Arrêt n° 1170 du 28 octobre 2015 (14-15.114) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2015:C101170

Vente ; Hypothèque

Cassation partielle


Demandeur(s) : la société MMA IARD ; et autres
Défendeur(s) : M. Gilles X... ; et autres


Attendu, selon l’arrêt attaqué, que, suivant acte reçu le 12 juin 2001 par M. Y..., notaire, Mmes Nicole X... veuve Z... et Nathalie Z... (le vendeur) ont vendu à M. X... (l’acquéreur) un bien immobilier que ce dernier a été contraint de délaisser après qu’un créancier du vendeur, titulaire d’une hypothèque judiciaire inscrite, le 22 juillet 2001, en vertu d’un précédent jugement de condamnation, entre la date de l’acte de vente et celle de sa publication, intervenue le 7 août 2001, eut exercé son droit de suite et obtenu la vente forcée du bien ; que, condamnés à indemniser l’acquéreur des conséquences dommageables de la perte de l’immeuble, le notaire et son assureur, la société MMA IARD (l’assureur), se prévalant du bénéfice de la subrogation légale de l’article 1251, 3° du code civil, ont exercé l’action en garantie d’éviction contre le vendeur ;

Sur le moyen relevé d’office, après avis donné aux parties conformément aux dispositions de l’article 1015 du code de procédure civile :

Vu l’article 1626 du code civil, ensemble l’article 2123 du même code, ce dernier dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2006-346 du 23 mars 2006, applicable en la cause ;

Attendu que la garantie d’éviction du fait d’un tiers est due si le trouble subi par l’acheteur est un trouble de droit, existant au moment de la vente, non déclaré et ignoré de l’acheteur ;

Attendu que, pour rejeter le recours subrogatoire du notaire et de l’assureur, l’arrêt retient qu’en indemnisant l’acquéreur, ceux-ci n’ont pas assumé la garantie d’éviction du vendeur dès lors que sa seule condamnation envers un tiers n’emporte aucune restriction à la disposition de ses droits sur l’immeuble et que le trouble juridique à la jouissance de ce bien n’a été créé qu’après la vente, du fait de l’inscription de l’hypothèque par le créancier ;

Qu’en statuant ainsi, alors que la constitution de l’hypothèque judiciaire prévue par l’article 2123 du code civil sur les biens du débiteur résulte non de son inscription mais du jugement de condamnation qui lui donne naissance, de sorte que le trouble de droit qui en résultait existait au moment de la vente, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

Et sur la troisième branche du moyen unique :

Vu l’article 1251, 3° du code civil ;

Attendu que le débiteur qui s’acquitte d’une dette qui lui est personnelle peut néanmoins prétendre bénéficier de la subrogation s’il a, par son paiement, libéré envers leur créancier commun celui sur qui doit peser la charge définitive de la dette ;

Attendu que, pour statuer comme il le fait, l’arrêt relève encore, par motifs adoptés, que l’assureur ne peut être subrogé que dans les droits de son assuré, et non dans ceux de l’acquéreur, qui, de surcroît n’est pas créancier du vendeur ;

Qu’en statuant ainsi, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il rejette les demandes de M. Y... et de la société MMA dirigées contre Mme Nicole Z... et Mme Nathalie Z..., l’arrêt rendu le 30 janvier 2014, entre les parties, par la cour d’appel de Lyon ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Dijon ;


Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Verdun, conseiller
Avocat général : M. Cailliau
Avocat(s) : SCP Boré et Salve de Bruneton ; M. Henry, de la SCP Bénabent et Jéhannin