06-14.690
Arrêt n° 1148 du 20 décembre 2007
Cour de cassation - Première chambre civile

Protection des consommateurs

Cassation partielle


Demandeur(s) à la cassation : caisse régionale du crédit agricole mutuel (CRCAM) de l’Anjou et du Maine, société coopérative
Défendeur(s) à la cassation : société Le Brasseur et autre

Donne acte à la Fédération des banques françaises de son intervention volontaire aux côtés de la CRCAM de l’Anjou et du Maine ;

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu l’article L. 313-2 du code de la consommation ;

Attendu que le texte susvisé, s’il impose la mention du taux effectif global dans tout écrit constatant un prêt, ne fait pas obligation au prêteur, en cas de stipulation de révision du taux d’intérêt originel selon l’évolution d’un indice objectif, d’informer l’emprunteur de la modification du taux effectif global résultant d’une telle révision ;

Attendu que la caisse régionale de crédit agricole mutuel de l’Anjou et du Maine (la banque) a consenti un prêt à la société civile immobilière Le Brasseur (la SCI) en vertu d’un acte sous seing privé fixant le taux d’intérêt à 10,950 % l’an et le taux effectif global à 11,053 % l’an ; que ce même acte contient aussi la mention suivante : "nature du taux : révisable index TRBO 9,020" ; qu’en raison de la défaillance de la SCI, la banque a assigné celle-ci et M. X..., qui s’était porté caution solidaire du remboursement du prêt, en paiement du solde de celui-ci ;

Attendu que pour accueillir la demande reconventionnelle de la SCI et de M. X..., qui sollicitaient l’annulation de la stipulation d’intérêts et la substitution du taux légal au taux conventionnel, et surseoir à statuer sur la demande de la banque, la cour d’appel, après avoir énoncé que tout contrat de prêt doit non seulement fixer le taux de l’intérêt conventionnel mais encore faire mention du taux effectif global, a retenu que la stipulation d’un taux d’intérêt variable ne dispensait pas le prêteur du respect de cette dernière exigence, de sorte qu’il incombait à la banque de prouver qu’elle avait informé la SCI du taux effectif global résultant de chaque variation du taux d’intérêt et que la banque n’apportait pas cette preuve ;

En quoi, elle a violé le texte susvisé, par fausse application ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur la seconde branche :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ses dispositions autres que celles relatives à la déchéance du droit aux intérêts de la caisse régionale de crédit agricole de l’Anjou et du Maine à l’égard de M. X... et à la réimputation, à cet égard, des sommes payées par le débiteur principal, l’arrêt rendu le 27 septembre 2005, entre les parties, par la cour d’appel d’Angers ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Angers, autrement composée ;


Président : M. Bargue
Rapporteur : M. Charruault, conseiller
Avocat général : M. Sarcelet
Avocat(s) : la SCP Capron, la SCP Defrenois et Levis