Article 53

Date de la saisine ou de la décision Question posée Statut
10/12/2020

Les articles L. 431-2, L. 434-8 et L. 461-1 du code de la sécurité sociale et 2277 ancien, devenu 2224 nouveau du code civil, interprétés comme édictant que « si le droit du conjoint survivant, à partir du décès de la victime, au bénéfice de la rente viagère prévue, en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle suivi du décès de la victime, par le deuxième de ces textes, se prescrit par deux ans conformément au premier et au troisième, le paiement des arrérages de la rente est soumis à la prescription quinquennale fixée par le quatrième » (Civ. 2, 4 mai 2016, n° 15-15.009, au Bull.) sont-ils contraires au principe d’égalité et à l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, en ce qu’un conjoint survivant qui sollicite auprès du FIVA l’indemnisation de son préjudice patrimonial – que répare la rente viagère – bénéficie d’une prescription décennale, par application de l’article 53 III bis de la Loi n° 2000-1257 du 23 décembre 2000 ?

Réciproquement, l’article 53 III bis de la Loi n°2000-1257 du 23 décembre 2000 édictant que, pour l’ayant droit d’une personne dont le décès est lié à l’exposition à l’amiante, la prescription décennale qui court à compter du premier certificat médical établissant le lien entre le décès et cette exposition, ne s’applique qu’aux demandes indemnitaires – réparant notamment le préjudice patrimonial que couvre la rente viagère du conjoint survivant – formées auprès du FIVA, est-il contraire au principe d’égalité, en ce que, si un ayant droit sollicite le paiement des arrérages de la rente du conjoint survivant directement auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie, sa demande est soumise à la prescription quinquennale de l’article 2277 ancien, devenu 2224 du code civil ?

Question examinée
01/10/2015

La loi n° 2000-1257 du 23 décembre 2000 en son article 53 combiné aux articles L. 452-2 et L. 452-3 du code de la sécurité sociale, tels qu’interprétés par la Cour de cassation en ce qu’elle met à la charge des entreprises privées totalement étrangères à la production, à la diffusion et à la commercialisation des produits amiantés, l’indemnisation de leurs salariés ayant contracté avant l’interdiction de l’amiante en 1996 une maladie professionnelle consécutive à l’utilisation de produits amiantés et faisant peser sur elle une présomption irréfragable de faute inexcusable, est-elle ou non contraire aux principes généraux du droit ayant valeur constitutionnelle que sont
- le principe de proportionnalité
- le principe de sécurité juridique et de confiance légitime ?

Question examinée