Arrêt n° 619 du 9 mars 2011 (10-11.581) - Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, rupture

Cassation partielle


Demandeur(s) : Le comité central d’entreprise de l’unité économique et sociale ND vrac ; et autre

Défendeur(s) : La société Nobert Dentressangle Silo (ND Silo) ; et auters


Attendu, selon l’arrêt attaqué, qu’au sein de la division transport du groupe Norbert Dentressangle, les sociétés Norbert Dentressangle Silo (ND Silo), Norbert Dentressangle Bennes (NDB) et Norbert Dentressangle Inter-Pulve (ND IP) forment une unité économique et sociale (l’UES Norbert Dentressangle Vrac) dotée d’un comité central d’entreprise ; qu’en décembre 2008, le licenciement pour motif économique de neuf salariés est intervenu au sein de la société NDB, suivi dans diverses sociétés de l’UES d’un nombre important de départs volontaires, notamment sous forme de ruptures conventionnelles, dans un contexte de suppression d’emplois due à une baisse d’activité, les employeurs “souhaitant utiliser les ruptures conventionnelles plutôt que le plan de sauvegarde de l’emploi” ; qu’entre le 30 novembre 2008 et le 13 mars 2009, l’effectif de l’UES est ainsi passé de 577 à 530 salariés ; que ces ruptures se révélant insuffisantes, deux nouveaux projets de licenciement économique portant chacun sur neuf salariés ont été envisagés dans les sociétés NDB et ND Silo ; que les sociétés de l’UES ont alors accepté “de se soumettre volontairement” à l’élaboration d’un plan de sauvegarde de l’emploi commun présenté au comité central d’entreprise en mai 2009 ; que le comité a refusé de donner un avis et a saisi le tribunal de grande instance afin d’obtenir l’annulation de la procédure d’information et de consultation, celle du plan de sauvegarde de l’emploi et celle des ruptures conventionnelles ainsi que des dommages intérêts ; que les syndicats CFTC et CFDT se sont joints à l’action ;

Sur le second moyen du pourvoi incident des sociétés :

Attendu qu’il n’y a lieu de statuer sur ce moyen qui ne serait pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

Sur le premier moyen du pourvoi incident des sociétés :

Attendu que les sociétés formant l’unité économique et sociale Norbert Dentressangle Vrac font grief à l’arrêt de déclarer recevable et bien fondée l’action des syndicats et du comité d’entreprise en nullité du plan de sauvegarde de l’emploi qu’elles ont élaboré, alors, selon le moyen :

1°/ que l’obligation d’établir un plan de sauvegarde de l’emploi pèse sur l’employeur en sorte que c’est au niveau de l’entreprise qu’il dirige que doivent être vérifiées les conditions d’effectif et le nombre des licenciements qui imposent l’établissement et la mise en oeuvre d’un tel plan ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a retenu qu’il résultait de la démarche conventionnelle des sociétés exposantes qu’elles s’étaient “soumises volontairement à l’élaboration d’un plan de sauvegarde de l’emploi commun” de sorte qu’elles devaient être “considérées comme une seule et même entreprise au regard des obligations imposées par l’article L. 1233-61 et suivants du code du travail” ; qu’en se déterminant ainsi, sans constater que les sociétés exposantes composant l’UES avaient la qualité d’employeur des salariés concernés par le plan de sauvegarde de l’emploi, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de la disposition précitée et de l’article L. 1235-10 du code du travail ;

2°/ que la nullité d’un plan de sauvegarde de l’emploi suppose qu’une telle sanction ait été expressément prévue ; que la nullité ne saurait donc intervenir en cas de mise en oeuvre conventionnelle d’un plan et que la convention ne prévoit aucunement que la sanction de son insuffisance sera la nullité ; qu’en l’espèce, la cour d’appel, pour décider que la demande en nullité du comité et des syndicats était recevable, en retenant qu’il résultait de la démarche conventionnelle des sociétés exposantes qu’elles s’étaient “soumises volontairement à l’élaboration d’un plan de sauvegarde de l’emploi commun” de sorte qu’elles devaient être “considérées comme une seule et même entreprise au regard des obligations imposées par l’article L. 1233-61 et suivants du code du travail”, a violé la disposition précitée et L. 1235-10 du code du travail, ensemble l’article 1134 du code civil ;

