Article 1729

Date de la saisine ou de la décision Question posée Statut
11/09/2019

L’interprétation des dispositions de l’article 6 du code de procédure pénale, qui ne reconnaît pas l’autorité de chose jugée à une décision définitive de redressement fiscal sur le fondement de l’article 1729 du code général des impôts, ainsi qu’aux décisions du Tribunal de commerce relative à la responsabilité pour insuffisance d’actifs et faillite personnelle des articles L.241-3 du code de commerce, L.651-2 du code de commerce, L.653-2 du code de commerce, L.653-4 du code de commerce, en cas de poursuite pénal du chef d’abus de biens sociaux, est-elle contraire aux principes de proportionnalité des délits et des peines, d’égalité devant la loi et non bis in idem ? »

« les dispositions des articles L.241-3 du code de commerce, L.651-2 du code de commerce, L.653-2 du code de commerce, L.653-4 du code de commerce et 1729 du code général des impôts, qui peuvent aboutir à un cumul des poursuites et des sanctions, sont-elles contraires aux principes de proportionnalité des délits et des peines, d’égalité devant la loi et non bis in idem ? » .

« l’interprétation des dispositions de l’article 8 du code de procédure pénale, qui reporte le point de départ du délai de prescription de l’action publique au moment où l’infraction est apparue et a pu être constatée dans des conditions permettant l’exercice de l’action publique, est-elle contraire aux principes de de prévisibilité de la loi pénale, de légalité criminelle garanti par l’article 8 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et au principe fondamental de prescription de l’action publique ?

Question examinée
06/03/2019

Les dispositions prévues par les articles 1729 et 1741 du code général des impôts ainsi qu’elles ont été interprétées par le Conseil constitutionnel dans ses décisions en date du 24 juin 2016 (QPC n° 2016-545 et QPC 2016-546), portent elles atteinte à l’article 34 de la constitution ou au principe constitutionnel de la légalité des délits et des peines dès lors que le législateur s’est abstenu de définir les critères permettant d’identifier les cas les plus graves de fraude fiscale ?

Question examinée
20/02/2019

L’article 1729 b) du code général des impôts dans sa rédaction issue de l’article 35 de la loi n° 2008-1443 du 30 décembre 2008, est-il conforme à la Constitution en particulier au regard de l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et du principe de non-rétroactivité des lois pénales plus sévères ?

Question examinée
20/12/2017

- En ce qu’ils soumettent le contribuable visé par un redressement fiscal pour des faits dont l’administration estime qu’ils peuvent recevoir une qualification pénale à un traitement différent selon que le juge administratif statue avant le juge pénal ou l’inverse, l’article 1741 du code général des impôts, interprété à la lumière des décisions du Conseil constitutionnel n° 2016-545 QPC et n° 2016-546 QPC du 24 juin 2016, les articles 1729, 1743, 1°, et 1745 du même code, ainsi que l’article L 232 du livre des procédures fiscales, sont-ils contraires au principe d’égalité devant la loi et au principe d’égalité devant les charges publiques garantis par les articles 6 et 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

- En ce qu’ils n’évitent qu’un contribuable qui a été déchargé de l’impôt par une décision juridictionnelle devenue définitive puisse être condamné pour fraude fiscale que si cette décision a statué sur un motif de fond, l’article 1741 du code général des impôts, interprété à la lumière des décisions du Conseil constitutionnel n° 2016-545 QPC et n° 2016-546 QPC du 24 juin 2016, et les articles 1729, 1743, 1°, et 1745 du même code sont-ils contraires aux principes de nécessité des délits et de proportionnalité des peines découlant de l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

Question examinée
19/05/2016

Les articles 1729 et 1741 du code général des impôts dans leur version applicable à la date des faits, en ce qu’ils permettent, à l’encontre de la même personne et en raison des mêmes faits, le cumul de poursuites ou de sanctions pénales et fiscales, portent-ils atteinte aux principes constitutionnels de nécessité et de proportionnalité des délits et des peines découlant de l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ?

Question examinée
30/03/2016

En matière de droits d’enregistrement, et plus particulièrement de droits de succession, les articles 1729 et 1741 du Code général des impôts dans leur version applicable à la date de prévention, en ce qu’ils autorisent, à l’encontre de la même personne et en raison des mêmes faits, le cumul de procédures ou de sanctions pénales et fiscales, portent-ils atteinte aux principes constitutionnels de nécessité et de proportionnalité des délits et des peines découlant de l’article 8 de la Déclaration des Droits de l ’Homme et du Citoyen ?

Question examinée
30/03/2016

En matière d’impôt de solidarité sur la fortune et de contribution exceptionnelle sur la fortune, les articles 1729 et 1741 du code général des impôts, dans leurs versions applicables lors de la période de prévention, en ce qu’ils autorisent, à rencontre de la même personne et en raison des mêmes faits, le cumul de procédures ou de sanctions pénales et fiscales, portent-ils atteinte aux principes constitutionnels de nécessité et de proportionnalité des délits et des peines découlant de l’article 8 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ?

Question examinée