03-40.008 
Arrêt n° 2512 du 17 décembre 2004
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, exécution

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : Société SAMSE SA
Défendeur(s) à la cassation : M. Christian X... et autre


Sommaires : 

1°) Le droit d’exercer une activité professionnelle est une liberté fondamentale.

2°) L’exigence d’une contrepartie financière à la clause de non-concurrence répond à l’impérieuse nécessité d’assurer la sauvegarde et l’effectivité de la liberté fondamentale d’exercer une activité professionnelle ; dès lors, loin de violer les articles 1, 2 et 1134 du Code civil et l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales, une cour d’appel en fait au contraire une exacte application en décidant que cette exigence était d’application immédiate. Doit donc être rejeté le moyen d’un pourvoi reprochant à un arrêt d’avoir annulé en raison de l’absence de contrepartie financière une clause de non-concurrence convenue en 1996 entre un salarié et un employeur, peu important qu’à cette époque la jurisprudence de la Cour de cassation ne retînt pas la nullité d’une telle clause en raison de l’absence de contrepartie.


Texte de la décision :

Sur le moyen unique, pris en sa deuxième branche :

Attendu que l’arrêt confirmatif attaqué (Chambéry, 5 novembre 2002) a annulé, en raison de l’absence de contrepartie financière, la clause de non-concurrence convenue le 4 mars 1996 entre la société SAMSE et M. X... dans le cadre d’une relation de travail liant les parties depuis le 1er août 1990 ;

Attendu que la société SAMSE reproche à la cour d’appel d’avoir ainsi statué , alors, selon le moyen, qu’en application des dispositions de l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales selon lesquelles toute personne a droit à un procès équitable, il est interdit au juge d’appliquer rétroactivement un revirement de jurisprudence ; qu’en l’espèce, la société SAMSE qui avait conclu le 4 mars 1996 avec M. X... une clause de non-concurrence dépourvue de contrepartie financière, s’était alors conformée à la jurisprudence en vigueur de la Cour de Cassation ne soumettant nullement la validité des clauses de non-concurrence à l’exigence d’une contrepartie financière ; que ce n’est que le 10 juillet 2002 que la Cour de Cassation a modifié sa jurisprudence en exigeant à peine de nullité de la clause de non-concurrence une contrepartie financière ; qu’en faisant rétroactivement application de cette jurisprudence inaugurée en juillet 2002 à un acte conclu en 1996, la cour d’appel a sanctionné les parties pour avoir ignoré une règle dont elles ne pouvaient avoir connaissance, violant ainsi les articles 1, 2 et 1134 du Code civil, ainsi que l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme ;

Mais attendu que l’exigence d’une contrepartie financière à la clause de non-concurrence répond à l’impérieuse nécessité d’assurer la sauvegarde et l’effectivité de la liberté fondamentale d’exercer une activité professionnelle ; que, loin de violer les textes visés par le moyen et notamment l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la cour d’appel en a au contraire fait une exacte application en décidant que cette exigence était d’application immédiate ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Sargos 
Rapporteur : M. Barthélemy, conseiller
Avocat général : M. Allix
Avocat(s) : la SCP gatineau