Arrêt n°1360 du 26 novembre 2020 (19-18.244) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCAS:2020:C201360

Sécurite sociale - accident du travail

Cassation partielle

Sommaire

L’article R. 441-14 du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction issue du décret n° 2009-938 du 29 juillet 2009, applicable au litige, régit exclusivement la procédure applicable à la prise en charge au titre de la législation professionnelle d’un accident du travail, d’une maladie professionnelle ou d’une rechute. Il en résulte que si l’employeur peut soutenir, en défense à l’action en reconnaissance de la faute inexcusable introduite par la victime ou ses ayants droit, que l’accident, la maladie ou la rechute n’a pas d’origine professionnelle, il n’est pas recevable à contester la décision de prise en charge de l’accident, de la maladie ou de la rechute par la caisse primaire au titre de la législation professionnelle.


Demandeur(s) : Caisse primaire d’assurance maladie de Loire-Atlantique

Défendeur(s) : société Alstom Shipworks, anciennement dénommée société Chantiers de l’Atlantique


Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Rennes, 24 avril 2019), M. X... (la victime), ancien salarié de la société des Chantiers de l’Atlantique devenue la société Alstom Shipswork (l’employeur), a déclaré, le 24 août 2011, une pathologie prise en charge sur le fondement du tableau 30 bis des maladies professionnelles, après avis d’un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles, par la caisse primaire d’assurance maladie de Loire-Atlantique (la caisse), qui lui a attribué une rente calculée sur un taux d’incapacité permanente partielle de 67 %.

2. La victime a saisi une juridiction de sécurité sociale d’une action tendant à la reconnaissance de la faute inexcusable de son employeur.

Examen du moyen

Sur le premier moyen

Enoncé du moyen

3. La caisse fait grief à l’arrêt de déclarer inopposable à l’employeur la décision en date du 16 avril 2012 portant prise en charge, au titre de la législation professionnelle, de la pathologie déclarée par la victime, puis de la débouter de sa demande de condamnation de l’employeur à lui rembourser l’ensemble des sommes dont elle serait amenée à faire l’avance au titre de la faute inexcusable, alors « que si l’employeur peut soutenir, en défense à l’action en reconnaissance de la faute inexcusable introduite par la victime ou ses ayants droit, que l’accident, la maladie ou la rechute n’a pas d’origine professionnelle, il n’est pas recevable à contester la décision de prise en charge de l’accident, de la maladie ou de la rechute par la caisse primaire au titre de la législation sur les risques professionnels ; qu’en déclarant inopposable à l’employeur la décision de prise en charge de la maladie déclarée par M. X..., quand ils n’étaient saisis que de l’action en reconnaissance de la faute inexcusable intentée par ce dernier, les juges du fond ont violé l’article R. 441-14 du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction modifiée par le décret n° 2009-938 du 29 juillet 2009, ensemble les articles L. 452-1 à L. 452-3 du même code ».

Réponse de la Cour

Vu l’article R. 441-14 du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction issue du décret n° 2009-938 du 29 juillet 2009, applicable au litige :

4. Ce texte régit exclusivement la procédure applicable à la prise en charge au titre de la législation professionnelle d’un accident du travail, d’une maladie professionnelle ou d’une rechute.

5. Il en résulte que si l’employeur peut soutenir, en défense à l’action en reconnaissance de la faute inexcusable introduite par la victime ou ses ayants droit, que l’accident, la maladie ou la rechute n’a pas d’origine professionnelle, il n’est pas recevable à contester la décision de prise en charge de l’accident, de la maladie ou de la rechute par la caisse primaire au titre de la législation professionnelle.

6. Pour déclarer inopposable à l’employeur la décision de prise en charge au titre de la législation professionnelle de la maladie et débouter la caisse de son action récursoire, l’arrêt retient qu’en l’absence de caractérisation par la caisse de la pathologie du tableau n°30 bis, et alors que la caisse ne soutient pas dans ses écritures que la décision de prise en charge du 16 avril 2012 avait acquis un caractère définitif à l’égard de l’employeur, il y a lieu de déclarer inopposable à celui-ci la décision de prise en charge de la pathologie déclarée par la victime au titre de la législation professionnelle. Il ajoute que l’inopposabilité à l’employeur découlant de cette irrégularité de fond prive la caisse de tout recours récursoire en récupération sur l’employeur des compléments de rente et indemnités versés.

7. En statuant ainsi, alors qu’elle était saisie exclusivement d’une action en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur, la cour d’appel a violé le texte susvisé.

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres griefs du pourvoi, la Cour :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a déclaré inopposable à la société Alstom Shipworks la décision de prise en charge, au titre de la législation professionnelle, de la maladie déclarée le 24 août 2011 par M. X..., et débouté la caisse primaire d’assurance maladie de Loire-Atlantique de sa demande tendant à voir condamner l’employeur à lui rembourser les sommes avancées par elle, l’arrêt rendu le 24 avril 2019, entre les parties, par la cour d’appel de Rennes ;

Remet, sur ces points, l’affaire et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant cet arrêt et les renvoie devant la cour d’appel de Rennes, autrement composée ;


Président : M. Pireyre
Rapporteur : Mme Dudit, conseiller référendaire
Avocat général : M. de Monteynard
Avocat(s) : SCP Foussard et Froger - SCP Alain Bénabent