Article 545 du code civil

  • Question

L’article 545 du code civil, tel qu’interprété par une jurisprudence constante de la Cour de cassation, selon lequel l’action en démolition de la partie d’une construction reposant sur le fonds d’un voisin ne peut jamais dégénérer en abus de droit méconnaît-il les articles 2, 4 et 17 de la déclaration de 1789 garantissant le droit de propriété, le droit au respect de la vie privée et du domicile et le principe selon lequel la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ?

  • Saisine

Du 23/11/2015, T 15.21-949 - Pourvoi c/ Cour d’appel de Grenoble, 2e chambre, 5 mai 2015

  • Décision de la Cour de cassation

Arrêt n° 338 du 11 février 2016 (15-21.949) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2016:C300338


Demandeur(s) : M. Noël X... ; et autre
Défendeur(s) : M. Charles Y... 


Attendu que M. X... et Mme Z... sont propriétaires d’un fonds voisin de celui de M. Y... ; que ce dernier, constatant l’empiétement sur son terrain d’un bâtiment édifié sur celui de M. X... et Mme Z..., les a assignés en démolition ; qu’un arrêt du 22 janvier 2008 leur a accordé sous astreinte un délai de deux ans pour supprimer cet empiétement ; que, constatant qu’après travaux un empiétement subsistait, M. Y... les a assignés en liquidation de l’astreinte ;

Attendu qu’à l’occasion du pourvoi formé contre l’arrêt ayant liquidé l’astreinte, M. X... et Mme Z... demandent, par mémoire spécial et distinct, de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ainsi rédigée :

« L’article 545 du code civil, tel qu’interprété par une jurisprudence constante de la Cour de cassation, selon lequel l’action en démolition de la partie d’une construction reposant sur le fonds d’un voisin ne peut jamais dégénérer en abus de droit, méconnait-il les articles 2, 4 et 17 de la Déclaration de 1789 garantissant le droit de propriété, le droit au respect de la vie privée et de domicile et le principe selon lequel la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ?  » ;

Mais attendu que la disposition contestée n’est pas applicable au litige, lequel concerne la seule liquidation d’une astreinte que le juge de l’exécution peut seulement liquider ou modérer, sans remettre en cause le principe de l’obligation ; D’où il suit qu’il n’y a pas lieu de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;

PAR CES MOTIFS :

DIT N’Y AVOIR LIEU A RENVOYER au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : M. Chauvin
Rapporteur : M. Echappé, conseiller
Avocat général : M. Sturlèse
Avocat(s) : Me Le Prado ; SCP Coutard et Munier-Apaire


  • Décision du Conseil constitutionnel

Non renvoyée au Conseil constitutionnel