02-40.359
Arrêt n° 778 du 7 avril 2004
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, rupture

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : M. Laurent X...
Défendeur(s) à la cassation : Association de formation pour la coopération et la promotion professionnelle méditerranéenne ACPM


Sur le deuxième moyen :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nîmes, 21 novembre 2001), que M. X... a été engagé par l’Association de formation pour la coopération et la promotion professionnelle méditerranéenne (ACPM), le 2 juin 1998, en qualité de coordonnateur pédagogique ; que le salarié a été licencié, le 4 mai 1999, pour insuffisance professionnelle et perte de confiance ; que, contestant son licenciement, il a saisi la juridiction prud’homale de diverses demandes ;

Attendu que M. X... reproche à l’arrêt de le débouter de sa demande d’indemnité pour inobservation de la procédure de licenciement, en faisant valoir un moyen tiré de ce qu’il ne pouvait être convoqué à un entretien préalable un jour où il ne travaillait pas, alors que la loi impose que cet entretien ait lieu pendant la durée et à l’époque du travail ;

Mais attendu que la convocation du salarié à l’entretien préalable en dehors du temps de travail ne constitue pas une irrégularité de procédure ; qu’il peut seulement prétendre à la réparation du préjudice subi ;

Que la cour d’appel, qui a relevé par motif adopté que le temps passé à l’entretien préalable lui avait été payé comme temps de travail, a rejeté à bon droit la demande du salarié ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les premier, troisième, quatrième et cinquième moyens dont aucun ne serait de nature à permettre l’admission du pourvoi :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Sargos
Rapporteur : M. Liffran, conseiller référendaire
Avocat général : M. Foerst