Arrêt n° 6774 du 29 janvier 2014 (13-80.093) - Cour de cassation - Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:2014:CR06774

Jugements et arrêts

Cassation


Demandeur(s) : M. Sébastien X...


Sur le premier moyen de cassation, pris de la violation de l’article préliminaire ainsi que des articles 591 et 593 du code de procédure pénale et de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme ;

Vu l’article 593 du code de procédure pénale ;

Attendu que, selon ce texte, tout jugement ou arrêt doit comporter les motifs propres à justifier la décision et répondre aux chefs péremptoires des conclusions des parties ; que l’insuffisance ou la contradiction des motifs équivaut à leur absence ;

Attendu qu’il résulte de l’arrêt et des pièces de procédure que M. X... a été jugé en l’absence de son avocat qui s’est présenté en retard à l’audience ; qu’ayant vainement sollicité la réouverture des débats, ce dernier a manifesté son intention d’adresser à la cour une note en délibéré ; que les notes d’audience portent la mention suivante : “une note en délibéré est acceptée” ;

Attendu que l’avocat du requérant a adressé le jour même, à la cour et au ministère public, par voie de télécopie, une note en délibéré dans laquelle il reprenait les deux exceptions de nullité déjà soulevées en première instance ; que la cour a retenu la culpabilité du prévenu sans répondre à ces exceptions ;

Attendu que si les juges ne sont pas tenus de faire mention, dans leur décision, de l’existence d’une note en délibéré produite après l’audience, dés lors qu’ils ne fondent pas leur conviction sur ce document, il en va différemment dans le cas où, au cours de l’audience, ils ont expressément accepté de recevoir une note en délibéré, celle-ci devant alors être examinée au même titre que des conclusions régulièrement déposées ;

Qu’en s’abstenant de répondre aux exceptions de nullité invoquées par l’avocat du requérant dans sa note, la cour d’appel a méconnu le texte susvisé et le principe ci-dessus énoncé ;

D’où il suit que la cassation est encourue de ce chef ;

Par ces motifs, et sans qu’il soit besoin d’examiner le second moyen de cassation proposé :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt susvisé de la cour d’appel de Rennes, en date du 19 décembre 2012, et pour qu’il soit à nouveau jugé, conformément à la loi,

RENVOIE la cause et les parties devant la cour d’appel d’Angers, à ce désignée par délibération spéciale prise en chambre du conseil ;

ORDONNE l’impression du présent arrêt, sa transcription sur les registres du greffe de la cour d’appel de RENNES et sa mention en marge ou à la suite de l’arrêt annulé


Président : M. Louvel

Rapporteur : M. Castel, conseiller

Avocat général : Mme Caby, conseiller référendaire