Arrêt n°1008 du 22 novembre 2018 (17-12.537) - Cour de cassation - Troisième chambre civile
- ECLI:FR:CCASS:2018:C301008

Construction immobilière

Rejet

Demandeur (s) : M. X...
Défendeur (s) : M. Christian Y... ; et autres


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nîmes, 8 décembre 2016), que M. X... a confié à la société Les 5 Eléments la construction d’une maison individuelle ; que le chantier a été interrompu ; que la société Les 5 Eléments, prise en la personne de son liquidateur, a, après expertise, assigné M. X... en paiement de sommes ; que M. X... a assigné en intervention forcée la société L’Auxillaire et M. Z..., respectivement assureur et gérant de la société Les 5 Eléments, en sollicitant la requalification du contrat en contrat de construction de maison individuelle, sa résiliation aux torts exclusifs du constructeur et la condamnation de M. Z... à réparer le préjudice lié au défaut de garantie de livraison ;

Attendu que M. X... fait grief à l’arrêt de rejeter ses demandes et de le condamner à payer au liquidateur la somme de 172 520,46 euros, alors, selon le moyen :

1°/ que la nullité d’un contrat de construction de maison individuelle pour violation des règles d’ordre public protectrices du maître de l’ouvrage permet à ce dernier de solliciter la remise en état du terrain sans indemnité pour le constructeur au titre des travaux réalisés, et que la démolition ordonnée à la demande du maître de l’ouvrage interdit au constructeur de solliciter le coût des travaux qu’il a réalisés ; qu’en l’espèce, ayant annulé le contrat de construction de maison individuelle sans fourniture de plans signé entre M. X..., maître de l’ouvrage, et la société Les 5 Eléments, faute pour celle-ci, d’avoir respecté les règles d’ordre public applicables à ce contrat, la cour d’appel a cependant estimé que la remise en état des lieux, emportant démolition, demandée par M. X... qui avait pris l’initiative de faire achever l’ouvrage, constituerait une « sanction disproportionnée » au regard des travaux réalisés, quasiment achevés, représentant la somme de 280 313 euros et de la gravité des désordres dont le coût des travaux de reprise avait été évalué à 27 695 euros par l’expert, outre qu’elle risquerait d’impliquer un enrichissement sans cause ; qu’en outre, la cour d’appel a retenu que M. X... se trouvait débiteur, par le jeu des restitutions réciproques, de la somme de 172 520 euros, représentant le coût de la construction réalisée diminué du coût des malfaçons et moins-values (256 840 euros), dont devait aussi être déduit l’acompte de 84 320 euros payé par M. X... ; qu’en statuant ainsi, cependant que M. X... faisait valoir que, comme constaté dans le rapport d’expertise, la construction avait été édifiée avec une erreur d’implantation, puisque, prévue avec un angle ouvert de 135°, elle avait été réalisée avec un angle de 145°, ce qui obligeait à redistribuer notamment la cuisine, les toilettes du rez-de-chaussée, la chambre et la salle de bain de l’étage, et sans rechercher si, indépendamment de l’évaluation des malfaçons et moins-values par l’expert, cette erreur d’implantation, pour laquelle l’expert a exclu toute possibilité de correction, ne justifiait pas la remise en état des lieux par démolition de l’édifice et ce, par conséquent, sans indemnité pour le constructeur au titre des travaux réalisés, et sans que le constructeur puisse solliciter le coût des travaux, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 230-1 et L. 232-1 du code de la construction et de l’habitation, ensemble l’article 1304 du code civil dans sa version applicable au litige ;

 2°/ que, en l’état de l’annulation d’un contrat de construction de maison individuelle dont le constructeur n’a pas respecté les règles d’ordre public applicables, le juge qui ne fait pas droit à la demande de remise en état/démolition formulée par le maître de l’ouvrage, doit lui substituer une indemnisation et que le constructeur ne peut pour sa part au plus prétendre qu’à la restitution des sommes qu’il a déboursées ; qu’en l’espèce, ayant annulé le contrat de construction de maison individuelle sans fourniture de plans signé entre M. X..., maître de l’ouvrage, et la société Les 5 Eléments, faute pour celle-ci, d’avoir respecté les règles d’ordre public applicables à ce contrat, la cour d’appel a cependant estimé que la remise en état des lieux, emportant démolition, demandée par M. X... qui avait pris l’initiative de faire achever l’ouvrage, constituerait une « sanction disproportionnée » au regard des travaux réalisés, quasiment achevés, représentant la somme de 280 313 euros et de la gravité des désordres dont le coût des travaux de reprise avait été évalué à 27 695 euros par l’expert, outre qu’elle risquerait d’impliquer un enrichissement sans cause ; qu’en outre, la cour d’appel a retenu que M. X... se trouvait débiteur, par le jeu des restitutions réciproques, de la somme de 172 520 euros, représentant le coût de la construction réalisée diminué du coût des malfaçons et moins-values (256 840 euros), dont devait aussi être déduit l’acompte de 84 320 euros payé par M. X... ; qu’en statuant ainsi cependant que, faute d’ordonner la remise en état sollicitée, la cour d’appel devait lui substituer une indemnisation, laquelle devait non seulement englober le coût des travaux de reprise et les moins-values, mais également l’obligation de conserver une maison qui, en l’occurrence, présentait un défaut d’implantation non susceptible d’être corrigé, et que le constructeur pouvait au plus prétendre à la restitution des frais engagés pour effectuer les travaux, la cour d’appel a violé les articles L. 230-1 et L. 232-1 du code de la construction et de l’habitation, ensemble l’article 1304 du code civil dans sa version applicable au litige ;

Mais attendu qu’ayant retenu que les désordres constatés consistaient en une erreur d’implantation de l’angle du bâtiment, une erreur de réalisation des trémies de l’escalier rendant l’aménagement prévu au-dessous impossible, un défaut d’enrobage de certains fers des ouvrages en béton armé, un défaut d’aspect des poteaux ronds et une mauvaise réparation de l’angle d’un chapiteau en pierre, un oubli de la réservation de la cheminée et une dégradation de murs enterrés, que le montant total des travaux réalisés s’élevait à 280 313 euros pour des malfaçons à reprendre pour un coût évalué à 27 695 euros, les travaux réalisés par le constructeur ayant été évalués à 89,5 % du gros-oeuvre, et que les photographies versées au débat attestaient que la maison était à ce jour quasiment terminée, la cour d’appel, qui, procédant à la recherche prétendument omise, a pu en déduire que la mesure de remise en état des lieux, seule expressément formulée par M. X..., alors qu’il avait pris l’initiative de faire achever l’ouvrage, constituerait une sanction disproportionnée, au regard des travaux réalisés, et aujourd’hui quasiment achevés, et de la gravité des désordres, et que, ce chef de demande étant rejeté, M. X... restait redevable, par le jeu des restitutions réciproques, du coût de la construction réalisée, sous déduction des malfaçons et moins-values et des sommes déjà versées, a légalement justifié sa décision ;

Par ces motifs  :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Chauvin
Rapporteur : M. Pronier
Avocat général : M. Kapella
Avocat(s) : Me Le Prado - Me Carbonnier - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy