Arrêt n° 987 du 24 octobre 2018 (17-31.306) - Cour de cassation - Première chambre civile
- ECLI:FR:CCASS:2018:C100987

Séparation des pouvoirs

Rejet

Sommaire

Si l’action directe ouverte par l’article L. 124-3 du code des assurances à la victime d’un dommage, ou à l’assureur de celle-ci subrogé dans ses droits, contre l’assureur de l’auteur responsable du sinistre, tend à la réparation du préjudice subi par la victime, elle se distingue de l’action en responsabilité contre l’auteur du dommage en ce qu’elle poursuit l’exécution de l’obligation de réparer qui pèse sur l’assureur en vertu du contrat d’assurance. La détermination de l’ordre de juridiction compétent pour en connaître dépend du caractère administratif ou de droit privé de ce contrat.

Dès lors, après avoir retenu, à bon droit, que, conformément à l’article 2 de la loi n° 2001-1168 du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier, le contrat d’assurance passé par un établissement public de santé en application du code des marchés publics avait un caractère administratif, une cour d’appel en a exactement déduit que l’action directe exercée par une patiente, victime de dommages à la suite de soins reçus au sein de cet établissement, relevait de la compétence de la juridiction administrative.


Demandeur (s) : Mme X...
Défendeur (s) : Société hospitalière d’assurances mutuelles ; et autres


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Lyon, 23 novembre 2017), qu’ayant été victime de dommages à la suite de soins reçus le 13 février 2002 au sein du Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts (le centre hospitalier), Mme X... a assigné en indemnisation l’assureur de cet établissement public de santé, la Société hospitalière d’assurances mutuelles (la SHAM) ; que celle-ci a soulevé une exception d’incompétence au profit de la juridiction administrative ;

Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt de décliner la compétence de la juridiction judiciaire pour connaître de ses demandes dirigées contre la SHAM, alors, selon le moyen, que les juridictions de l’ordre judiciaire sont seules compétentes pour connaître de l’action directe intentée par la victime d’un accident médical contre l’assureur du responsable, peu important que ce contrat d’assurance soit de droit public ; qu’en l’espèce, la cour d’appel, qui a lié la compétence des juridictions administratives pour connaître de l’action directe intentée par Mme X... contre la SHAM à la nature de droit public du contrat d’assurance, a violé la loi des 16-24 août 1790 et l’article L. 124-3 du code des assurances ;

Mais attendu que, si l’action directe ouverte par l’article L. 124-3 du code des assurances à la victime d’un dommage, ou à l’assureur de celle-ci subrogé dans ses droits, contre l’assureur de l’auteur responsable du sinistre, tend à la réparation du préjudice subi par la victime, elle se distingue de l’action en responsabilité contre l’auteur du dommage en ce qu’elle poursuit l’exécution de l’obligation de réparer qui pèse sur l’assureur en vertu du contrat d’assurance ; que la détermination de l’ordre de juridiction compétent pour en connaître dépend du caractère administratif ou de droit privé de ce contrat ;

Et attendu qu’après avoir constaté que le contrat d’assurance liant la SHAM au centre hospitalier avait été passé en application du code des marchés publics, la cour d’appel a retenu, à bon droit, que, conformément à l’article 2 de la loi n° 2001-1168 du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier, ce contrat avait un caractère administratif ; qu’elle en a exactement déduit que l’action directe exercée par Mme X... relevait de la compétence de la juridiction administrative ; que le moyen n’est pas fondé ;

Par ces motifs  :

REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Canas, conseiller référendaire
Avocat général : M. Chaumont
Avocat(s) : SCP L. Poulet-Odent - Me Le Prado