Arrêt n° 934 du 23 mai 2013 (12-13.865) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2013:SO00934

Contrat de travail, rupture

Rejet


Demandeur(s) : la société Oratio avocats, société d’exercice libéral

Défendeur(s) : Mme Clémence X..., et autre


Attendu, selon l’arrêt attaqué (Versailles, 15 décembre 2011), que Mme X… a été engagée le 4 septembre 2006 par la société SJVL, devenue Oratio avocats, en qualité d’avocate ; que les parties ont conclu le 17 juin 2009 une convention de rupture du contrat de travail ; que cette convention a été homologuée par l’autorité administrative le 6 juillet 2009 ; que la salariée a saisi le bâtonnier de l’ordre des avocats de demandes tendant à la requalification de la rupture conventionnelle en licenciement sans cause réelle et sérieuse et au paiement de diverses sommes ; que le syndicat des avocats de France est intervenu à l’instance ;

 

 Sur le moyen unique du pourvoi principal :

 

 Attendu que l’employeur fait grief à l’arrêt d’accueillir les demandes de la salariée, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que la violence exercée sur le consentement de celui qui s’oblige n’entraîne la nullité de l’acte que si elle est illégitime ; que sauf abus, la menace de l’exercice d’un droit n’est pas illégitime ; qu’en se fondant sur la lettre du 2 juin 2009 dans laquelle la société Oratio avocats reprochait à Mme X… certains manquements professionnels qu’elle estimait susceptibles de justifier une mesure de licenciement, avant de lui suggérer une rupture amiable, pour en déduire que le consentement de la salariée avait été vicié par la menace de se voir licencier, sans à aucun moment rechercher si cette menace n’était pas légitime eu égard aux griefs formulés à l’encontre de la salariée, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 1237-11, L. 1237-14 du code du travail et 1109, 1111 et 1112 du code civil ;

 

 2°/ que la violence exercée sur le consentement de celui qui s’oblige n’entraîne la nullité de l’acte que si elle a été déterminante de ce consentement ; que son caractère déterminant s’apprécie en considération de la personne qui s’en prétend victime ; qu’en l’espèce, la société Oratio avocats faisait valoir que Mme X… était avocate, spécialisée en droit social, qu’elle avait obtenu une indemnité de rupture bien supérieure aux minima légaux et qu’elle était, suite à la rupture conventionnelle de son contrat de travail, et conformément à son souhait, entrée au service d’une entreprise en qualité de juriste, ce dont elle déduisait qu’elle avait librement consenti à la rupture conventionnelle de son contrat de travail dont elle était parfaitement à même de mesurer le sens et les conséquences, laquelle correspondait à ses aspirations de reconversion professionnelle ; qu’en se fondant sur la lettre du 2 juin 2009 dans laquelle la société Oratio avocats lui reprochait certains manquements professionnels qu’elle estimait susceptibles de justifier une mesure de licenciement, avant de lui suggérer une rupture amiable, pour en déduire que le consentement de la salariée avait été vicié par la menace de se voir licencier, sans nullement tenir compte, comme elle y était pourtant invitée, de sa profession, de sa spécialité, de la reconversion professionnelle qu’elle avait opérée suite à cette rupture et des sommes qu’elle avait obtenues dans le cadre de la négociation de la convention de rupture de son contrat de travail, lorsque ces circonstances étaient de nature à exclure que le consentement de la salariée ait été extorqué par la moindre pression, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 1237-11, L. 1237-14 du code du travail et 1109, 1111 et 1112 du code civil ;

 

 3°/ que si la conclusion d’un accord de rupture d’un commun accord du contrat de travail suppose l’absence d’un litige sur la rupture du contrat de travail, elle peut valablement intervenir en présence d’un litige portant sur l’exécution du contrat de travail ; qu’en excluant tout caractère amiable à la rupture du contrat de travail du fait de l’existence d’un prétendu litige entre les parties relatif à l’exécution du contrat de travail, la cour d’appel a violé l’article L. 1237-11 du code du travail ;

 

