Arrêt n° 1308 du 21 décembre 2017 (15-24.430) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2017:C301308

Bail (règles générales)

Rejet

Demandeur : Mme Odile X...
Défendeur : l’établissement Paris habitat OPH


Sur le premier moyen du pourvoi principal, ci-après annexé :

Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt de la condamner à réaliser les travaux sous astreinte, alors, selon le moyen, que selon l’article 1144 du code civil, le créancier peut, en cas d’inexécution, être autorisé à faire exécuter lui-même l’obligation aux dépens du débiteur, celui-ci pouvant être condamné à faire l’avance des sommes nécessaires à cette exécution ; que le débiteur de l’obligation ne peut obtenir sur le fondement de ces dispositions l’exécution, sous astreinte, par le créancier, de l’obligation qu’il aurait dû lui-même exécuter ; qu’en jugeant, pour condamner Mme X... à exécuter les travaux sous astreinte, qu’après avoir été autorisée à réaliser les travaux incombant au bailleur, obtenu la condamnation de celui-ci à faire l’avance des sommes nécessaires à leur accomplissement et avoir été en possession desdites sommes, Mme X... se devait, faute de justifier de motifs légitimes l’en empêchant, de procéder à leur exécution, la cour d’appel a violé l’article 1144 du code civil ;

Mais attendu que le bailleur, qui, en application de l’article 1144 du code civil, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 10 février 2016, a effectué l’avance des frais de remise en état du logement, peut demander la condamnation du preneur à exécuter les travaux ainsi financés ; qu’ayant relevé que Mme X... disposait de l’autorisation requise depuis le 13 mai 2005 et des sommes nécessaires depuis le mois de juin 2007 et souverainement retenu qu’elle ne justifiait d’aucun empêchement légitime à l’exécution des travaux, la cour d’appel a pu en déduire qu’elle devait être condamnée à les réaliser sous astreinte ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Sur le troisième moyen du pourvoi principal, ci-après annexé :

Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt de déclarer irrecevable sa demande en répétition de charges pour la période antérieure au 5 juillet 2008 ;

 Mais attendu que, faisant application de l’article 12, alinéa 2, du code de procédure civile qu’elle n’a pas violé, la cour d’appel, procédant souverainement à l’interprétation des conclusions de la locataire que leur ambiguïté rendait nécessaire, a retenu que la demande formée par celle-ci, laquelle portait sur un préjudice financier résultant de la facturation de sommes indûment payées au titre du raccordement du logement à l’installation de chauffage collectif, s’analysait en une demande en répétition de charges relevant de la prescription triennale prévue par les articles 68 de la loi du 1er septembre 1948 et L. 442-6 du code de la construction et de l’habitation ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Attendu que, la cassation n’étant pas prononcée sur les premier et troisième moyens, les griefs tirés de la première branche des deuxième et cinquième moyens et des première et deuxième branches du quatrième moyen, pris d’une annulation par voie de conséquence, sont devenus sans portée ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur les trois dernières branches du premier moyen du pourvoi principal, sur les deux dernières branches des deuxième, quatrième et cinquième moyens du pourvoi principal, sur les sixième et septième moyens du pourvoi principal et sur le moyen unique du pourvoi incident qui ne sont manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

Par ces motifs  :

REJETTE les pourvois ;


Président : M. Chauvin
Rapporteur : M. Parneix
Avocat général : Mme Salvat, premier avocat général
Avocat(s) : SCP Marc Lévis - SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois