Arrêt n° 1511 du 5 novembre 2015 (13-28.373) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2015:C201511

Sécurité sociale, accident du travail

Cassation partielle


Demandeur(s) : société MCTI

Défendeur(s) : Roland X... ; et autres


Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu les articles L. 411-1, L. 452-1 et R. 441-14 du code de la sécurité sociale, ce dernier dans sa rédaction issue du décret n° 2009-938 du 29 juillet 2009 ;

Attendu que si la décision de prise en charge de l’accident du travail, de la maladie professionnelle ou de la rechute, motivée et notifiée dans les conditions prévues par le dernier de ces textes, revêt à l’égard de l’employeur, en l’absence de recours dans le délai imparti, un caractère définitif, elle ne fait pas obstacle à ce que celui-ci conteste, pour défendre à l’action en reconnaissance de la faute inexcusable, le caractère professionnel de l’accident ou de la maladie ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, qu’employé en qualité d’électromécanicien intérimaire par la société MCTI (l’employeur), mis à disposition de la société Art industrie Bourgogne par contrat du 22 novembre 2010, M. X... a été victime le même jour d’un accident vasculaire cérébral alors qu’il se rendait à Séoul dans le cadre de sa mission ; que la caisse primaire d’assurance maladie de Saône-et-Loire (la caisse) ayant pris en charge cet accident au titre de la législation professionnelle, l’intéressé a saisi une juridiction de sécurité sociale d’une action en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur ;

Attendu que pour retenir la faute inexcusable de l’employeur, l’arrêt se borne à constater que les demandes d’inopposabilité de la décision de prise en charge de l’accident du travail sont irrecevables, faute de contestation dans le délai de deux mois à compter de la notification ;

Qu’en statuant ainsi, alors que l’opposabilité de cette décision ne privait pas l’employeur, dont la faute inexcusable était recherchée, de contester le caractère professionnel de l’accident, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen :

CASSE ET ANNULE, sauf en ce qu’il confirme le jugement entrepris en ce qu’il a dit irrecevables les demandes d’inopposabilité de la décision de prise en charge au titre de la législation professionnelle de l’accident survenu à M. X... le 22 novembre 2010, l’arrêt rendu le 24 octobre 2013, entre les parties, par la cour d’appel de Dijon ; remet, en conséquence, sauf sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Lyon ;


Président : Mme Flise
Rapporteur : Mme Palle, conseiller référendaire rapporteur
Avocat général : Mme Lapasset, avocat général référendaire
Avocat(s) : SCP Lévis ; SCP Odent et Poulet ; SCP Boré et Salve de Bruneton