Arrêt n° 236 du 14 février 2018 (17-10.035) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2018:SO00236

Contrat de travail, rupture

Cassation partielle

Sommaire :

En application de l’article L. 1237-13 du code du travail, une partie à une convention de rupture peut valablement exercer son droit de rétractation dès lors qu’elle adresse à l’autre partie, dans le délai de quinze jours calendaires qu’il prévoit, une lettre de rétractation.


Demandeur(s) : M. Pierre X...
Défendeur(s) : la société Sponsor graphic société anonyme, et autres


Attendu qu’en application de ce texte, une partie à une convention de rupture peut valablement exercer son droit de rétractation dès lors qu’elle adresse à l’autre partie, dans le délai de quinze jours calendaires qu’il prévoit, une lettre de rétractation ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X… et la société Sponsor Graphic ont conclu une convention de rupture le jeudi 12 mars 2009 ; que, par lettre recommandée avec accusé de réception envoyée le 27 mars 2009 et reçue par l’employeur le 31 mars 2009, le salarié a informé ce dernier qu’il usait de son droit de rétractation ; que la convention de rupture a été homologuée par l’administration le 2 avril 2009 ; que le salarié a saisi la juridiction prud’homale d’une demande en nullité de la convention de rupture et en paiement de sommes à ce titre ;

Attendu que pour le débouter de ses demandes, l’arrêt, après avoir constaté que le délai de rétractation expirait le vendredi 27 mars 2009 à minuit et que le salarié avait adressé le 27 mars 2009 à l’employeur sa lettre de rétractation, retient que celui-ci ne l’a reçue que le 31 mars 2009, soit après l’expiration du délai ;

Qu’en statuant ainsi, alors qu’il résultait de ses constatations que le salarié avait exercé son droit de rétractation dans le délai imparti par l’article L. 1237-13 du code du travail dans sa rédaction applicable au litige, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il déboute M. X… de sa demande en nullité de la convention de rupture, de sa demande tendant à ce que la prise d’acte de la rupture du contrat de travail du 9 avril 2010 produise les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse, en paiement de rappels de salaire et de congés payés afférents pour la période allant du 17 avril 2009 au 9 avril 2010, d’une indemnité compensatrice de préavis, d’une indemnité de licenciement, de dommages-intérêts pour licenciement abusif d’une indemnité pour travail dissimulé, et en délivrance de bulletins de paie, l’arrêt rendu le 20 octobre 2016, entre les parties, par la cour d’appel de Versailles ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Versailles, autrement composée ;


 Président : M. Frouin
Rapporteur : Mme Ducloz , conseiller référendaire

Avocat général : Mme Rémery

Avocat(s) : SCP Hémery et Thomas-Raquin