Arrêt n° 1278 du 7 novembre 2012 (11-25.430) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2012:C101278

Contrats et obligations civiles

Cassation partielle


Demandeur(s) : M. Franck X...

Défendeur(s) : La société Laser cofinoga ; Mme Dania Y...


Sur le moyen unique, pris en ses deux premières branches :

Vu l’article 1202 du code civil ;

Attendu que, prétendant qu’elle avait consenti un crédit à M. X... et à Mme Y... que ceux ci, qui vivaient en commun, s’étaient solidairement obligés à rembourser, la société Laser Cofinoga les a assignés en remboursement ;

Attendu que, pour accueillir cette demande, le tribunal, après avoir constaté que la signature de M. X..., qui contestait avoir souscrit le crédit litigieux, ne figurait pas sur l’acte le constatant, retient que si l’article 220 du code civil n’a pas vocation à recevoir application, M. X... est néanmoins solidairement tenu à remboursement dès lors qu’il avait connaissance du contrat établi à partir d’agissements constitutifs de faux imputables à Mme Y... et de l’utilisation du crédit pour financer des achats pendant la vie commune ;

Qu’en se fondant sur de tels motifs impropres à caractériser un engagement solidaire de M. X..., le tribunal a violé, par fausse application, le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur la troisième branche du moyen :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en sa disposition portant condamnation à l’encontre de M. X..., le jugement rendu le 16 décembre 2010, entre les parties, par le tribunal d’instance de Châtellerault ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le tribunal d’instance de Poitiers


Président : M. Charruault

Rapporteur : Mme Capitaine, conseiller référendaire

Avocat général : M. Sarcelet

Avocat(s) : SCP Waquet, Farge et Hazan