04-45.411
Arrêt n° 838 du 22 mars 2006
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, durée déterminée

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : M. Alain X...
Défendeur(s) à la cassation : M. Didier Y...


Sur le moyen unique :

Attendu que M. X... a été engagé le 29 février 1996 en qualité d’électricien par M. Y..., en vertu d’un contrat à durée déterminée conclu pour assurer le remplacement d’un salarié absent, dont l’exécution s’est poursuivie après l’échéance du terme ; qu’après rupture de la relation contractuelle, le salarié a saisi le conseil de prud’hommes de diverses demandes ;

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt attaqué (Toulouse, 11 juin 2004) de l’avoir débouté de sa demande en paiement de l’ indemnité spécifique de requalification prévue par l’article L. 122-3-13 du Code du travail, motif pris d’une violation des articles L. 122-3-10, alinéa 1er, et L. 122-3-13 du Code du travail ;

Mais attendu qu’il résulte de la combinaison des articles L. 122-3-10, alinéa 1er, et L. 122-3-13 du Code du travail, que lorsque le contrat à durée déterminée devient un contrat à durée indéterminée du seul fait de la poursuite de la relation contractuelle de travail après l’échéance de son terme, le salarié ne peut prétendre à une indemnité de requalification, hors les cas où sa demande en requalification s’appuie sur une irrégularité du contrat à durée déterminée initial ou de ceux qui lui ont fait suite ;

Et attendu que la cour d’appel, qui a constaté que la régularité du contrat à durée déterminée initial n’était pas discutée et que la relation contractuelle de travail s’était poursuivie après l’échéance du terme du contrat, sans conclusion d’un nouveau contrat de travail, a exactement décidé que le salarié, dont la relation de travail s’inscrivait désormais dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée, ne pouvait prétendre à une indemnité de requalification ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Sargos 
Rapporteur : Mme Auroy, conseiller référendaire
Avocat général : M. Allix