Article L. 611-2, II, du code de commerce

  • Question

Les dispositions de l’article L. 611-2, II, du code de commerce, en tant qu’elles sont de nature à permettre d’imposer, par le biais d’une injonction sous astreinte, la publication des comptes annuels d’une société à associé unique et propriétaire d’un seul bien, révélant ainsi aux tiers l’importance du patrimoine de l’associé sans son consentement, sont-elles conformes au droit au respect de la vie privée garanti par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 ?

  • Saisine

22/07/2019, S 19-14.098 - Pourvoi c/ Président du Tribunal de commerce de Nanterre, 21 janvier 2019

  • Décision de la Cour de cassation

Arrêt n°884 du 17 octobre 2019 (19-14.098)- Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique- ECLI:FR:CCASS:2019:CO00884

Demandeur(s) : société Polair ; et autres

Défendeur(s) : Agent judiciaire de l’Etat


Attendu qu’à l’occasion du pourvoi qu’ils ont formé contre les ordonnances rendues par un juge chargé de la surveillance du registre du commerce et des sociétés les 10 septembre 2018 et 21 janvier 2019, M. X... et la société Polair ont demandé, par mémoire spécial, de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ainsi rédigée : « Les dispositions de l’article L. 611-2, II, du code de commerce, en tant qu’elles sont de nature à permettre d’imposer, par le biais d’une injonction sous astreinte, la publication des comptes annuels d’une société à associé unique et propriétaire d’un seul bien, révélant ainsi aux tiers l’importance du patrimoine de l’associé sans son consentement, sont-elles conformes au droit au respect de la vie privée garanti par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 ? »

Attendu que les dispositions contestées sont applicables au litige ;

Mais attendu, d’une part, que la question, ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application, n’est pas nouvelle ;

Et attendu, d’autre part, que les dispositions contestées ont déjà été déclarées conformes à la Constitution dans les motifs et le dispositif de la décision n° 2016-548 QPC rendue le 1er juillet 2016 par le Conseil constitutionnel ; qu’aucun changement des circonstances de droit ou de fait n’est, depuis, intervenu qui, affectant la portée de la disposition législative critiquée, en justifierait le réexamen ; qu’en effet, les modifications apportées par le règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation des données sont sans incidence sur la portée des dispositions de l’article L. 611-2 du code de commerce ;

D’où il suit qu’il n’y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;

PAR CES MOTIFS :

DIT N’Y AVOIR LIEU DE RENVOYER au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : M. Guérin, conseiller doyen
Rapporteur : Mme de Cabarrus, conseiller référendaire
Avocat général : Mme Pénichon
Avocat(s) : SCP Baraduc, Duhamel et Rameix - SARL Meier-Bourdeau Lécuyer et associés

  • Décision du Conseil constitutionnel

Non lieu à renvoi