Arrêt n° 803 du 13 avril 2016 (14-28.293) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2016:SO00803

Pouvoir des juges

Rejet


Demandeur(s) : M. Yves X...

Défendeur(s) : la société RQS


Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon le jugement attaqué (conseil de prud’hommes de Lisieux, 3 décembre 2013), statuant en dernier ressort, que M. X…, salarié de la société RQS a saisi le conseil de prud’hommes aux fins de remise, sous astreinte, de divers documents, lesquels ont été remis lors de l’audience de conciliation ; qu’il a alors demandé la condamnation de l’employeur au paiement de dommages-intérêts en réparation de cette remise tardive ;

 

 Attendu que le salarié fait grief au jugement de le débouter de sa demande, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que lors du paiement de leur rémunération, l’employeur doit remettre aux salariés une pièce justificative dite bulletin de paie ; qu’il en résulte qu’à défaut d’avoir remis cette pièce au salarié, l’employeur doit la lui faire parvenir par tout moyen ; que pour débouter M. Yves X… de sa demande en dommages-intérêts pour délivrance tardive de divers documents, spécialement des bulletins de paie, le jugement retient qu’il s’agit de documents quérables et que l’employeur les lui avait remis lors de l’audience de conciliation ; qu’en statuant ainsi, le conseil de prud’hommes a violé l’article L. 3243-2 du code du travail ;

 

 2°/ que la non-délivrance ou la délivrance tardive des certificats de travail et bulletins de paie cause nécessairement un préjudice que le juge doit réparer, le salarié n’ayant pas à en prouver la réalité ; que pour débouter M. Yves X… de sa demande en dommages-intérêts pour délivrance tardive de divers documents, spécialement du certificat de travail et des bulletins de paie, le jugement retient que le salarié ne rapportait aucun élément sur le préjudice qu’il aurait subi ; qu’en statuant ainsi, le conseil de prud’hommes a violé l’article 1147 du code civil, ensemble l’article R. 1234-9 du code du travail ;

 

 Mais attendu que l’existence d’un préjudice et l’évaluation de celui-ci relèvent du pouvoir souverain d’appréciation des juges du fond ; que le conseil de prud’hommes, qui a constaté que le salarié n’apportait aucun élément pour justifier le préjudice allégué, a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


 Président : M. Frouin

Rapporteur : Mme Brinet, conseiller référendaire

Avocat général : Mme Courcol-Bouchard, premier avocat général

Avocat(s) : Me Carbonnier