03-12.451
Arrêt n° 582 du 19 mai 2004
Cour de cassation - Troisième chambre civile

Servitude

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : Mme Yvette X...
Défendeur(s) à la cassation : Epoux Y...


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Lyon, 9 janvier 2003), que Mlle X..., a assigné les époux Y... en revendication d’une servitude de puisage et d’un droit de passage pour l’exercer ;

Attendu que Mlle X... fait grief à l’arrêt de la débouter de ses demandes, alors, selon le moyen :

1°/ qu’une servitude n’est discontinue que lorsque c’est dans le fait même de l’homme que réside son exercice ; que, lorsqu’elle s’exerce au moyen d’ouvrages permanents aménagés à cet effet, encore que l’usage n’en soit qu’intermittent et comporte pour sa suspension ou sa reprise l’intervention de l’homme, elle est continue ; que les juges du fond, qui ont constaté l’existence d’un ouvrage permanent aménagé pour cet exercice et constitué par une crépine et une canalisation partant du puits et aboutissant dans la maison de Mlle X... à une installation de pompage, ont violé les articles 688 et 691 du Code civil, par leur décision qui déboute Mlle X... de sa demande aux fins de voir juger qu’elle bénéficiait d’un droit de puisage sur la propriété des époux Y... ;

2°/ que l’existence d’ouvrages permanents pour l’exercice d’une servitude de passage confère à celle-ci le caractère d’une servitude continue et, partant, d’une possession utile à titre de propriétaire pour l’acquisition de l’ouvrage par prescription trentenaire ; qu’ainsi, l’arrêt a violé l’article 2229 du Code civil ;

Mais attendu qu’une servitude est discontinue lorsqu’elle ne peut s’exercer qu’avec une intervention renouvelée de l’homme et qu’elle reste telle quand bien même elle serait rendue artificiellement permanente au moyen d’un outillage approprié dès lors que cet outillage ne peut fonctionner que sous le contrôle de l’homme ; que la cour d’appel, qui a constaté que la servitude de puisage revendiquée ne reposait sur aucun titre afférent au fonds servant, en a justement déduit que Mlle X... devait être déboutée de sa demande ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Weber 
Rapporteur : M. Foulquié, conseiller
Avocat général : M. Cédras
Avocat(s) : la SCP Boulloche, la SCP Masse-Dessen et Thouvenin