Arrêt n°1525 du 13 décembre 2018 (17-28.716) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile
- ECLI:FR:CCASS:2018:C201525

Indemnisation des victimes d’infraction

Rejet

Demandeur(s) : Mme E. X...

Défendeur(s) : Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions


Sur le second moyen :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Rennes, 18 janvier 2017), que par jugement du 19 avril 2013, un tribunal correctionnel a reconnu Mme X... victime des faits de prostitution forcée et de traite d’êtres humains et lui a alloué diverses sommes en réparation de ses préjudices, dont 35 000 euros au titre d’un préjudice qualifié d’avilissement ; que Mme X... a saisi une commission d’indemnisation des victimes d’infractions ;

Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt de la débouter de sa demande d’indemnisation formée au titre du préjudice exceptionnel d’avilissement, alors, selon le moyen, que le préjudice d’avilissement, qui concerne spécialement les victimes de la traite des êtres humains, obligées par la violence à se prostituer, doit être indemnisé en tant que préjudice permanent exceptionnel ; qu’en déboutant Mme X... de sa demande d’indemnisation formée au titre du préjudice exceptionnel d’avilissement, au motif que « le préjudice moral lié à ces souffrances psychiques et aux troubles qui y sont associés est inclus dans le poste de souffrances endurées », la cour d’appel, qui n’a pas réparé le préjudice d’avilissement distinct de tout autre poste de préjudice, a violé l’article 706-3 du code de procédure pénale et l’article 1240 du code civil, ensemble le principe de la réparation intégrale sans perte ni profit pour la victime ;

Mais attendu que le préjudice moral lié aux souffrances psychiques et aux troubles qui y sont associés étant inclus dans le poste de préjudice temporaire des souffrances endurées ou dans le poste de préjudice du déficit fonctionnel permanent, il ne peut être indemnisé séparément, quelle que soit l’origine de ces souffrances ; qu’ayant, pour le réparer, inclus dans le poste des souffrances endurées et, après consolidation, dans celui du déficit fonctionnel permanent, le préjudice qualifié d’avilissement par la victime de faits de prostitution forcée et de traite d’êtres humains, dont elle a relevé qu’il était lié aux souffrances psychiques et aux troubles qui y sont associés, c’est sans méconnaître le principe de la réparation intégrale sans perte ni profit pour la victime que la cour d’appel a écarté la demande de Mme X... tendant à le voir réparer séparément ;

Et attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur le premier moyen, annexé, qui n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Flise
Rapporteur : Mme Isola
Avocat général : M. Lavigne
Avocats : Me Balat - SCP Delvolvé et Trichet