02-20.694 
Arrêt n° 1652 du 21 octobre 2004
Cour de cassation - Deuxième chambre civile

1°) Séparation des pouvoirs
2° ) Contrats et obligations conventionnelles

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : société Axa France IARD
Défendeur(s) à la cassation : Etablissement français du sang Aquitaine-Limousin, venant aux droits de l’association Oeuvre de la transfusion sanguine du Pays Basque et autres


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrLt confirmatif attaqué (Pau, 16 septembre 2002) que Mme X... a été le 17 février 1987, B l’occasion d’une transfusion sanguine, contaminée par le virus de l’hépatite C ; que cette contamination n’a été révélée qu’en aoft 1995 par des examens médicaux ; que Mme X... a assigné devant un tribunal de grande instance l’association Oeuvre de la transfusion sanguine du Pays Basque en responsabilité et indemnisation ; que cette association, aux droits de laquelle est venu l’Etablissement français du sang, a appelé en garantie son assureur, la société Axa France IARD (Axa), qui a dénié sa garantie au motif que le contrat souscrit en 1981 et résilié au 1er janvier 1990 comportait une clause stipulant la cessation de la garantie au 1er janvier 1995, soit B l’expiration d’un délai de 5 ans B compter de la résiliation du contrat d’assurance, et ce conformément B l’arrLté interministériel du 27 juin 1980 et son annexe pris en application de l’article L. 667 du Code de la santé publique ;

Attendu qu’Axa fait grief B l’arrLt de l’avoir condamnée B garantir son assuré des condamnations prononcées contre lui, aprPs avoir déclaré non écrite la clause litigieuse au vu de l’arrLt du Conseil d’Etat, en date du 29 janvier 2000, déclarant illégale la clause type prévue B l’annexe de l’arrLté du 27 juin 1980, alors, selon le moyen :

1°/ que la déclaration d’illégalité par la juridiction administrative d’une clause type réglementaire autorisant l’assureur B subordonner sa garantie aux seuls sinistres ayant fait l’objet d’une réclamation portée B sa connaissance dans un certain délai B compter de la résiliation de la police, ne saurait, sans porter atteinte aux principes de respect des droits acquis et de sécurité juridique, priver rétroactivement d’efficacité la clause qui en est la reproduction, figurant dans un contrat passé et exécuté avant que le juge administratif ne déclare illégal l’arrLté sur la base duquel elle avait été stipulée ; qu’en jugeant le contraire, la cour d’appel a violé les articles 2 et 1134 du Code civil, ensemble les principes susvisés ;

2E/ que ne peut constituer une clause abusive ou illicite la clause figurant dans un contrat d’assurance conforme B une clause type dont l’usage était expressément autorisé par un arrLté en vigueur au moment oj ledit contrat a été conclu et a produit ses effets ; qu’en statuant comme elle l’a fait, la cour d’appel a violé derechef les textes susvisés, ensemble les articles 1 et suivants de la directive 93/13 du 5 avril 1993 ;

3E/ que la clause limitant la garantie dans le temps de l’assureur de responsabilité (RC produits livrés) ayant nécessairement un caractPre substantiel, puisque déterminant B la fois la durée des obligations et des engagements de l’assureur et, corrélativement, le montant des primes versées en contrepartie, viole les articles 1110 et 1131 du Code civil, ensemble l’article L. 113-8 du Code des assurances, la cour d’appel qui refuse de considérer que la nullité, B la suite de la déclaration de son illégalité survenue postérieurement B la souscription du contrat, de la clause type réglementaire d’un contrat d’assurance autorisant l’assureur B subordonner sa garantie B l’existence d’une réclamation portée B sa connaissance dans un certain délai B compter de la résiliation du contrat n’avait pas pour effet d’entraîner la nullité de la garantie dans son ensemble ;

Mais attendu, que l’arrLt énonce que le juge se prononce en application du droit objectif en vigueur au moment oj il statue et que la déclaration d’illégalité du texte réglementaire sur lequel était fondée la clause litigieuse, prononcée B l’occasion d’une autre instance, s’imposait B lui ; que la cour d’appel en a exactement déduit, sans remettre en cause les droits acquis ou l’objectif de sécurité juridique, que ladite clause, en ce qu’elle tendait B réduire la durée de garantie de l’assureur B un temps inférieur B la durée de la responsabilité de l’assuré était génératrice d’une obligation sans cause et, comme telle illicite et réputée non écrite ;

Et attendu que manque en fait le grief qui reproche B la cour d’appel d’avoir retenu que, l’assuré n’étant ni un consommateur ni un non professionnel, la clause litigieuse ne relevait pas de la réglementation spécifique des clauses abusives ; que le rejet de ce grief prive de tout fondement la demande de renvoi préjudiciel pour saisine de la Cour de justice des Communautés européennes ;

Attendu, enfin, qu’ayant souverainement relevé l’absence, lors de la formation du contrat, de toute erreur portant sur la substance des droits en cause, viciant le consentement de l’assureur, l’arrLt qui a exactement retenu que l’erreur ne pouvait Ltre imputée B la déclaration d’illégalité fft-elle intervenue postérieurement B la formation du contrat, a rejeté B bon droit la demande d’annulation de celui-ci ;

D’oj il suit que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Dintilhac 
Rapporteur : M. Lafargue, conseiller référendaire
Avocat général : M. Kessous
Avocat(s) : la SCP Célice, Blancpain et Soltner, la SCP Piwnica et Molinié