et les formules statistiques utilisées pour leur application, ainsi qu’une copie de l’arrêté susmentionné.
Viole ces dispositions la cour d’appel qui, ayant constaté que l’inspecteur du recouvrement avait, en sollicitant de l’employeur les éléments et pièces nécessaires à la constitution d’une base de sondage, engagé la vérification par échantillonnage et extrapolation avant l’expiration du délai de quinze jours imparti à celui-ci pour s’y opposer, rejette le recours de la société.

2e Civ. - 14 mars 2019. CASSATION

N° 18-10.409. - CA Paris, 9 novembre 2017.

Mme Flise, Pt. - Mme Vigneras, Rap. - M. de Monteynard, Av. Gén. - SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. S, Act., n° 116, et II, 1112, note André Derue ; Bull. Joly travail, avril 2019, p. 33, note Morane Keim-Bagot ; RJS 2019, n° 317.

N° 742
SÉPARATION DES POUVOIRS

Compétence judiciaire. - Exclusion. - Cas. - Litige relatif à un ouvrage public. - Définition. - Etendue. - Action contre l’auteur du dommage causé à un tiers par un ouvrage public. - Applications diverses. - Infiltration provenant d’un immeuble appartenant à un office public de l’habitat affecté au service public du logement.

Si l’action en responsabilité extracontractuelle en réparation des dommages causés à un tiers par le fonctionnement d’un service public industriel et commercial relève, en principe, de la compétence de la juridiction judiciaire, il en va autrement lorsque les dommages allégués trouvent leur cause dans l’exécution de travaux publics ou dans l’existence ou le fonctionnement d’un ouvrage public.
Dès lors, viole la loi des 16-24 août 1790 et le décret du 16 fructidor an III une cour d’appel qui, pour retenir la compétence de la juridiction judiciaire pour connaître de la demande en réparation formée par les propriétaires d’un logement, victimes d’infiltrations provenant d’un immeuble appartenant à un office public de l’habitat, statue par des motifs impropres à exclure que cet ouvrage soit affecté au service public du logement et revête, par suite, le caractère d’ouvrage public.

1re Civ. - 13 mars 2019. CASSATION

N° 18-13.232. - CA Douai, 25 janvier 2018.

Mme Batut, Pt. - Mme Canas, Rap. - M. Sudre, Av. Gén. - SCP Piwnica et Molinié, Me Le Prado, Av.

Doctrine : Procédures 2019, comm. 150, note Yves Strickler.

N° 743
STATUT COLLECTIF DU TRAVAIL

Conventions et accords collectifs. - Conventions diverses. - Convention collective nationale du personnel navigant technique des exploitants d’hélicoptères du 13 novembre 1996. - Annexe I. - Article 14. - Rémunération minimale. - Rémunération à comparer avec le salaire minimum garanti. - Calcul. - Eléments pris en compte. - Détermination. - Portée.

L’article 14 de l’annexe I de la convention collective nationale du personnel navigant technique des exploitants d’hélicoptères du 13 novembre 1996 n’excluant pas du calcul de la rémunération à comparer avec le salaire minimum garanti le treizième mois et les primes horaires de vol, lesquelles constituent, pour les mois où ils ont été effectivement versés, la contrepartie à la prestation de travail des pilotes due en sus de leur salaire de base en fonction des heures de vol effectuées, ces deux éléments de salaire doivent être pris en considération pour vérifier le respect du minimum conventionnel.

Soc. - 13 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 17-21.151. - CA Paris, 9 mai 2017.

M. Schamber, Pt (f.f.). et Rap. - SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Hémery, Thomas-Raquin et Le Guerer, Av.

Doctrine : RJS 2019, n° 296.

N° 744
SUCCESSION

Rapport. - Dispense. - Donataire n’ayant pas la qualité d’héritier.

Aux termes de l’article 847 du code civil, les dons et legs faits au fils de celui qui se trouve successible à l’époque de l’ouverture de la succession sont toujours réputés fait avec dispense du rapport et le père venant à la succession du donateur n’est pas tenu de les rapporter.
Viole ce texte la cour d’appel qui, après avoir constaté que les défunts avaient gratifié leurs petits-enfants, accueille la demande aux fins de prise en compte par le notaire de cette donation dans les opérations de liquidation et partage des successions.

1re Civ. - 6 mars 2019. CASSATION PARTIELLE SANS RENVOI

N° 18-13.236. - CA Rennes, 5 décembre 2017.

