Article 131-21 du code pénal

  • Question
Les dispositions de l’article 131-21, alinéa 9, telles qu’interprétées par la Cour de cassation :

1°) contreviennent-elles aux principes de nécessité, de proportionnalité et d’individualisation des délits et des peines, garantis par l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en ce qu’elles permettent aux juges du fond d’ordonner, à titre de peine complémentaire, la confiscation en valeur de tout bien, même s’il ne constitue pas en lui-même le produit direct ou indirect de l’infraction poursuivie, appartenant à la personne condamnée, ou sous réserve des droits du propriétaire de bonne foi, dont elle a la libre disposition, y compris le domicile dans lequel elle habite avec sa famille, sans avoir s’expliquer sur la nécessité et la proportionnalité de l’atteinte ainsi portée au droit de propriété de la personne condamnée et au droit au respect de sa vie privée et familiale ?

2°) contreviennent-elles aux principes d’égalité devant la loi et d’égalité devant la justice garantis par l’article 1er de la Constitution de 1958 et les articles 1er et 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en ce qu’elles instituent une différence de traitement injustifiée entre les propriétaires des biens confisqués, selon que le magistrat ordonnant la confiscation opte pour une mesure de confiscation en valeur, pour laquelle la motivation de la décision n’est pas requise, plutôt que pour la confiscation prévue par les articles 131-21, alinéa 6, du code pénal, dont les effets sont identiques, pour laquelle la motivation de la décision s’impose ?
  • Saisine

Du 15/02/2021 - S 20-86.529 - Pourvoi c/ décision de la Cour d’appel de Paris du 23 novembre 2020