 4°/ que ne caractérise pas l’existence d’un litige le seul fait pour l’employeur de reprocher à la salariée des manquements professionnels que celle-ci ne conteste pas ; qu’en déduisant l’existence d’un litige excluant tout caractère amiable à la rupture du contrat de travail, du seul courrier du 2 juin 2009 dans lequel la société Oratio avocats faisait état de divers manquements professionnels imputables à Mme X… avant de lui proposer d’entrer en pourparlers en vue d’une rupture conventionnelle de son contrat de travail, sans relever la moindre contestation opposée par la salariée à cette date, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article L. 1237-11 du code du travail ;

 

 5°/ subsidiairement, que l’annulation par le juge de la convention de rupture du contrat de travail n’entraîne pas de fait la requalification de la rupture en licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse ; qu’il appartient aux juges du fond de rechercher qui en a réellement pris l’initiative et, lorsque c’est l’employeur, si la rupture repose en elle-même sur une cause réelle et sérieuse ; qu’en l’espèce, il résultait des propres constatations de l’arrêt que par lettre du 2 juin 2009 la société Oratio avocats reprochait à Mme X… divers manquements professionnels ; qu’en déduisant de la nullité de la convention de rupture du contrat de travail de Mme X… que cette dernière avait fait l’objet d’un licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse, sans à aucun moment rechercher si le courrier du 2 juin 2009 ne pouvait s’analyser en une lettre de rupture énonçant des griefs matériellement vérifiables ni si ces griefs constituaient une cause réelle et sérieuse de licenciement, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article L. 1232-1 du code du travail ;

 

 Mais attendu que, si l’existence, au moment de sa conclusion, d’un différend entre les parties au contrat de travail n’affecte pas par elle-même la validité de la convention de rupture conclue en application de l’article L. 1237-11 du code du travail, la rupture conventionnelle ne peut être imposée par l’une ou l’autre des parties ;

 

 Et attendu qu’après avoir relevé que l’employeur avait menacé la salariée de voir ternir la poursuite de son parcours professionnel en raison des erreurs et manquements de sa part justifiant un licenciement et l’avait incitée, par une pression, à choisir la voie de la rupture conventionnelle, la cour d’appel qui, exerçant son pouvoir souverain d’appréciation, a fait ressortir que le consentement de la salariée avait été vicié, a, par ce seul motif, légalement justifié sa décision ;

 

 Sur le moyen unique du pourvoi incident :

 

 Attendu que le syndicat des avocats de France fait grief à l’arrêt de déclarer son intervention volontaire irrecevable, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que tout syndicat professionnel est habilité à ester en justice afin que soit tranchée une question de principe dont la solution, susceptible d’avoir des conséquences pour l’ensemble de ses adhérents, est de nature à porter un préjudice même indirect, fût-il d’ordre moral, à l’intérêt collectif de la profession ; que dépasse l’intérêt individuel de l’avocate salariée concernée et touche à l’intérêt collectif de la profession d’avocat, le point de savoir si le contrat de travail d’un avocat salarié peut être rompu par le biais d’une rupture conventionnelle conclue en application de l’article L. 1237-11 du code du travail alors que l’employeur est à l’initiative de la rupture et qu’il existe un différend avec la salariée ; qu’en jugeant néanmoins que seule la situation individuelle de la salariée était concernée, sans aucune atteinte à l’intérêt collectif de la profession d’avocat, la cour d’appel a violé l’article L. 2132-3 du code du travail ;

 

 2°/ qu’à supposer les motifs de la décision de première instance adoptés, qu’en exigeant outre l’extrait de délibération du conseil syndical, la justification de la réunion dudit conseil et de sa convocation, la cour d’appel aurait violé l’article 1134 du code civil ;

 

 Mais attendu que la cour d’appel, confirmant la décision qui lui était déférée par substitution de motifs, a pu décider que l’objet du litige ne mettait pas en cause l’intérêt collectif de la profession ; que le moyen, qui manque en fait dans sa seconde branche, n’est pas fondé pour le surplus ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE les pourvois tant principal qu’incident ;

 

 


Président : M. Lacabarats

Rapporteur : M. David, conseiller référendaire

Avocat général : M. Aldigé

Avocat(s) : SCP Gatineau et Fattaccini ; SCP Masse-Dessen Thouvenin et Coudray