06-44.008
Arrêt n° 2377 du 15 novembre 2007
Cour de cassation - Chambre sociale

Statut collectif du travail

Rejet

 

Communiqué

 

 

 


Demandeur(s) à la cassation : Mme Gabrielle X...
Défendeur(s) à la cassation : société Oeno Conseil SARL

 

 

Sur le moyen unique :



Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nancy, 19 mai 2006), que Mme X... a été engagée en qualité d’employée de bureau le 1er décembre 1986 par la société Oeno Conseil et a pris sa retraite le 1er juin 2003 ; qu’elle a saisi la juridiction prud’homale le 7 avril 2004 pour obtenir le paiement de diverses sommes en application de la convention collective d’import-export indiquée sur les bulletins de salaire ;



Attendu que la salariée fait grief à l’arrêt de l’avoir déboutée de ses demandes, alors, selon le moyen, que la mention de la convention collective sur le bulletin de salaire vaut reconnaissance par l’employeur de son application à l’égard du salarié ; que pour refuser à Mme X... le bénéfice de la prime d’ancienneté prévue par la convention collective de l’import-export, après avoir constaté que ladite convention était mentionnée sur les bulletins de paie de la salariée, la cour d’appel a retenu que cette mention procédait d’une erreur et ne suffisait en tout cas pas à caractériser l’intention claire et non équivoque de l’employeur d’appliquer volontairement cette convention collective ; qu’en statuant ainsi, la cour d’appel a violé l’article R. 143-2 du code du travail ;



Mais attendu qu’aux termes de l’article R. 143-2 du code du travail relatif au bulletin de paie, interprété à la lumière de la directive européenne 91/533/CEE du Conseil du 14 octobre 1991, l’employeur est tenu de porter à la connaissance du salarié la convention collective applicable ; que si, dans les relations collectives de travail, une seule convention collective est applicable, laquelle est déterminée par l’activité principale de l’entreprise, dans les relations individuelles, le salarié peut demander l’application de la convention collective mentionnée sur le bulletin de paie ; que cette mention vaut présomption de l’applicabilité de la convention collective à son égard, l’employeur étant admis à apporter la preuve contraire ;



Et attendu qu’ayant retenu, par motifs propres et adoptés, que l’employeur apportait la preuve que la seule convention collective applicable au regard de l’activité principale de l’entreprise était celle du commerce de gros de vins, spiritueux et liqueurs, que la convention collective nationale de l’import-export revendiquée par la salariée n’avait jamais été appliquée en tout ou partie dans l’entreprise et que la mention portée sur les bulletins de paie procédait d’une erreur manifeste, la cour d’appel a pu décider que Mme X... ne pouvait prétendre à l’application de cette convention collective ;



PAR CES MOTIFS :



REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Collomp
Rapporteur : Mme Capitaine, conseiller référendaire
Avocat général : M. Foerst
Avocat(s) : la SCP Masse-Dessen et Thouvenin, Me Balat