01-41.495
Arrêt n° 2097 du 23 septembre 2003
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, durée déterminée

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : Mme X...
Défendeur(s) à la cassation : Association Le Toupinou


Attendu que Mme X..., embauchée par l’association Le Toupinou en vertu d’un contrat à durée déterminée d’un an à compter du 26 décembre 1995, a adressé à son employeur, le 30 janvier 1996, une lettre ainsi rédigée : "je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint ma lettre de démission" ; que l’association a estimé que le contrat de travail avait été rompu par la salariée ; que cette dernière a alors saisi la juridiction prud’homale en vue d’obtenir la condamnation de l’employeur au paiement de dommages-intérêts pour rupture abusive ;

Sur le premier moyen :

Attendu que la salariée fait grief à l’arrêt (Montpellier, 16 septembre 1999) de l’avoir déboutée de cette demande, alors, selon le moyen, que le contrat de travail à durée déterminée ne peut être rompu de manière anticipée par une démission ; qu’en jugeant au contraire que le contrat de travail liant Mme X... à l’association Le Toupinou avait été valablement rompu par la démission de la salariée, et en ne relevant ni faute grave imputable à cette dernière, ni force majeure, la cour d’appel a violé l’article L. 122-3-8 du Code du travail ;

Mais attendu que le salarié qui a rompu un contrat de travail à durée déterminée en méconnaissance des dispositions de l’article L. 122-3-8 du Code du travail n’a pas droit à l’attribution de dommages-intérêts ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen, tel qu’annexé au présent arrêt, qui ne serait pas de nature à justifier l’admission du pourvoi :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Sargos
Rapporteur : M. Liffran, conseiller référendaire
Avocat général : M. Lyon-Caen
Avocat(s) : la SCP Monod et Colin, la SCP Parmentier et Didier