Arrêt n°242 du 21 mars 2019 (18-13.288) - Cour de cassation - Troisième chambre civile
- ECLI:FR:CCASS:2019:C300242

Urbanisme

Cassation partielle

Demandeur(s) : M. B... A...

Défendeur(s) : M. J... C...


Sur le moyen unique :

Vu l’article 1382, devenu 1240, du code civil, ensemble l’article L. 480-13 du code de l’urbanisme ;

Attendu que, lorsqu’une construction a été édifiée conformément à un permis de construire, le propriétaire ne peut être condamné par un tribunal de l’ordre judiciaire à la démolir du fait de la méconnaissance des règles d’urbanisme ou des servitudes d’utilité publique que si, préalablement, le permis a été annulé pour excès de pouvoir ou son illégalité constatée par la juridiction administrative et si la construction est située dans l’une des zones énumérées au 1° de l’article L. 480-13 ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Bastia, 10 janvier 2018), qu’en 2009, M. A... a obtenu un permis de construire un garage avec toiture terrasse ; qu’en 2012, ce permis a été annulé par une décision de la juridiction administrative, devenue définitive ; que M. C..., propriétaire d’un appartement dans un immeuble voisin, a, sur le fondement des articles L. 480-13 du code de l’urbanisme et 1382 du code civil, assigné M. A... en démolition de la construction ;

Attendu que, pour confirmer le jugement ayant accueilli cette demande, l’arrêt retient que le premier juge a ordonné la démolition sur le fondement, non des dispositions de l’article L. 480-13 du code de l’urbanisme, mais de la responsabilité quasi délictuelle du propriétaire du fonds voisin, qu’il est établi que le permis de construire a été annulé en ce qu’il a autorisé la construction du garage avec toiture terrasse, que cette construction n’a pas été réalisée conformément aux règles du plan local d’urbanisme, qui prévoient une marge de recul de trois mètres, et que la faute de M. A..., démontrée par la décision de la juridiction administrative, cause un trouble de jouissance à M. C..., la méconnaissance des règles d’urbanisme et notamment la construction sans respecter la marge de recul créant une vue plongeante sur le fonds voisin ;

Qu’en statuant ainsi, alors que l’article L. 480-13 du code de l’urbanisme s’applique à l’action en responsabilité civile tendant à la démolition d’une construction édifiée conformément à un permis de construire annulé, dès lors qu’elle est exclusivement fondée sur la violation des règles d’urbanisme ou des servitudes d’utilité publique, la cour d’appel, qui a constaté que la construction n’était pas située dans l’un des périmètres spécialement protégés, n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations et a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS  :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il confirme le jugement ayant dit que l’action en démolition engagée par M C... était recevable et condamné M. A... à démolir le garage avec toiture terrasse, et ce sous astreinte de 100 euros par jour de retard à compter de la signification de la décision, l’arrêt rendu le 10 janvier 2018, entre les parties, par la cour d’appel de Bastia ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence ;


Président : M. Chauvin
Rapporteur : M. Jacques
Avocat général : M. Burgaud, avocat général référendaire
Avocats : SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret - SCP Waquet, Farge et Hazan