Article 335 du code de procédure pénale

  • Question

Les dispositions de l’article 335 du code de procédure pénale, telles qu’interprétées par la jurisprudence, en prévoyant seulement que ne peuvent être reçues sous la foi du serment les dépositions du mari ou de la femme de l’accusé et non pas celles de son concubin ou de sa concubine, tenu de déposer sous serment en vertu de l’article 331 du même code, instaurent-elles une différence de traitement injustifiée entre époux et concubins et méconnaissent-elles par conséquent le principe d’égalité devant la loi, le principe d’égalité devant la justice et les droits de la défense, tels qu’ils sont garantis par les articles 6 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

  • Saisine

du 08/10/2019, S 19-80.631-Pourvoi c/ Cour d’assises des Deux-Sèvres, 6 novembre 2018

  • Décision de la Cour de cassation

Arrêt n°2954 du 11 décembre 2019 (19-80.361)- Cour de cassation - Chambre criminelle- ECLI:FR:CCASS:2019:CR02954

Demandeur(s) : M. N... Q...


1. La question prioritaire de constitutionnalité est ainsi rédigée :

« Les dispositions de l’article 335 du code de procédure pénale, telles qu’interprétées par la jurisprudence, en prévoyant seulement que ne peuvent être reçues sous la foi du serment les dépositions du mari ou de la femme de l’accusé et non pas celles de son concubin ou de sa concubine, tenu de déposer sous serment en vertu de l’article 331 du même code, instaurent-elles une différence de traitement injustifiée entre époux et concubins et méconnaissent-elles par conséquent le principe d’égalité devant la loi, le principe d’égalité devant la justice et les droits de la défense, tels qu’ils sont garantis par les articles 6 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ? »

2. La disposition législative contestée est applicable à la procédure et n’a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel.

3. La question, ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application, n’est pas nouvelle.

4. La question posée présente un caractère sérieux pour les raisons suivantes :

5. L’article 335 du code de procédure pénale prévoit des exceptions aux dispositions de l’article 331 du même code qui prescrit qu’avant de commencer leur déposition devant la cour d’assises, les témoins prêtent serment.

6. Cet article dispense d’une telle prestation de serment le mari ou la femme de l’accusé en raison des liens du mariage, même après le prononcé du divorce.

7. Cette prohibition ne s’applique pas aux concubins, lesquels ne sont unis par aucun lien légal.

8. En n’étendant pas la prohibition du serment à cette situation dans laquelle il existe une communauté de vie entre le témoin et l’accusé, l’article 335 du code de procédure pénale est susceptible de porter atteinte aux principes constitutionnels invoqués dès lors que l’objectivité et la sincérité du témoignage peuvent être affectées par leurs conditions de vie commune, quel qu’en soit le statut juridique.

9. En conséquence, il y a lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

RENVOIE au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : M. Soulard
Rapporteur : Mme Drai
Avocat général : Mme Moracchini
Avocats : SCP Garreau, Bauer-Violas et Fesschotte-Desbois

  • Décision du Conseil constitutionnel

Décision n° 2019-828/829 QPC du 28 février 2020 [Non conformité partielle - effet différé]