Arrêt n°628 du 27 mai 2021 (18-26.744) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCAS:2021:SO00628

Séparation des pouvoirs

Cassation partielle

Sommaire :
Il résulte de l’article L. 1235-7-1 du code du travail que le juge judiciaire demeure compétent pour statuer sur les litiges relatifs à l’application des mesures comprises dans un plan de sauvegarde de l’emploi mais ne peut, dans cet office, méconnaître l’autorité de la chose décidée par l’autorité administrative ayant validé l’accord collectif ou homologué le document élaboré par l’employeur par lequel a été fixé le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi, ni l’autorité de la chose jugée par le juge administratif.

Il s’en déduit qu’un salarié peut, au soutien de demandes salariales ou indemnitaires formées contre l’employeur, se prévaloir du défaut de validité de l’accord collectif déterminant le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi, qui résulte des motifs de la décision du juge administratif annulant la décision de validation de cet accord.

Dès lors que le juge administratif avait annulé la décision de validation d’un accord collectif déterminant le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi au motif d’un vice en affectant les conditions de conclusion et le privant de son caractère majoritaire, une cour d’appel a à bon droit écarté l’application des clauses de cet accord.


Demandeur(s) : Mme [A] [X]

Défendeur(s) : société Solocal, société anonyme


Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Versailles, 8 novembre 2018), Mme [X], salariée de la société Pages jaunes, devenue la société Solocal, a été licenciée pour motif économique dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi contenu dans un accord collectif majoritaire signé le 20 novembre 2013 et validé par le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi d’Ile-de-France (Direccte) le 2 janvier 2014. Par arrêt du 22 octobre 2014, statuant sur le recours d’un autre salarié, une cour administrative d’appel a annulé cette décision de validation, au motif que l’accord du 20 novembre 2013 ne revêtait pas le caractère majoritaire requis par les dispositions de l’article L. 1233-24-1 du code du travail et le Conseil d’Etat a, le 22 juillet 2015, rejeté les pourvois formés contre cet arrêt.

2. La salariée a saisi la juridiction prud’homale pour contester la validité et le caractère réel et sérieux de son licenciement et obtenir, en outre, le paiement d’une somme à titre de rappel de salaire sur congé de reclassement.

Examen des moyens

Sur le moyen du pourvoi principal de la salariée, ci-après annexé

3. En application de l’article 1014, alinéa 2, du code de procédure civile, il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur ce moyen qui n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation.

Sur le moyen du pourvoi incident de l’employeur, pris en ses deux premières branches

Enoncé du moyen

4. L’employeur fait grief à l’arrêt de le condamner à payer à la salariée un rappel de salaire afférent à la période de congé de reclassement et des congés payés afférents, alors :

«  1°/ que dans sa décision du 22 octobre 2014, la cour administrative d’appel de Versailles a annulé la décision du 2 janvier 2014 de la Direccte d’Ile-de-France de validation de l’accord collectif majoritaire signé le 20 novembre 2013 ; qu’elle n’a pas annulé cet accord collectif, ni le plan de sauvegarde de l’emploi qu’il contient ; qu’en retenant, pour condamner la société Pages jaunes à payer au salarié un rappel de salaire sur la période du congé de reclassement, que l’accord collectif prévoyant un PSE a été annulé par la cour administrative d’appel de Versailles, de sorte que les dispositions du plan ne peuvent plus recevoir application, la cour d’appel a dénaturé l’arrêt rendu par la cour administrative d’appel de Versailles le 22 octobre 2014 ;

2°/ que l’annulation, par le juge administratif, de la décision de validation de l’accord collectif contenant le plan de sauvegarde de l’emploi en raison du caractère minoritaire de cet accord n’emporte pas annulation de l’accord collectif contenant le plan de sauvegarde de l’emploi, ni du plan lui-même ; qu’en considérant que la cour administrative d’appel de Versailles a annulé l’accord collectif contenant le plan de sauvegarde de l’emploi, la cour d’appel a méconnu le principe de séparation des pouvoirs et la loi des 16 et 27 août 1789, ensemble les articles L.1235-7-1, L. 1235-10, L. 1235-11 et L. 1235-16 du code du travail. »

Réponse de la Cour

5. Aux termes de l’article L. 1235-7-1 du code du travail, l’accord collectif mentionné à l’article L. 1233-24-1, le document élaboré par l’employeur mentionné à l’article L. 1233-24-4, le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi, les décisions prises par l’administration au titre de l’article L. 1233-57-5 et la régularité de la procédure de licenciement collectif ne peuvent faire l’objet d’un litige distinct de celui relatif à la décision de validation ou d’homologation mentionnée à l’article L. 1233-57-4, qui relève de la compétence, en premier ressort, du tribunal administratif, à l’exclusion de tout autre recours administratif ou contentieux.

6. Le juge judiciaire demeure ainsi compétent pour statuer sur les litiges relatifs à l’application des mesures comprises dans un plan de sauvegarde de l’emploi mais ne peut, dans cet office, méconnaître l’autorité de la chose décidée par l’autorité administrative ayant validé l’accord collectif ou homologué le document élaboré par l’employeur par lequel a été fixé le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi, ni l’autorité de la chose jugée par le juge administratif saisi en application de l’article L. 1235-7-1 du code du travail.

7. Il en résulte qu’un salarié peut, au soutien de demandes salariales ou indemnitaires formées contre l’employeur, se prévaloir du défaut de validité de l’accord collectif déterminant le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi, qui résulte des motifs de la décision du juge administratif annulant la décision de validation de cet accord.

8. La cour d’appel, qui a constaté que la cour administrative d’appel avait, par un arrêt définitif, annulé la décision de validation de l’accord collectif du 20 novembre 2013 au motif d’un vice en affectant les conditions de conclusion et le privant de son caractère majoritaire, a, à bon droit, sans dénaturer cet arrêt, ni violer le principe de séparation des pouvoirs, écarté l’application des clauses de cet accord.

9. Le moyen n’est donc pas fondé.

[...]

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE le pourvoi principal ;

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il condamne la société Pages jaunes à verser à Mme [X] la somme de 195,73 euros bruts au titre du rappel de salaire afférent à la période de congé de reclassement et 19,57 euros bruts de congés payés afférents, l’arrêt rendu le 8 novembre 2018, entre les parties, par la cour d’appel de Versailles ; Remet, sur ce point, l’affaire et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant cet arrêt et les renvoie devant la cour d’appel de Paris ;


Président : M. Cathala
Rapporteur : Mme Marguerite, conseiller référendaire
Avocat général : Mme Berriat
Avocat(s) : SCP Thouvenin, Coudray et Grévy - SCP Célice, Texidor, Périer