Articles L. 950-1 ancien du code du travail, devenu L. 6331-1, et L. 981-6 ancien du même code

  • Question

Les articles L. 950-1 ancien du code du travail, devenu L. 6331-1, et L. 981-6 ancien du même code, sont-ils conformes au principe d’égalité devant la loi tel qu’il découle de l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 et au principe de l’égalité devant les charges publiques énoncé à l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 , en tant qu’ils excluent un établissement public à caractère administratif exploitant un service public à caractère industriel et commercial du champ d’application de l’exonération de cotisations sociales liée à la conclusion d’un contrat de professionnalisation ?

  • Saisine

Du 09/01/2018, D 17-25.854 - Pourvoi c/ Cour d’appel de Toulouse - 4e chambre, section 1, chambre sociale , 30 juin 2017

  • Décision de la Cour de cassation

Arrêt n° 444 du 8 mars 2018 (17-25.854) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2018:C200444

Demandeur : l’établissement public Tisseo, établissement public à caractère industriel et commercial ; et autre
Défendeur : l’union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF) Midi-Pyrénées


Attendu qu’à la suite d’un contrôle portant sur les années 2006 et 2007, l’URSSAF Midi-Pyrénées a notifié un redressement, suivi d’une mise en demeure, au Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération toulousaine (le SMTC), qui exploitait une activité de transport urbain sous la forme d’une régie non personnalisée ; que le SMTC et l’établissement Tisseo réseau urbain, établissement public à caractère industriel et commercial qui a repris l’activité à compter du 1er avril 2010, ont saisi d’un recours une juridiction de sécurité sociale ; qu’ils ont présenté, à l’appui de leur pourvoi, par un écrit distinct et motivé, une question prioritaire de constitutionnalité reçue le 9 janvier 2018 par la Cour de cassation ;

Attendu que la question transmise est ainsi rédigée :

 « Les articles L. 950-1 ancien du code du travail, devenu L. 6331-1, et L. 981-6 ancien du même code, sont-ils conformes au principe d’égalité devant la loi tel qu’il découle de l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 et au principe de l’égalité devant les charges publiques énoncé à l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, en tant qu’ils excluent un établissement public à caractère administratif exploitant un service public à caractère industriel et commercial du champ d’application de l’exonération de cotisations sociales liée à la conclusion d’un contrat de professionnalisation ? » ;

Attendu que les dispositions législatives contestées sont applicables au litige ;

Qu’elles n’ont pas déjà été déclarées conformes à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel ;

Mais attendu que la question, ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application, n’est pas nouvelle ;

Et attendu que le principe constitutionnel d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations distinctes, ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des motifs d’intérêt général pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit ; que les établissements publics à caractère administratif étant normalement soumis aux règles du droit public et n’étant pas assujettis, même s’ils cumulent plusieurs activités, au financement de la formation professionnelle, il ne saurait être sérieusement soutenu que les dispositions critiquées, en ce qu’elles excluent la possibilité, pour ces établissements, de souscrire des contrats de professionnalisation et de bénéficier, à ce titre, d’une exonération des cotisations à la charge de l’employeur au titre des assurances sociales et des allocations familiales, portent atteinte au principe d’égalité invoqué ;

D’où il suit que la question n’apparaît pas sérieuse et qu’il n’y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;

Par ces motifs :

DIT N’Y AVOIR LIEU DE RENVOYER au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : Mme Flise
Rapporteur : Mme Le Fischer, conseiller référendaire
Avocat général : Mme Nicolétis
Avocat(s) : SCP Rocheteau et Uzan-Sarano - SCP Gatineau et Fattaccini


  • Décision du Conseil constitutionnel

Non lieu à renvoi