02-30.755
Arrêt n° 264 du 2 mars 2004
Cour de cassation - Deuxième chambre civile

Convention européenne des droits de l’homme

Cassation


Demandeur(s) à la cassation : M. Jean-Pierre X...
Défendeur(s) à la cassation : Caisse de mutualité sociale agricole de l’Ile-de-France CMSA


Sur le premier moyen :

Vu l’article 6.1 de la Convention européenne des droits de l’homme ;

Attendu que le droit à un procès équitable exige que soit donné l’accès à chacun au juge chargé de statuer sur sa demande ;

Attendu que pour rejeter l’opposition formée par M. X... à une contrainte délivrée par la Caisse de mutualité sociale au titre de cotisations réclamées pour une certaine période, le tribunal des affaires de sécurité sociale constate que les parties avaient été régulièrement convoquées, et que le demandeur n’était ni comparant ni représenté, après avoir refusé le renvoi à une autre audience demandée par fax le jour même, par l’avocat de M. X... en raison d’une grève du barreau, prévue pour le jour de l’audience ;

Qu’en se déterminant ainsi alors que, s’agissant d’une procédure orale, l’empêchement de l’avocat du demandeur, justifié par une circonstance exceptionnelle, avait pour conséquence de priver M. X... de toute possibilité de faire valoir son droit en justice, le Tribunal qui n’a pas vérifié que M. X... avait été mis en mesure de se présenter en personne a méconnu les exigences du texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, le jugement rendu le 17 janvier 2002, entre les parties, par le tribunal des affaires de sécurité sociale de Melun ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le tribunal des affaires de sécurité sociale de Paris ;


Président : M. Ancel 
Rapporteur : Mme Coutou, conseiller référendaire
Avocat général : Mme Barrairon
Avocat(s) : la SCP Coutard et Mayer, la SCP Vincent et Ohl