02-45.748 
Arrêt n° 307 du 2 février 2005
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, rupture

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : M. Patrick X...
Défendeur(s) à la cassation : société Immobilière de Mayotte


Sommaires : 

1°) La faute grave est celle qui, par son importance, rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise pendant la durée même limitée du préavis.

2°) Le seul fait qu’un employeur, tout en notifiant au salarié une rupture de son contrat de travail avec effet immédiat en raison de la faute grave qu’il lui imputait, lui ait néanmoins versé une somme équivalente à l’indemnité compensatrice de prévis, ne peut priver l’employeur du droit d’invoquer une telle faute.


Attendu que M. X..., au service de la société Immobilière de Mayotte depuis 1984, en qualité de cadre administratif et financier, a été licencié pour faute grave le 13 novembre 1998 ; que toutefois l’employeur lui a versé une somme équivalente à l’indemnité compensatrice de préavis ;

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (tribunal supérieur de Mamoudzou, 4 juin 2002), d’avoir dit le licenciement fondé sur la faute grave et de l’avoir débouté de ses demandes au titre de l’absence de faute grave et de cause réelle et sérieuse, alors, selon le moyen, que l’employeur qui reconnaît au salarié le droit au préavis se prive du droit d’invoquer la faute grave ; qu’il en va nécessairement de même pour l’employeur qui dispense le salarié d’exécuter le préavis et lui accorde le bénéfice de l’indemnité compensatrice de préavis ; qu’en affirmant cependant en l’espèce, que la dispense d’exécution du préavis et le paiement de l’indemnité de préavis par l’employeur n’impliquait pas qu’il avait renoncé à se prévaloir de la faute grave, le tribunal supérieur d’appel a violé les articles L. 122-6 et suivants du Code du travail ;

Mais attendu que la faute grave est celle qui, par son importance, rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise pendant la durée même limitée du préavis ; que le seul fait que l’employeur, tout en notifiant une rupture avec effet immédiat, ait décidé de verser au salarié une somme équivalente à l’indemnité compensatrice de préavis ne peut le priver du droit de l’invoquer ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres moyens qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Sargos 
Rapporteur : Mme Bobin-Bertrand, conseiller référendaire
Avocat général : M. Duplat
Avocat(s) : la SCP Gatineau, Me Blondel