Arrêt n° 919 du 16 mai 2017 (16-25.415) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2017:CO01314

Renvoi

Demandeur : M. Alexis X...
Défendeur : Autorité des Marchés Financiers


Attendu qu’à l’occasion du pourvoi formé par lui contre l’ordonnance du premier président de la cour d’appel de Paris du 26 octobre 2016, M. X... demande, par mémoire spécial, de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ainsi rédigée :

"Les dispositions de l’article L. 621-10, alinéa 1er, du code monétaire et financier selon lesquelles « les enquêteurs peuvent également se faire communiquer les données conservées et traitées par les opérateurs de télécommunications dans le cadre de l’article L. 34-1 du code des postes et des communications électroniques et les prestataires mentionnés aux 1 et 2 du I de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique et en obtenir la copie » portent-elles atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit et plus précisément au droit au respect de la vie privée, protégé par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et ce dans la mesure notamment où le législateur n’a pas apporté de garanties suffisantes pour respecter ce droit au regard de l’article 34 de la Constitution ?" ;

Attendu que la disposition contestée de l’article L. 621-10, alinéa 1er, du code monétaire et financier, dans sa rédaction issue de la loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013, est, au moins pour partie, applicable au litige, dans la mesure où M. X... conteste la régularité de l’obtention, sur ce fondement, de certaines pièces par les enquêteurs de l’Autorité des marchés financiers ;

Qu’elle a déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif de la décision n° 2001-457 DC rendue le 27 décembre 2001 par le Conseil constitutionnel mais que, depuis, sont intervenus des changements de circonstances de fait et de droit, liés notamment à l’évolution des technologies et à l’extension du champ des investigations, par le paragraphe VI de l’article L. 34-1 du code des postes et des communications électroniques, à la localisation des équipements terminaux, outre la décision n° 2015-715 DC du 5 août 2015 par laquelle le Conseil constitutionnel a dit contraire à la Constitution la procédure prévue par le 2 de l’article 216 de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques qui conférait aux agents de l’Autorité de la concurrence la possibilité d’obtenir la communication de données de connexion en des termes semblables à ceux du texte présentement critiqué ;

Que la question posée présente un caractère sérieux ;

D’où il suit qu’il y a lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;

PAR CES MOTIFS :

RENVOIE au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : Mme Mouillard
Rapporteur : Mme Bregeon
Avocat général : Mme Beaudonnet
Avocats : SCP Piwnica et Molinié - SCP Ohl et Vexliard