Arrêt n° 1010 du 10 avril 2014 (14-40.008) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:FR:SO01010

Non lieu à renvoi


Demandeur(s) : Syndicat CFDT groupe Air France SPASAF

Défendeur(s) : Union départementale CGT Val-de-Marne ; Union départementale FO Val-de-Marne ; Syndicat Organisation syndicale Sud aérien ; Société Bluelink


Attendu que la question transmise est ainsi rédigée :

« L’article L. 2142-8, alinéa 1, du code du travail, en ce qu’il prévoit l’obligation pour une entreprise d’au moins deux cents salariés de fournir un local commun aux sections syndicales, porte-t il atteinte à la liberté syndicale garantie par les articles 6 et 8 du préambule de la Constitution de 1946 ? » 

Mais attendu, d’une part, que la question, ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application, n’est pas nouvelle ;

Et attendu, d’autre part, que la question posée ne présente pas un caractère sérieux en ce que l’obligation pour les organisations syndicales ayant constitué une section syndicale dans les entreprises ou établissements d’au moins deux cents salariés mais de moins de mille salariés, de partager un local commun mis à leur disposition par l’employeur constitue un équilibre raisonnable entre le besoin, pour les organisations syndicales, de disposer d’un local syndical, et la charge économique imposée à l’employeur compte tenu de la taille de l’entreprise, sans que cet équilibre ne porte atteinte à la liberté syndicale reconnue par les alinéas 6 et 8 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 ;

D’où il suit qu’il n’y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;
 
PAR CES MOTIFS :

DIT N’Y AVOIR LIEU A RENVOYER au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ;


Président : M. Bailly, conseiller doyen faisant fonction de président

Rapporteur : Mme Pécaut-Rivolier, conseiller référendaire

Avocat général : M. Lalande

Avocat(s) : Me Le Prado