Arrêt n°840 du 17 septembre 2020 (19-17.360) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile
-ECLI:FR:CCAS:2020:C200840

Appel civil

Cassation

Demandeur(s) : M. A... X...
Défendeur(s) : C3F, société par actions simplifiée


Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Versailles, 3 avril 2019), un conseil des prud’hommes a, par jugement du 15 septembre 2016, dit que la convention de rupture conventionnelle passée entre M. X... et son employeur, la société C3F, était régulière mais a débouté le salarié de ses demandes indemnitaires.

2. Le jugement a été notifié à M. X..., le 4 octobre 2016. La notification comportait une erreur relative aux modalités de représentation devant la cour d’appel.

3. M. X... a interjeté appel du jugement par le Réseau Privé Virtuel Avocat (RPVA) devant la cour d’appel de Paris, le 3 novembre 2016.

4. Une seconde notification a été reçue le 4 novembre 2016, par M. X... mentionnant que la représentation était obligatoire devant la cour d’appel. 5. Par ordonnance du 9 novembre 2016, le conseiller de la mise en état de la cour d’appel de Paris a déclaré l’appel de M. X... irrecevable.

6. M. X... a formé un nouvel appel devant la cour d’appel de Versailles, le 3 avril 2017. Le président de la chambre saisie a fixé un calendrier de procédure, le 5 juillet 2017 faisant application des dispositions des articles 905 et suivants du code de procédure civile. Il a, par ordonnance du 23 janvier 2019, déclaré irrecevable l’incident tendant à voir déclarer cet appel irrecevable.

Examen du moyen

Enoncé du moyen

7.M. X... fait grief à l’arrêt de déclarer son appel irrecevable alors :

« 1°/ qu’une seconde notification d’un jugement, faisant suite à une première notification ayant comporté des mentions erronées quant aux modalités d’exercice du recours juridictionnel, n’est pas de nature à faire courir le délai d’appel, même si elle n’est pas entachée d’erreur en ce qui a trait aux modalités d’exercice du recours, sauf si cette seconde notification indique que la précédente était erronée et qu’elle se substitue à elle ou la rectifie ; qu’en retenant au contraire qu’en l’état d’une première notification erronée, il n’était pas nécessaire que la seconde notification indique être rectificative de la précédente pour que puisse courir le délai du recours juridictionnel, la cour d’appel a violé, par fausse interprétation, les articles 651, 680 et 693 du code de procédure civile ;

2°/ qu’en privant le salarié d’accès au juge d’appel, sans qu’il soit constaté que la seconde notification avait indiqué rectifier la précédente ni donc que le salarié avait été mis en mesure de connaître les modalités d’appel dans des conditions lui permettant d’exercer utilement son droit au recours, la cour d’appel a violé l’article 6 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. »

Réponse de la Cour

Vu les articles 651 et 680 du code de procédure civile, et l’article 6,§1, de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales :

8. Il résulte de ces textes qu’une notification, intervenue après une première notification irrégulière, ne peut faire courir le délai de recours si elle ne précise pas qu’elle se substitue à la première.

9. Pour déclarer l’appel formé le 3 avril 2017 irrecevable comme tardif, l’arrêt retient que la première notification reçue le 4 octobre 2016, qui comportait l’adresse du greffe de la cour d’appel de Versailles au verso de l’acte, sous la mention « appel », ne mentionnait pas les modalités précises modifiées substantiellement depuis le 1er août 2016 mais contenait les modalités de la procédure orale applicable antérieurement à cette date et que, par conséquent, cette notification ne faisait pas courir le délai d’appel.

10. L’arrêt ajoute que la seconde notification contenant les nouvelles modalités de la procédure écrite, reçue le 4 novembre 2016, était nécessairement rectificative, même sans mention expresse alors qu’elle succédait à la première notification erronée.

11. En statuant ainsi, alors que la notification effectuée par le greffe, le 4 novembre 2016 ne précisait pas qu’elle se substituait à celle irrégulièrement faite auparavant, le 4 octobre 2016, de sorte que cette notification irrégulière n’avait pas fait courir le délai de recours, la cour d’appel a violé les textes susvisés.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 3 avril 2019, entre les parties, par la cour d’appel de Versailles ;

Remet l’affaire et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant cet arrêt et les renvoie devant la cour d’appel de Versailles autrement composée ;


Président : M. Pireyre
Rapporteur : Mme Maunand
Avocat général : M. Girard
Avocat(s) : SCP Matuchansky, Poupot et Valdelièvre - SCP Gatineau, Fattaccini et Rebeyrol