Arrêt n° 730 du 18 juin 2014 (13-13.553) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2014:C100730

Agent immobilier ; Mandat

Cassation


Demandeur(s) : La société Fonta

Défendeur(s) : La société Central immobilier


Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu l’article 1371 du code civil, ensemble les articles 6 I de la loi n° 70 9 du 2 janvier 1970 et 72 du décret n° 72 678 du 20 juillet 1972 ;

Attendu que les règles de l’enrichissement sans cause ne peuvent tenir en échec les dispositions d’ordre public de ces deux derniers textes, lesquels subordonnent la licéité de l’intervention d’un agent immobilier dans toute opération immobilière, et partant, son droit à rémunération comme à indemnisation, à la détention d’un mandat écrit préalablement délivré à cet effet par l’une des parties à l’opération ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que la société Central immobilier qui, en exécution d’un mandat de recherche non exclusif reçu de la société Patrimoine compagnie, avait cherché, découvert et présenté à son mandant un terrain constructible conforme aux caractéristiques convenues, puis rédigé un projet d’acte de vente non suivi d’effet, a, après qu’elle eut appris que la société Fonta avait acheté ce terrain, sans intermédiaire, aux prix et conditions du projet qu’elle avait établi, assigné celle ci en paiement de ses prestations de recherche et de négociation, en se prévalant, principalement, d’un accord autonome de reprise par l’acquéreur des engagements du mandant, devenu la société Kaufman et Broad Pyrénées, et subsidiairement de l’action de in rem verso ;

Attendu qu’ayant écarté, faute de preuve, l’existence d’un accord de reprise des engagements du mandant, l’arrêt, pour condamner la société Fonta à payer à la société Central immobilier la somme de 50 000 euros sur le fondement de l’action de in rem verso, retient que l’exercice de cette action, seul moyen juridique dont l’agent immobilier dispose pour obtenir de la société Fonta la rémunération de son travail, n’a pas vocation à contourner les dispositions de la loi n° 70 9 du 2 janvier 1970 puisque les parties ne pouvaient pas être liées par un mandat, le bénéfice que l’acquéreur a tiré gratuitement du travail de l’agent immobilier lui ayant été transmis par un tiers, la société Kaufman et Broad Pyrénées ;

Qu’en statuant ainsi, la cour d’appel a violé les textes susvisés, le premier par fausse application, les deux derniers par refus d’application ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les deux autres branches du moyen :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 16 janvier 2013, entre les parties, par la cour d’appel de Toulouse ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Bordeaux


Président : M. Charruault

Rapporteur : Mme Verdun, conseiller

Avocat général : M. Cailliau

Avocat(s) : SCP Boullez