Retour à la recherche

 

Intitulé du poste : Développeur DevOps

Service : Service de documentation, des études et du rapport de la Cour de cassation

Localisation : 5 quai de l’Horloge - 75001 Paris

 

Fiche de poste

La Cour de Cassation recrute un Devops pour son projet open data.

Travaillant au sein d’une équipe composée de deux data scientists, un chef de projet MOE, d’un développeur travaillant sur l’interface d’annotation et d’un développeur travaillant sur le moteur de recherche de jurisprudence et l’API, le/la DevOps intervient sur le maintien et la mise à jour de sa plate forme de pseudo-anonymisation et de mise à disposition des décisions rendues par les juridictions judiciaires françaises. 

 

  1. Compétences et qualités requises

Diplômé(e) d’une formation supérieure en informatique (diplôme de second cycle) et fort(e) d’une première expérience dans une équipe de développement, le/la DevOps doit avoir les compétences techniques suivantes:

Intégration applicative : node.js, python, mongodb, elasticsearch – souhaitable

Scripting : shell – requis / possibilité : node, python/ansible, terraform

Conteneurisation : docker, kubernetes (ou openshift) – requis

Tests : Jest, Playwright, Artillery - souhaitable

CI/CD Github ou Gitlab (collaboration en équipe confirmée), automatisation Github action (ou équivalent) – requis

Sécurisation : hardening, mise en place d’outil de registry et scans de vulnérabilités – souhaitable.

Par ailleurs, le/la DevOPs doit:

Avoir le sens du travail en équipe, une capacité d’écoute ; être curieux, et organisé,

S’intéresser aux enjeux des métiers de la Justice et le goût de l’innovation au service de l’intérêt général.

 

  1. Description du poste

Le/la DevOps a pour missions essentielles :

Assure la haute disponibilité, le bon fonctionnement, la stabilisation et la sécurisation des solutions

Met en place et améliore les systèmes de supervision de l'application et les outils de monitoring, conçoit les indicateurs pertinents avec les développeurs

Assure l’automatisation et orchestre les différentes chaînes d’intégration continue, de compilation et de déploiement en production, et assure un support aux développeurs

Assure le maintien à jour et développe la documentation du projet (description de l'architecture, détails de la plateforme, surveillance configurée, processus mis en place,...)

Le projet open data est géré par une équipe technique composée de deux data scientists, un chef de projet MOE, d’un développeur travaillant sur l’interface d’annotation et d’un développeur travaillant sur le moteur de recherche de jurisprudence et l’API, que le devops rejoindra.

Cette équipe est sous l’autorité  d’un conseiller référendaire - directeur de projet Open data, et est en lien avec le magistrat responsable du bureau du droit du numérique et d’autres interlocuteurs métiers, ainsi que le service informatique de la Cour de cassation et le service du numérique du ministère de la Justice.

De manière générale, le/la DevOps contribue à améliorer les processus de diffusion de la jurisprudence. Il/elle identifie et met en œuvre des projets innovants utiles aux missions de la Cour de cassation.

 

  1. Présentation du service et du contexte

La Cour de Cassation est la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, siégeant dans l’enceinte du Palais de justice, sur l'Île de la Cité. La cour de cassation unifie et contrôle l’interprétation des lois, elle garantit ainsi l’égalité de traitement devant les juges.

La Cour de Cassation joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de la démocratie.

Le poste se trouve dans le service de documentation, des études et du rapport (SDER) de la Cour de cassation.

Le SDER assure notamment  la diffusion de la jurisprudence et gère le projet Open data de l’ensemble des  décisions de l’ordre judiciaire et gère à ce titre plusieurs bases de données

Dans ce contexte, ont été créés des dispositifs d’occultation des éléments d’identification des personnes physiques, parties ou tiers mais aussi de celles des magistrats ou membres du greffe, en cas de risque d’atteinte à leur vie privée ou leur sécurité :

D’une part, un moteur de pseudonymisation des décisions par apprentissage automatique et, d’autre part, une interface d’annotation des décisions de justice et de contrôle des décisions par des agents annotateurs.

Ces deux outils ont été développés par deux programmes Entrepreneurs d’Intérêt Général successifs (EIG 3 et EIG 4) d’Etalab, et ont été mis en production respectivement en décembre 2019 et en avril 2021. Ces outils doivent encore être améliorés avec l’objectif d’un traitement annuel de 140 000 décisions traitées à la totalité du flux judiciaire (3 millions de décisions annuelles).

Ont aussi été créés des plateformes de mise à disposition des décisions de justice pour le grand public.

Une cellule technique dans le SDER assure l'évolution de ces outils, pour répondre aux besoins fonctionnels des  équipes qui l'utilisent, et le service informatique de la cour.

 

  1. Grille de salaire

45 - 63 k€ brut annuel, selon expérience

Prise de poste : Dès que possible

Type de poste : contractuel en CDD, 3 ans renouvelable

Avantages :

-45j de congés payés

-Cantine

-Locaux au cœur de Paris dans un site historique

-Bureau pour une ou deux personnes

-Possibilité de télétravail

 

  1. Renseignements et candidatures

Candidatures à adresser à l’attention de Monsieur Jean-Michel Sommer, président de chambre, directeur du SDER, à l’adresse sder.courdecassation@justice.fr

Les candidatures doivent être adressées à cette adresse électronique, accompagnées d’un curriculum vitae détaillé et d’une lettre de motivation.

Renseignements :

Estelle Jond-Necand, conseiller référendaire, directrice de projet “Open data”

Estelle.jond-necand@justice.fr

Fouzia Mameche, directrice de greffe des services judiciaires, cheffe de service, SDER

Fouzia.mameche@justice.fr

Vous devez être connecté pour gérer vos abonnements.

Vous devez être connecté pour ajouter cette page à vos favoris.

Vous devez être connecté pour ajouter une note.