Mais attendu que si les conditions d’effectifs et de nombre de licenciements dont dépend l’obligation d’établir un plan de sauvegarde de l’emploi s’apprécient au niveau de l’entreprise que dirige l’employeur, il en va autrement lorsque, dans le cadre d’une unité économique et sociale, la décision de licencier a été prise au niveau de cette unité ; que la cour d’appel, ayant constaté que les sociétés formant l’unité économique et sociale s’étaient concertées pour envisager simultanément une série de licenciements économiques relevant d’un même plan de restructuration et dont le nombre était d’au moins dix, l’établissement d’un plan de sauvegarde de l’emploi résultait d’une obligation légale ;

Que par ce motif de pur droit substitué à celui critiqué, après avis donné aux parties, l’arrêt se trouve légalement justifié ;

Sur le second moyen du pourvoi principal :

Attendu que le comité d’entreprise et les syndicats font grief à l’arrêt de les dire irrecevables en leurs demandes tendant à juger que le recours à des ruptures conventionnelles s’analyse en un plan de réorganisation comportant des réductions d’effectifs s’inscrivant donc dans la procédure de licenciement collectif pour motif économique et, en conséquence, à juger ces ruptures entachées de fraude et, partant, nulles et de nul effet, alors, selon le moyen, que le litige portant sur l’application des règles du licenciement collectif pour motif économique, en particulier l’application des règles relatives au plan de sauvegarde de l’emploi, et non sur la régularité intrinsèque de chacune des conventions de rupture conclues entre l’employeur et des salariés, le comité central d’entreprise, garant des droits attachés à la procédure collective de licenciement pour motif économique et les syndicats, garants de l’intérêt collectif de la profession, étaient recevables à agir dans un tel litige relevant de la compétence de la juridiction de droit commun ; qu’en décidant le contraire, la cour d’appel a, par motifs propres et adoptés, violé les articles L. 1237-14, L. 2323-1 et L. 2132-3 du code du travail ;

Mais attendu qu’abstraction faite du motif surabondant relatif à la compétence de la juridiction saisie, la cour d’appel a retenu à bon droit, par motifs propres et adoptés, que le comité d’entreprise et les syndicats n’étaient pas recevables, faute de qualité, à demander l’annulation de conventions de ruptures auxquelles ils n’étaient pas parties, une telle action ne pouvant être exercée que par les salariés concernés ; que le moyen n’est pas fondé ;

Mais sur le premier moyen du pourvoi principal, pris en ses deuxième et troisième branches :

Vu les articles L. 1233-3, alinéa 2, du code du travail et 12 de l’accord national interprofessionnel étendu du 11 janvier 2008 relatif à la modernisation du marché du travail, appliqués à la lumière de la directive n° 98/59/CE du Conseil du 20 juillet 1998 concernant le rapprochement des législations des Etats membres relatives aux licenciements collectifs ;

Attendu que lorsqu’elles ont une cause économique et s’inscrivent dans un processus de réduction des effectifs dont elles constituent la ou l’une des modalités, les ruptures conventionnelles doivent être prises en compte pour déterminer la procédure d’information et de consultation des représentants du personnel applicable ainsi que les obligations de l’employeur en matière de plan de sauvegarde de l’emploi ;

Attendu que pour débouter le comité et les syndicats de leur demande de dommages intérêts pour non respect de la procédure de licenciement limitée au seul projet de dix huit licenciements économiques proprement dits, l’arrêt retient que les ruptures conventionnelles résultant d’un motif économique échappent légalement au droit du licenciement économique ;

Qu’en statuant ainsi, alors qu’elle constatait que de nombreuses ruptures conventionnelles résultant d’une cause économique étaient intervenues dans un contexte de suppressions d’emplois dues à des difficultés économiques et qu’elles s’inscrivaient dans un projet global et concerté de réduction des effectifs au sein de l’unité économique et sociale, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il soit nécessaire de statuer sur la première branche du premier moyen du pourvoi principal :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a dit que la procédure d’information et de consultation du Comité central d’entreprise de l’unité économique et sociale Norbert Dentressangle Vrac limitée au projet concernant dix huit licenciements pour motif économique avait été régulière et débouté en conséquence le comité et les syndicats de leurs demandes de dommages intérêts , l’arrêt rendu le 23 novembre 2009, entre les parties, par la cour d’appel de Grenoble ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Lyon


Président : Mme Collomp

Rapporteur : M. Béraud, conseiller

Avocat général : M. Lalande

Avocat(s) : SCP Masse-Dessen et Thouvenin ; SCP Gatineau et Fattaccini