22 janvier 2003 00-43.82600-43.826
Arrêt n° 177 du 22 janvier 2003
Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, exécution

Cassation


Demandeur(s) à la cassation : Société travaux hydrauliques et bâtiments (THB) SNC
Défendeur(s) à la cassation : M. Antoine X...


Sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Vu les articles L. 122-14-3 du Code du travail et 1134 du Code civil ;

Attendu que M. X... a été embauché par la société Travaux hydrauliques et bâtiments à compter du 22 février 1982 en qualité de chef de chantier ; que son contrat à durée indéterminée ne comportait aucune mention du lieu de travail ni aucune clause de mobilité ; que le salarié a été promu chef de chantier principal puis maître compagnon, ayant le statut de cadre ; qu’ayant refusé de se rendre, pour une durée de deux mois, sur un chantier éloigné de la région toulousaine où il travaillait habituellement, il a été licencié pour faute grave par lettre du 22 septembre 1997 ; que contestant cette mesure, il a saisi le conseil de prud’hommes pour obtenir le paiement de diverses sommes au titre de la rupture du contrat de travail ;

Attendu que pour dire que le licenciement ne reposait ni sur une faute grave ni sur une cause réelle et sérieuse et condamner l’employeur à payer au salarié différentes sommes au titre de la rupture du contrat de travail, la cour d’appel, après avoir rappelé que son contrat ne comportait pas de clause de mobilité et que, depuis une dizaine d’années, son secteur d’activité était la région proche de Toulouse, retient que son affectation sur un chantier situé à plus de 300 kilomètres de cette ville constituait pour l’intéressé un changement de secteur géographique et par là même une modification de son contrat de travail nécessitant son consentement ;

Qu’en statuant ainsi, alors que le déplacement occasionnel imposé à un salarié en dehors du secteur géographique où il travaille habituellement ne constitue pas une modification de son contrat de travail dès lors que la mission est justifiée par l’intérêt de l’entreprise et que la spécificité des fonctions exercées par le salarié implique de sa part une certaine mobilité géographique, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du premier moyen et sur le second moyen :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 11 mai 2000, entre les parties, par la cour d’appel de Toulouse ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Bordeaux ;


Président : M. Sargos
Rapporteur : M. Poisot, conseiller référendaire
Avocat général : M. Duplat
Avocat(s) : la SCP Waquet, Farge et Hazan