01-15.829
Arrêt n° 1064 du 8 juillet 2003
Cour de cassation - Première chambre civile

Divorce

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : Mme X...
Défendeur(s) à la cassation : M. Y...


Sur les deux premiers moyens :

Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt attaqué (Montpellier, 12 juin 2001) d’avoir rejeté sa demande en divorce aux torts du mari et d’avoir prononcé le divorce à ses torts exclusifs, en dénaturant un élément de preuve, en violation de l’article 1134 du Code civil et en violation des articles 242, 259 et 1136 du Code civil ;

Mais attendu que sous couvert de griefs non fondés de violation de la loi, le moyen ne tend qu’à remettre en discussion la valeur et la portée des éléments de preuve souverainement appréciés par les juges du fond qui ont estimé, sans dénaturation, que seuls les griefs invoqués à l’encontre de l’épouse étaient établis et constituaient une faute au sens de l’article 242 du Code civil ; que le moyen ne saurait être accueilli ;

Sur le troisième moyen :


Attendu que Mme X... fait encore grief à l’arrêt attaqué de l’avoir condamnée à payer à M. Y... une prestation compensatoire, alors, selon le moyen, que la cour d’appel ne pouvait fixer la prestation compensatoire sans constater que M. Y... avait fourni au juge une déclaration certifiant sur l’honneur l’exactitude de ses ressources, revenus, patrimoine et conditions de vie ; qu’en statuant ainsi, elle a violé le dernier alinéa de l’article 271 du Code civil issu de la loi du 30 juin 2000 ;

Mais attendu que la cour d’appel n’avait pas à faire spécialement mention, dans son arrêt, de ce que la déclaration sur l’honneur avait été ou non produite ; que le moyen ne peut être accueilli ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Lemontey
Rapporteur : Mme Trassoudaine-Verger, conseiller référendaire
Avocat général : M. Mellottée
Avocat(s) : la SCP Vincent et Ohl, Me Blanc