Article L. 222-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile

  • Question

Les dispositions de l’article L 222-1 du CESEDA portent-t-elles atteinte à la protection effective de la liberté individuelle garantie par le juge judiciaire au sens de l’article 66 de la Constitution et de l’article 7 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ainsi qu’au droit au recours effectif au sens de l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ?

  • Saisine

du 08/08/2019, D 19-40.030 - Tribunal de grande instance de Bobigny, 3 août 2019

  • Décision de la Cour de cassation

Arrêt n°962 du 16 octobre 2019 (19-40.030)- Cour de cassation - Première chambre civile- ECLI:FR:CCASS:2019:C10962

Demandeur(s) : Mme X...

Défendeur(s) : M. le préfet de Seine-Saint-Denis


Faits et procédure

1. Mme X..., de nationalité ivoirienne, a été contrôlée à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 29 juillet 2019, avant son entrée sur le territoire national. Le chef de service de contrôle aux frontières a pris à son encontre deux décisions de refus d’entrée sur le territoire et de maintien en zone d’attente, qui lui ont été notifiées à 7 heures 55. L’administration a saisi le juge des libertés et de la détention aux fins de maintenir l’intéressée en zone d’attente au-delà de quatre jours.

Énoncé de la question prioritaire de constitutionnalité

2. Par ordonnance du 3 août 2019, le juge des libertés et de la détention a transmis une question prioritaire de constitutionnalité présentée par Mme X..., ainsi rédigée :

« Les dispositions de l’article L. 222-1 du CESEDA en tant qu’elles limitent l’office du juge à la vérification de l’exercice effectif des droits reconnus à l’étranger maintenu en zone d’attente portent-elles atteinte à la protection effective de la liberté individuelle garantie par le juge judiciaire au sens de l’article 66 de la Constitution et de l’article 7 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ainsi qu’au droit au recours effectif au sens de l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ? ».

Examen de la question prioritaire de constitutionnalité

3. La disposition contestée est applicable au litige.

4. Elle n’a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel.

5. Cependant, d’une part, la question posée, ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application, n’est pas nouvelle.

6. D’autre part, la question posée ne présente pas un caractère sérieux en ce que les dispositions de l’article L. 222-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, dans leur rédaction issue de la loi n° 2016-274 du 7 mars 2016, qui ont pour objet et pour effet de mettre en évidence le contrôle du juge des libertés et de la détention sur le caractère effectif de l’exercice des droits reconnus à l’étranger, ne contiennent en elles-mêmes ni limitation de l’office du juge dans son rôle de gardien de la liberté individuelle ni restriction du droit à un recours juridictionnel effectif.

7. En conséquence, il n’y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel.

PAR CES MOTIFS, la Cour  :

DIT N’Y AVOIR LIEU DE RENVOYER au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Feydeau-Thieffry, conseiller référendaire
Avocat général : M. Sassoust

  • Décision du Conseil constitutionnel

Non lieu à renvoi