Arrêt n°1269 du 26 novembre 2020 (18-22.069) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile
-ECLI:FR:CCAS:2020:C201269

Fonds de garantie - Procédure civile

Cassation

Sommaire

Les dispositions des articles 27, 28 et 29 du décret n° 2001-963 du 23 octobre 2001, qui fixent au demandeur à une action contre le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) un délai pour déposer ses pièces et documents justificatifs et au FIVA un délai pour transmettre le dossier, n’imposent pas à la cour d’appel d’écarter des débats les pièces produites à l’expiration de ces délais lorsqu’il est établi que la partie destinataire de la communication a été mise, en temps utile, en mesure de les examiner, de les discuter et d’y répondre.

En conséquence, viole ces textes la cour d’appel qui déclare irrecevables les pièces produites par le demandeur au seul motif qu’elles n’ont pas été remises dans le délai imparti d’un mois.


Demandeur(s) : Mme A... X... et autre(s)
Défendeur(s) : Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante


Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Montpellier, 3 juillet 2018), E... Y... est décédé le [...] 2016 des suites d’un cancer du péritoine. Sa fille, Mme B... Y... et sa compagne, Mme X..., ont saisi le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (le FIVA) d’une demande de réparation de leurs préjudices personnels. Contestant l’offre d’indemnisation du FIVA, elles ont formé un recours devant une cour d’appel.

Examen du moyen relevé d’office

Vu les articles 27, 28 et 29 du décret n° 2001-963 du 23 octobre 2001 :

2. Après avis donné aux parties conformément à l’article 1015 du code de procédure civile, il est fait application de l’article 620, alinéa 2, du même code.

3. Selon le premier des textes susvisés, lorsque la déclaration écrite du demandeur exerçant devant la cour d’appel une action contre le FIVA ne contient pas l’exposé des motifs invoqués, le demandeur doit déposer cet exposé dans le mois qui suit le dépôt de la déclaration, à peine d’irrecevabilité de la demande. Selon le deuxième, les pièces et documents justificatifs produits par le demandeur doivent être mentionnés dans la déclaration ou dans l’exposé des motifs et doivent être remis au greffe de la cour d’appel en même temps que cette déclaration ou cet exposé des motifs. Selon le troisième, dans le mois de la notification par le greffe de la déclaration de recours, le FIVA transmet le dossier au greffe de la cour d’appel.

4. Ces dispositions n’imposent pas à la cour d’appel d’écarter des débats les pièces produites à l’expiration des délais précités, lorsqu’il est établi que la partie destinataire de la communication a été mise, en temps utile, en mesure de les examiner, de les discuter et d’y répondre.

5. La jurisprudence initiée par l’arrêt du 13 septembre 2007 (2e Civ., 13 septembre 2007, n° 06-20.337, Bull. II, n° 217) ne peut être maintenue sans méconnaître les principes de l’égalité des armes et de contradiction inhérents au droit à un procès équitable garanti par l’article 6, § 1, de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. En effet, en imposant à l’auteur du recours de déposer, à peine d’irrecevabilité, ses pièces et justificatifs dans un délai d’un mois alors que le délai imposé au FIVA n’est assorti d’aucune sanction, cette jurisprudence aboutit à placer l’auteur du recours dans une situation de net désavantage par rapport à son adversaire en matière d’administration de la preuve. En outre, elle ne lui permet pas de produire de nouvelles pièces en réponse à l’argumentation et aux pièces du FIVA.

6. Pour fixer l’indemnisation des préjudices personnels de Mme X... et de Mme B... Y... à une certaine somme, l’arrêt énonce que sont irrecevables les pièces et documents justificatifs produits par le demandeur qui n’ont pas été déposés au greffe en même temps que la déclaration ou l’exposé des motifs ou qui ont été déposés postérieurement au délai d’un mois prescrit. Il ajoute qu’en l’espèce, il n’est pas contesté que la cour d’appel a été saisie du recours de Mmes X... et Y... le 9 novembre 2017, que ces dernières devaient au plus tard déposer leurs pièces le 9 décembre 2017 et que les pièces 57 à 63, 67 à 75, 76 à 85 et 86 à 89, dont l’irrecevabilité est invoquée, ont été déposées postérieurement au délai d’un mois imparti.

7. En statuant ainsi, en considérant que les pièces litigieuses étaient irrecevables au seul motif qu’elles n’avaient pas été remises dans le délai imparti d’un mois, la cour d’appel a violé les textes susvisés.

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres griefs du pourvoi, la Cour :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 3 juillet 2018, entre les parties, par la cour d’appel de Montpellier ;

Remet l’affaire et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant cet arrêt et les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence ;


Président : M. Pireyre
Rapporteur : Mme Guého, conseiller référendaire
Avocat général : M. Grignon Dumoulin
Avocat(s) : Me Balat - Me Le Prado