07-12.264
Arrêt n° 475 du 16 avril 2008
Cour de cassation - Troisième chambre civile

Bail d’habitation

Cassation partielle sans renvoi


Demandeur(s) à la cassation : M. José-Luis X...
Défendeur(s) à la cassation : société Auvergne Habitat SA

Sur le moyen unique :

 

Vu l’article 24 de la loi du 6 juillet 1989 dans sa rédaction issue de la loi du 13 décembre 2000 ;

 

Attendu qu’à peine d’irrecevabilité de la demande, l’assignation aux fins de constat de la résiliation est notifiée à la diligence de l’huissier de justice au représentant de l’Etat dans le département, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, au moins deux mois avant l’audience ; que ces dispositions sont applicables aux assignations tendant au prononcé de la résiliation du bail lorsqu’elle est motivée par l’existence d’une dette locative du preneur ;

 

Attendu selon l’arrêt attaqué (Riom, 15 juin 2006), que la société Auvergne Habitat (la société), propriétaire d’un appartement pris à bail par M. X..., a assigné ce dernier en résiliation du bail pour divers motifs dont le non-paiement d’un arriéré de loyers ; que devant la cour d’appel, le locataire a soulevé l’irrecevabilité des demandes de la bailleresse et la nullité de l’assignation en raison du défaut de notification préalable de cet acte au représentant de l’Etat dans le département ;

 

Attendu que pour rejeter la demande et statuer au fond l’arrêt retient que l’assignation initiale délivrée à la requête de la société en vue de la résiliation du bail visait tout autant l’absence de jouissance paisible du locataire que la dette de loyers et qu’il est acquis que l’omission initiale n’a pas fait grief puisqu’il y a eu régularisation par notification au préfet des conclusions signifiées en cours d’audience ;

 

Qu’en statuant ainsi, alors qu’elle avait relevé que la demande en résiliation était, notamment, motivée par l’existence d’une dette locative et que la bailleresse n’avait pas procédé à sa notification préalable au représentant de l’Etat dans le délai qui lui était imparti, la cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé le texte susvisé ;

 

Et vu l’article 627 du code de procédure civile ;

 

PAR CES MOTIFS :

 

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a prononcé la résiliation du bail liant les parties, ordonné l’expulsion de M. X... et condamné ce dernier au paiement d’une indemnité mensuelle d’occupation, l’arrêt rendu le 15 juin 2006, entre les parties, par la cour d’appel de Riom ;

 

DIT n’y avoir lieu à renvoi de ce chef ;

 

Déclare la société Auvergne Habitat irrecevable en ses demandes aux fins de résiliation, expulsion et fixation d’une indemnité d’occupation ;


Président : M. Weber
Rapporteur : Mme Monge, conseiller référendaire
Avocat général : M. Cuinat
Avocat(s) : la SCP Coutard et Mayer, la SCP Piwnica et Molinié