Mme Batut, Pt. - Mme Feydeau-Thieffry, Rap. - Mme Marilly, Av. Gén. - SCP Didier et Pinet, Me Le Prado, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. N, Act., 317, note Sylvain Bernard ; AJ Famille 2019, p. 223, note Nathalie Levillain.

N° 745
SYNDICAT PROFESSIONNEL

Délégué syndical. - Désignation. - Conditions. - Résultats des élections professionnelles. - Suffrages exprimés suffisants. - Suffrages obtenus par le candidat d’un syndicat affilié à une confédération. - Désaffiliation postérieure à l’élection. - Portée.

L’affiliation confédérale sous laquelle un syndicat a présenté des candidats au premier tour des élections des membres titulaires des comités d’entreprise ou d’établissement constitue un élément essentiel du vote des électeurs.
Il s’ensuit que, en cas de désaffiliation d’un syndicat ayant recueilli au moins 10% des suffrages au premier tour des dernières élections professionnelles, la confédération ou l’une de ses fédérations ou unions à laquelle ce syndicat était auparavant affilié peut désigner un représentant syndical au comité d’entreprise ou d’établissement. Cette désignation met fin au mandat du salarié désigné par ce syndicat avant sa désaffiliation.

Soc. - 6 mars 2019. CASSATION PARTIELLE

N° 18-15.238. - TI Evry, 6 avril 2018.

M. Huglo, Pt (f.f.). - M. Le Masne de Chermont, Rap. - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. S, Act., n° 120, et II, 1125, note Marc Patin ; JCP 2019, éd. G, Act., 311, note Nathalie Dedessus-Le-Moustier ; Bull. Joly travail, avril 2019, p. 21, note Florence Bergeron-Canut ; Rev. dr. tr., avril 2019, Act., p. 225, note Mandy Favrel ; RJS 2019, n° 303.

N° 746
TRAVAIL RÉGLEMENTATION, RÉMUNÉRATION

Salaire. - Participation aux résultats de l’entreprise. - Intéressement. - Accord d’intéressement. - Calcul de la prime d’intéressement. - Modalité. - Référence dans le contrat de travail. - Effets. - Contractualisation du mode de calcul (non).

Il résulte des articles L. 3312-2 et L. 3313-2 du code du travail que la référence dans le contrat de travail d’un salarié aux modalités de calcul de la prime d’intéressement telles que prévues par l’accord collectif alors en vigueur n’emporte pas contractualisation, au profit du salarié, de ce mode de calcul.

Soc. - 6 mars 2019. REJET

N° 18-10.615. - CA Rouen, 14 novembre 2017.

M. Huglo, Pt (f.f.). - Mme Pécaut-Rivolier, Rap. - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy, SCP Gatineau et Fattaccini, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. S, Act., n° 117, et II, 1123, note Nicolas Anciaux ; Bull. Joly travail, avril 2019, p. 9, note Julien Icard ; Rev. dr. tr., avril 2019, Act., p. 249, note Mandy Favrel, et chron., p. 252, note Sandrine Maillard-Pinon ; RJS 2019, n° 311.

N° 747
USUFRUIT

Obligations de l’usufruitier. - Inventaire des meubles. - Domaine d’application. - Cas. - Biens soumis à l’usufruit du conjoint survivant. - Condition.

Selon l’article 600 du code civil, l’usufruitier ne peut entrer en jouissance qu’après avoir fait dresser, en présence du propriétaire ou lui dûment appelé, un inventaire des meubles sujets à l’usufruit.
En application de l’article 1094-3 du même code, les enfants ou descendants peuvent également, nonobstant toute stipulation contraire du disposant, exiger, quant aux biens soumis à l’usufruit du conjoint survivant, qu’il soit dressé inventaire des meubles.

1re Civ. - 6 mars 2019. CASSATION PARTIELLE SANS RENVOI

N° 18-11.640. - CA Paris, 22 novembre 2017.

Mme Batut, Pt. - Mme Reygner, Rap. - SCP Foussard et Froger, Me Goldman, Av.

Doctrine : JCP 2019, éd. N, Act., 316, note François Sauvage ; Defrénois 2019, n° 12, p. 5, et n° 14, p. 10 ; Bull. Joly sociétés 2019, p. 16, note Christophe Vernières ; AJ Famille 2019, p. 297, note Sylvie Ferré-André.

Les titres et sommaires de l’arrêt de la chambre commerciale du 13 mars 2019 (pourvois n° 17-10.861) paraîtront ultérieurement.